Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

 

Trégor

Bro Dreger

Evêché de Dol de Bretagne

Eskopti Dol

  Magoar * Magor  

pajenn bet digoret d'an 11.04.2006 page ouverte le 11.04.2006     forum du site Marikavel : Academia Celtica  dernière mise à jour 29/04/2019 10:35:47

Définition : commune de la Bretagne historique, en Haut-Trégor, Treger-Uhel; Évêché de Dol de Bretagne / eskopti Dol.

Aujourd'hui dans la région administrative non historique dite "de Bretagne", département des Côtes d'Armor, arrondissement de Guingamp; canton de Bourbriac; sur les ruisseaux de Touldu et de Guerguiniou.

Superficie : 780 ha.

Population : 350 'communiants' vers 1780; 436 hab. vers 1860; 463 hab. en 1878; 414 hab. en 1881; 220 hab. en 1968; 172 hab. en 1978; 155 hab. en 1982; 114 hab. en 1990; 96 hab. en 1999;  

Histoire

* Ogée (1780) : Magouard [Magoar] ; succursale de la paroisse de Coadout ; à 22 lieues à l'E. de Dol, son évêché [aujourd'hui Saint-Brieuc]; à 25 lieues de Rennes, et 3 lieues 11/4 de Guingamp, sa subdélégation. Cette trêve est enclavée dans l'évêché de Quimper, et compte 350 communiants. La moyenne et basse-justice de Kergoanton appartient à M. du Lézard, seigneur du lieu.

* Marteville et Varin (1843) : MAGOAR; commune formée de l'anc. succursale de Coadouet; aujourd'hui succursale. (V. le Supplément pour tous les documents cadastraux. ) Selon M. de Blois, Magoar viendrait du gallois Magwyr, qui signifie mur, muraille, enclos de murs, en d'autres dialectes Mogher, mots qui du reste ont beaucoup d'analogie avec le Maceria des Latins, qui a la même signification. — Le 26 octobre 1842, on a installé solennellement les Filles de la Croix, de Guingamp, à la maison de Coat-Piquet, en Magoar, où elles vont se livrer à l'éducation des enfants. A partir de ce jour, Coat-Piquet a pris le nom de Bois de la Croix — Géologie : granite.

* J. Rigaud (1890) : "Il est à remarquer que Magoar était autrefois une trève de Coadout, qui en est distant de plus de 25 km".

* Régis de Saint-Jouan (1990) : "Cette ancienne paroisse était une succursale de celle de Coadout, dont elle était entièrement disjointe. Elle appartenait, comme celle-ci, au Minibriac et au diocèse de dol, mais elle était enclavée dans celui de Tréguier, en bordure de celui de Quimper".

* Bernard Tanguy (1992) : (voir ci-dessous en étymologie)

------------

Maires de Magoar, MMrs : LE ROUX; MAGADOU; MORDELET; RAOUL; ***

------------

Observation JC Even : 

- sur le propos d'Ogée : Magoar se trouve à l'ouest, et non à l'est de Dol.

Armoiries; blason; logo

 

Église : la paroisse est sous le vocable de saint Gildas, fêté le 31 janvier. 

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église saint Gildas

cf. Anonyme 1860 : Sous la corniche de la sacristie, construite en 1717, on lit de distique : Hoc pietatis opus pietas dedit alma priorum; Sic pia dona dabis si pius esse cupis"

Iiz sant Gweltas
Motte castrale de Kerviniou (Moyen Age) Tossen kastell Kervinioù (Krenn amzer)

Étymologie

* Ogée (vers 1780) : Magouard.

* Marteville et Varin (1843) : "Selon M. de Blois, Magoar viendrait du gallois Magwyr, qui signifie mur, muraille, enclos de mur, en d'autres dialectes Mogher, mots qui du reste ont beaucoup d'analogie avec le Maceria des Latins, qui a la même signification".

* A. Dauzat et Ch. Rostaing (1963-1978) : 

* Régis de Saint-Jouan (1990) : "parrochia de Magoer, dès 1284; Magouard, XVIIIè s.;

* B. Tanguy (1992) : "Eccl. S. Gildasii de Ploetmagoer, 1190; par. de Magoer, 1284; Magoer, 1434; par. de Magoer, 1459; Magouer, 1543; en breton : Magor".

"Seule enclave du diocèse de Dol dans celui de Quimper, Magoar, qui fut érigée en succursale en 1803, était sous l'Ancien Régime une trêve de la paroisse de Coadout, enclave du diocèse de Dol mais dans celui de Tréguier. Cette situation de dépendance ne semble pas antérieure au XVè siècle puisque le qualificatif de paroisse lui est encore attribué dans un compte de 1459. Ce statut était déjà le sien en 1284 selon un acte relatant un échange entre le duc Jean et l'abbé de Coatmalouen. Celui-ci se vit céder par le duc 84 arpents de terre dans les fermes de Kerviniou et de Kerriou, situées dans la "paroisse de Magoer".

