/Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

blason ou logo en attente

Trégor

Bro Dreger

  Plijidi

Plésidy

 

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003     forum du site Marikavel : Academia Celtica  dernière mise à jour 03/04/2019 14:46:02

Définition : commune de la Bretagne historique, en Trégor intérieur; évêché de Tréguier

Aujourd'hui dans la région administrative non historique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp; canton de Bourbriac; sur le Trieux et le Sullé.

Superficie : 2560 ha.(2579 ha. ?)

Population : 3300 'communiants', vers 1780, y compris Saint-Fiacre, Saint-Péver et Senven-Léhart.; 1638 hab. vers 1860; 1585 hab. en 1878; 1587 hab. en 1886; 870 hab. en 1968; 848 hab. en 1978; 709 hab. en 1982; 636 hab. en 1990; 635 hab. en 1999;

* les indications de J. Rigaud, pour 1890, concernant la superficie (779 ha.) et la population (452 hab.) semblent erronées.

Blason, armoiries, ou logo :  

 

Paroisse : l'église est sous le vocable de saint Pierre et saint Paul.

Gros point rouge : Vorgium / Carhaix, capitale de la cité des Osismes; Points mauves : Tréguier et Saint-Brieuc; points bleus, en haut : Le Yaudet, en bas à droite : Aregenua / Hillion. Petit point rouge : Plésidy. 

Histoire : 

* Ogée (1780) : Ploesidi [Plésidy]; à 8 lieus au S.-S.-E. de Tréguier, son évêché [aujourd'hui Saint-Brieuc]; à 25 lieues de Rennes, et à 2 lieues 3/4 de Guingamp, sa subdélégation. Cette paroisse ressortit à Lannion, et compte 3300 communiants, y compris ceux de Saint-Fiacre*, Saint-Pever* et Senven-Lehart*, ses trêves. M. le duc de Lorge est seigneur du lieu, où il possède les trois hautes-justices de Sullé, de Keromen et de Kerliviou, qui ressortissent à Guingamp. La cure est à l'alternative. Ce territoire, arrosé des eaux de la rivière de Trieux et de plusieurs petits ruisseaux, renferme des pâturages abondants, des terres en labour et beaucoup de landes. Il se tient deux foires par an dans l'endroit. Le château d'Avaugour, une des premières baronnies de Bretagne, situé dans cette paroisse, dépendait, en 1034, du comté de Guingamp. Il fut porté dans la maison de Penthièvre par le mariage de Havoise, fille et héritière du comte de Guingamp, avec Etienne de Bretagne, second fils du comte Eudon, frère du duc Alain Fergent. Etienne, après la mort de Geoffroy, son frère aîné, s'intitula comte de Penthièvre. Comme la paroisse de Ploësidi était environnée de forêts, ses descendants bâtirent, à l'extrémité de ce territoire, le château d'Avaugour, pour leur servir de retraite lorsqu'ils iraient prendre le divertissement de la chasse. La baronnie d'Avaugour fut confisquée et le château démoli en 1420, par ordre du duc Jean V. Le 24 septembre 1480, le duc François II fit revivre les titres de cette baronnie, la rétablit dans tous ses droits, et la donna, avec toutes ses dépendances, pour apanage à François de Bretagne, son fils naturel; mais le château ne fut pas reconstruit : on n'en voit plus que les vestiges.

* Marteville et Varin (1843) : PLÉSIDY; commune formée de l'anc. par. de ce nom, moins ses trêves Senven-Lehart, Saint-Pévert et Saint-Fiacre (voy. ces noms), devenues communes; aujourd'hui succursale; bureau de poste. (V. le Supplément pour tous les documents cadastraux). Si nous sommes biens renseignés, on voit encore eu celte commune la chapelle de l'ancien château d'Avaugour, remarquable par de fort belles sculptures. — Il y a foire en cette localité le 28 juin et le 2 novembre. — Géologie : granite. — On parle le breton.

Maires de Plésidy, MMrs : P. LE NY; MENGUY; LE DIOURON; Y. LE NY (père); Y. LE NY (fils); HUON; LE GRAET; 

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église saint Pierre et saint Paul Iliz sent Per ha Pol
Chapelle saint Yves (antérieurement de St Jacques) Chapel sant Erwan (raok Chapel sant Jakez)
Chapelle sainte Anne Chapel santez Anna
Chapelle de la Trinité Chapel an Drinded
Chapelle saint Alor Chapel sant Alor
Chapelle saint Michel du Médic  
Menhir de Calouenan / Caélouan / Caillouan / Kailouan

(Ht 2,60ml) MH 1887

Peulven Kaelouan

2,60 m  huelder; enrollet 1887

Menhir de Touldu Peulven Toull-Du
Camp romain Kamp roman
Avaugour  
Château de Medic (ruines) Kastell ar Vedig (aet en e boull)
Manoir de Toul an Gollet (classé 28.05.1927)  
Fontaine-calvaire de Feuntenn ar C'hlan  

Personnes connues Tud brudet
   

Armorial * Ardamezeg

       
le Bahezre Hamon        
seigneurs dudit lieu en Saint-Mayeux, trèves de Saint-Gilles; de Tananguen et de Lanlay en Plésidy; de Mesfantan, du Cosquer en Bourbriac; de Kerfichant et de Rosvillou en Duault; de Créamblay en Maël-Pestivien; de Kervénargant en Guilers; du Rest, du Quenquis en Locarn; de Kervéno et du Goullo en Plouray

références et montres de 1447 à 1562; maintenus par arrêt du Parlement de 1675

"d'argent au lion de gueules, armé et lampassé de sable"

"en arc'hant e leon en gwad, krabanet ha teodet en sabel"

(PPC)

seigneurs de Placen, en Plésidy

"porte trois rocs d'échiquier"

"dougen a ra tri roc'h-gwezboell"

référencé en 1543; attesté e 1452, 1466

(PPC)

       

Le monde associatif Buhez dre ar gevredadoù
Le Rallye Armor

Équipage de chasse à courre

Ar Rallye Armor

Bagad chaseourien war gezeg

Étymologie

* Ogée (vers 1780) : Ploesidy.

* Régis de Saint-Jouan (1990) : " ... citée en 1284... Cette paroisse comprenait deux parties : 1). Plesidy en Goello, ou Plesidy Léhart, comprenant la trève de Saint-Fiacre et Saint-Péver, ayant son chef-lieu en Saint-Fiacre, et celle de Senven-Léhart; 2) Plesidy en Treguer ou Plesidy-Kerpezre, devenue Plésidy, lorsqu'une municipalité y fut élue au début 1790". 

* Bernard Tanguy : "Par. de Plesidy, 1284; eccle. de Plesidy, vers 1330; Ploezidi, 1371; par. de Plesidi entre les dous bois, 1378; Plesidy entre les deux bois, 1428, 1506; par. de Plezidy Lehart, 1477; Plesidy Kerpezre, 1581.

" En perdant ses trois trèves de Saint-Fiacre, Saint-Péver et Senven-Léhart, devenues communes comme elle communes en 1790, la paroisse de Plésidy se trouva amputée de la partie la plus considérable de son territoire, passant de plus de 6000 ha à 2580 ha. Celle-ci était dite au Moyen Age Plésidy entre les deux bois, c'est-à-dire ceux d'Avaugour et de Léhart, l'autre Plésidy Kerpezre, Kerpezre "village de (saint) Pierre" désignant le chef-lieu paroissial, du fait que l'église était, comme celle de Kerpert, ... dédiée à saint Pierre. La première appartenait au "terroir de Goelo" et relevait de la châtellenie de Chatelaudren, la seconde au "terroir de Tréguier" et était du ressort de la châtellenie de Minihi-Briac (cf. Bourbriac). 

Cette dualité laisse supposer que le territoire à l'est du Trieux fut rattaché à Plésidy quand y fut supprimée la paroisse du Cloitre-Briac (cf. Saint-Fiacre), dans la seconde moitié du XIVè siècle. Il est clair qu'il n'en faisait pas partie à l'origine quand fut fondée la paroisse bretonne primitive, en vieux-breton ploe, que rappelle le nome Plésidy, paroisse qui dut englober Bourbriac et sa trève Saint-Adrien, ainsi que Coadout et une partie de Magoar et de Kerien. 