C'est aussi de toute évidence Magoar, et non Ploumagoar, qu'il faut identifier dans la forme Ploetmagoer, figurant dans une bulle papale de 1190, qui énumère les possessions de l'abbaye de Saint-Croix de Guingamp. Si le nom de Ploumagoar est aussi cité dans ce document, sous la forme Plomagor, la mention de l'église de Saint-Gildas permet de considérer que Ploetmagoer désigne bien Magoar. Est-ce à dire qu'il faille ranger Magoar au nombre des paroisses bretonnes primitives ? Sans doute son nom, variante dialectale du breton moger "ruines", témoigne-t-il d'une occupation ancienne, vraisemblablement romaine, du site du bourg, mais la configuration de la paroisse ne s'y prête guère et suggère d'y voir un démembrement de la paroisse bretonne primitive de Pligeau.

Si on peut douter de la sincérité de la forme Ploetmagoer- isolée et provenant d'un document rédigé à Rome - on peut du moins penser que Magoar était dès cette époque une paroisse autonome, avec pour patron le fondateur de l'abbaye de Saint-Gildas-de-Rhuys. Ce furent les vicissitudes du service paroissial qui entraînèrent son rattachement à Coadout, bien qu'elle en fût séparée par le territoire de Bourbriac. Magoar possédait des enclaves dans les paroisses voisines : d'une part, en Kerpert, Kergrist-al-Lan et un petit territoire à l'est de cette chapelle - enclaves rattachées à Kerpert en 1842 -, d'autre part Locqueltas, en Saint-Nicolas-du-Pélem. Une enquête du duc Jean V en 1434 fait en effet état du "tret de Locqueltas et Magoer, appelez trets de Coitbout". L'origine de ces enclaves demeure inconnue".

* Éditions Flohic (1998) : "du breton moger, ruines". ... "Le nom de Magoar, qui se prononce en breton Magor, semble indiquer l'existence d'un établissement ancien. Au XIXè siècle, on mentionne la présence, sur le territoire de la commune, de vestiges gallo-romains sous forme de tuiles et de briques, présentes en grand nombre sur quelques sites".

* Hervé Abalain (2000) : "variante de moger, "murs en ruines".

-------------

Commentaires JC Even : 

Personnes connues Tud brudet
saint Gildas Aotrou sant Gweltas

Armorial * Ardamezeg

           
           
           

Vie associative Buhez ar gevredadoù Associations' life
     

Communes du canton de Bourbriac Parezioù kanton Boulvriag
Bourbriac Boulvriag
Kérien Kerien-Boulvriag
Magoar Magor
Plésidy Plijidi
Pont-Melvez Pont-Melvez
Saint-Adrien Sant Drian
Senven-Léhart Senon

Communes limitrophes de Magoar Parrezioù tro war dro Magor
Bourbriac / Boulvriag Plésidy Kerpert Lanrivain Kérien

Sources

* OGEE : Dictionnaire de Bretagne; 1780.

* MARTEVILLE et VARIN, continuateurs et correcteurs d'Ogée, 1843.

* Anonyme : Dictionnaire des communes des Côtes du Nord. vers 1860.

* M.N BOUILLET : Dictionnaire universel d'histoire et de géographie. Hachette. 1863

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

* Adolphe JOANNE : Dictionnaire des communes du département des Côtes du Nord. Hachette. 1886.

* J. RIGAUD : Géographie historique des Côtes du Nord. 1890.

* Abbé PERROT : Bue ar Zent. 1912.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Guénégaud. 1963 / 1978.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

* Roparz HEMON. Dictionnaire français-breton. Al Liamm. 1978.

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Berger-Levrault éditeur. 1978.

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Nathan.1985.

* Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes . Département des Côtes d'Armor. Éléments d'histoire et d'archéologie. Conseil Général des Côtes d'Armor. Saint-Brieuc. 1990.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor. 1992

* Skol Uhel ar Vro : Lec'hanvadur Breizh. Répertoire bilingue des noms de lieux de Bretagne. Institut culturel de Bretagne. 1993.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes des Côtes d'Armor. 1998.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor. Les 372 communes. Éditions Delattre. 2004.

Liens électroniques des sites Internet traitant de Magoar / Boubriac / Magor :

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* Autres pages de l'encyclopédie Marikavel.org pouvant être liées à la présente :

http://marikavel.org/heraldique/bretagne-familles/accueil.htm

http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* sauf indication contraire, l'ensemble des blasons figurant sur cette page ont été dessinés par J.C Even, sur bases de GenHerald 5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

retour en tête de page ***   en dro d'ar benn ar bajenn ***   back to the page head