C'est en 1284 qu'un trouve la première mention de Plésidy. La paroisse est, en effet, citée à cette date à l'occasion d'un échange de biens entre le duc et l'abbaye de Coatmalouen. En plus de possessions situées à Magoar, le duc cédait aux moines des biens dans le sud de la paroisse, à Kerandrot (villa Endraut), à Lanvoul, à Kervénou (villa Evenou), au Midic (villa Meydyc), à Guernognon (villa Guernogozian), au Vénec (villa Maenec) et à Saint-Yvonnec (S. Eonocus). 

Remplacé comme patron de l'église par saint Pierre, dont la fontaine se trouve à 200 m de l'édifice, l'éponyme de Plésidy pour n'entre pas, semble t-il, attesté parmi les saints bretons, est l'exact correspondant du nom d'homme brittonique Seidi, conservé dans les légendes galloises. Ce personnage y est le père du jeune Kadyrieith vivant à la cour du roi Arthur".

* Éditions Flohic (1998) : "de l'ancien breton ploe, paroisse, et de Seidi, nom d'homme".

* Erwan Vallerie (1995) : "Plodidi ?, Ploesidii, Ploezidi, Ploesidu, Plesidi, 1371; Plesidi, 1378; Plessidy, 1421; Plesidi, 1428; Plesidi, 1435; Ploesidy, 1454; Plezidy, 1454; Plesidy, 1516; Plezedict, 1630; Ploesidi, 1779"

* Hervé Abalain (2000) : "Ploesidi en 1371; paroisse de Seidi, cf. B.T".

* Daniel Delattre (2004) : "Ploezidi au XIVè; Plesidy entre les deux Bois au XVè; Plesidy Kerpezre au XVIè."

----------------------

Observation JC Even : Les personnages Seidi et Cadyryeith sont mentionnés à la fin du  : Songe de Rhonabwy / The Dream of Rhonabwy, dans le cadre des Mabinogion, littérature épique galloise. (voir infra). 

Archéologie

Frotier de la Messelière :  

"Castel-Kerandroat, en Plésidy : carré de 75 m de coté, épaulement de 2,50 m de hauteur, plus élevé dans les angles, douves de 6,50 m de largeur, petit retranchement contigu, de 80 et 10 m de cotés, à l'angle sud-ouest - substructions gallo-romaines et découvertes d'objets de bronze de la même époque ( G-M); voie des Quatre-Vents à la Ville-Juhel".

Louis Pape : 

" Kailouan : (à la limite de Magoar et peut-être en cette commune près de Kerriou) sur une hauteur située au Sud-ouest de ce village, important ensemble du Castel Kerandroat fouillé en 1864 par l'abbé Le Fol et Mgr David, enceinte fortifiée de 67 x 56 m, le rempart de terre à 2 m de hauteur, le fossé est large de 5 m; on y trouva une petite meule de moulin en pierre noire (sans doute volcanique provenant d'Auvergne), une plaque de ceinturon en cuivre, une pointe de lance de fer, une monnaie en cuivre de Vespasien, un aureus de Iulius Nepos et semble t-il un de Zénon, 1 fibule en bronze, beaucoup de briques et de poteries rouges et grises; à coté du camp, substructions en mauvaise maçonnerie, fragments de tuiles et de poteries, scories de fer, cendres; un cultivateur aurait découvert, en labourant à l'emplacement du camp, une statuette en métal d'environ 0,18 m".

Un lien avec l'épopée et la littérature arthurienne ?

Il est intéressant de comparer les renseignements et observations donnés par Louis Pape et Bernard Tanguy d'une part : 

- monnaies de Julius NEPOS (césar = vice-empereur d'Occident du 09 février 474 au 25 juin 474, puis auguste = empereur d'Occident du 25 juin 474 au 28 Août 475 septembre 475,  et peut-être de Zénon, empereur d'Orient du 09 février 474 au 09 avril 491, et parent par alliance de Julius NEPOS), 

- Seidi, père de Cadyryeith, présent à la cour d'Arthur.

- que Plésidy est formé d'une partie de Trégor et d'une partie de Goëlo, 

et les indications de la recherche publiée sous le titre Emgann Karaez

" la bataille de Carohaise s'est déroulée à Carhaix le mercredi Ier mai 474, lorsque Zénon et Aelia Ariadnè étaient empereur et impératrice de Constantinople, et que Jules NEPOS était césar ( = vice empereur pour l'Occident). 

* que cette bataille a opposé, à Carhaix, capitale du Poher / Carmélide ( = forteresse dans le pays des collines), les Wisigoths d'Euric, d'Aquitaine, aux Gallo-romains Ossismes, de l'extrême ouest armoricain, appuyés et renforcés par les Bretons (Britto-romains sous la direction d'Arthur, alors jeune roi âgé de 17 à 18 ans), et les princes curiosolites de l'époque, Ban de Benoic et Bohor de Gannes, Benoic étant elle-même identifiée au bassin de l'Ic ( cf Binic, Pordic, etc.) en pays Goelo, et Dinan, sur la Rance. 

On peut en effet analyser, dans le Songe de Rhonabwy, que si Cadyryeith est un homme jeune, que son père Seidi est donc un homme d'age mur, et probablement de la génération d'Arthur lui même. Cela pourrait en faire soit un Britto-romain descendant de la première génération des Britto-armoricains de Maxime (385 après J-C) installés dans ce secteur dans le cadre du Tractus armoricani, soit un Britto-romain installé en ce pays après l'alliance de Clovis, roi des Francs et légat de l'Empire, avec les Britto-romains, c'est à dire dans les années qui ont suivi 496.

La chronologie et la géopolitique seraient alors respectés, sachant que les Britto-romains de cette partie d'Armorique, en tant que Bretons, étaient sujets d'Arthur, et étaient à l'occasion amenés à intervenir aussi en (G)Bretagne, selon les besoins politiques et militaires du moment.

La position géographique de Plésidy, ayant pour éponyme Seidi, remontant à l'époque arthurienne, et son étendue territoriale originelle, peuvent être considérées comme réalistes dans l'optique de la réunification politique des cités, ossisme d'une part, et curiosolite d'autre part, par l'alliance entre Britto-romains d'Armorique avec les Ossismes et les Curiosolites, donnant ainsi naissance à la "Bretagne continentale".

Les blasons ou triskels des fenêtres blanches sont des liens actifs

Communes du canton de Bourbriac Parezioù kanton Boulvriag
Bourbriac Boulvriag
Kérien Kerien-Boulvriag
Magoar Magor
Plésidy Plijidi
Pont-Melvez Pont-Melvez
Saint-Adrien Sant Drian
Senven-Léhart Senon

Communes limitrophes de Plésidy Parrezioù tro war dro Plijidi
Saint-Adrien * Sant-Drian Saint-Péver Senven-Léhart Saint-Connan *  Sant-Konan Kerpert Magoar - Magor Bourbriac / Boulvriag

Sources

* OGEE : Dictionnaire de Bretagne; 1780.

* MARTEVILLE et VARIN, continuateurs et correcteurs d'Ogée, 1843.

* Anonyme : Dictionnaire des communes des Côtes du Nord. vers 1860.

* M.N BOUILLET : Dictionnaire universel d'histoire et de géographie. Hachette. 1863

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

* Adolphe JOANNE : Dictionnaire des communes du département des Côtes du Nord. Hachette. 1886.

* J. RIGAUD : Géographie historique des Côtes du Nord. 1890.

* Abbé PERROT : Bue ar Zent. 1912.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Guénégaud. 1963 / 1978.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

* Roparz HEMON. Dictionnaire français-breton. Al Liamm. 1978.

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Berger-Levrault éditeur. 1978.

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Nathan.1985.

* Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes . Département des Côtes d'Armor. Éléments d'histoire et d'archéologie. Conseil Général des Côtes d'Armor. Saint-Brieuc. 1990.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor. 1992

* Skol Uhel ar Vro : Lec'hanvadur Breizh. Répertoire bilingue des noms de lieux de Bretagne. Institut culturel de Bretagne. 1993.

- Jean-Claude EVEN : Emgann Karaez / La Bataille de Carohaise. Lannion. 1996. (lien Internet direct)

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes des Côtes d'Armor. 1998.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor. Les 372 communes. Éditions Delattre. 2004.

 

Liens électroniques des sites Internet traitant de Plésidy / Plijidi : 

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* Autres pages de l'encyclopédie Marikavel.org pouvant être liées à la présente :

http://marikavel.org/heraldique/bretagne-familles/accueil.htm

http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* sauf indication contraire, l'ensemble des blasons figurant sur cette page ont été dessinés pat J.C Even, sur bases de GenHerald 5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

retour en tête de page