Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro Naoned

Pays de Nantes

Naoned

Nantes

 

Carquefou

Carqefou

*Kaergafoù

 

pajenn bet digoret an 29.11.2007 page ouverte le 29.11.2007

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 26/09/2017 20:10:11

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Nantes / Bro Naoned; évêché de Nantes.

Aujourd'hui dans la région économique dite des "Pays de Loire", département de Loire-Atlantique, arrondissement de Nantes; chef-lieu de canton; sur l'Erdre, le Charbonneau, et le Gobert.

Superficie : 4342 ha.

Population : 1700 'communiants' vers 1780; 2670 hab. en 1874; 3744 hab. en 1968; 6255 hab. en 1979; 15 209 hab. en 1997; 

Armoiries; blason

* Froger & Pressensé (1996) : "De gueules au chêne arraché de sinople et glandé d'or; au chef d'hermine". Devise : "QUERCUS FOLIATA SEMPER VIRENS". Concepteur : Mr Boucher d'Argis (1882). Enregistré le 15 novembre 1978. >>> "Le chêne à feuilles persistantes - chêne vert - rappelle l'étymologie du nom de la commune : Ecclesia sancti Petri de Quarquefolio vel Carcafago'.

* Editions Flohic (***) : "Il porte la devise "Foliata quercus semper virens", "Chênes toujours verts", le chêne ayant remplacé le hêtre".

————-

* JC Even : "En gwad e zervenn diwriziek en geot mezennek en aour; e c'hab en erminoù"

Paroisse : église sous le vocable de saint Pierre.

Histoire :

* Ogée (1780) : Carquefou ; sur la route de Nantes à Châteaubriant; à 2 1ieues  1/6 de Nantes, son évêché et sa subdélégation, et à 20 lieues de Rennes. On y compte 1700 communiants. La cure est présentée par le chapitre de l'église cathédrale. Cette paroisse a une haute-justice, et deux moyennes qui ressortissent aux Régaires de Nantes. L'an 1100, Alain Fergent, duc de Bretagne, et la duchesse Ermengarde, sa seconde femme, donnèrent aux moines de Marmoutier la forêt de Puzarles, aujourd'hui nommée de la Madelaine-en-bois, située en cette paroisse. Elle est maintenant en taillis et unie au prieuré de Saint-Martin de Nantes. L'an 1124, le duc Conan confirma l'église de Carquefou à Brice, évêque de Nantes. L'an 1341, le duc de Normandie, venant assiéger Nantes, passa par Carquefou, qui était alors une petite ville entourée d'un fossé, avec un rempart en gazon, dont il s'empara. Son armée passa la nuit dans cette place, qu'elle pilla et brûla en partie avant son départ. Le territoire de Carquefou est bon et fertile en grains. On y trouve des terres en labeur, des vignes, des prairies, des bois et des landes en quantité, dont le sol paraît excellent et n'attend que les soins du laboureur pour produire de bonnes récoltes. On voit dans la même paroisse le prieuré de Saint-André, présenté par le roi; la chapellenie de la Guyhonnerie, par le sieur du Bois-Singlisse; la chapellenie de Notre-Dame-la-Blanche, par les Maréans; et le légat de Paradis, par l'Ordinaire. Les maisons nobles sont : la Seilleraye *, en 1380, à Jean de Kerarigo-Maubreil, aujourd'hui à M. le marquis de Becdelièvre, premier président de la Chambre des comptes; en 1390, l'Epinay, à Peronné de Carné; en 1400, Pelan, à M. l'évêque de Nantes; la Vincendière (la Vincoudïère), à Genlequin Laillet (Gelequin Laittier); la Forest, au prieur de Sainte-Croix de Nantes; le Maupas, a Jean Coppe-Gorge. Depuis ce temps, on y connaît les terres nobles de Maubreil, de la Galopinais, du Rousseau, du Prouseau, du Peré, du Bois-Singlisse et du Bois-d'Avaugour.

——————————

* Marteville et Varin (1843) : CARQUEFOU (Ecclesia sancti Pétri de Quercufolio, et dans un titre de 1123 Carcafagus); commune formée de l'anc. par. de ce nom; aujourd'hui cure de 2è classe; chef-lieu de perception; brigade à cheval et relai de poste à Seilleray; brigade de gendarmerie a pied. — Limit. : N. Suce, Petit-Mars; E. Mauves, le Cellier; S. Thouaré, Sainte-Luce; O. Saint-Donatien — Superf. tot. 4341 hect. 93 a., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 2754; prés et pât. 439; vignes, 186; bois taillis 211; verg. et jard. 94; oseraies 2; landes et incultes 247; étangs 10; futaies 17 ; châtaigneraies 103; sup. des prop. bat. 66; cont. non imp. 212. Const. div. 581; moulins 9. Le château de Seilleraye ou Saileraye, duquel dépendent près de 100 métairies, a été reconstruit sous Louis XIV, en 1671. Ses jardins ont été tracés sur les plans de Le Nôtre, et Mme de Sévigné l'a habité quelque temps : on y voit encore la chambre qu'elle a occupée. Outre la splendeur des jardins, ce château est encore remarquable par des originaux de Vandick, de Largilière, de Rigaud, de David, de Duplessix, de Jouvenet, de Petitot et enfin de Mignart. Ce dernier est un portrait de Mme de Sévigné, représentée en Diane chasseresse. cette magnifique propriété, agrandie récemment d'un délicieux jardin anglais, par le possesseur actuel, Mr de Becdelièvre, avoisine les restes de l'ancien château d'Avaugour, affecté jadis à une branche cadette de la maison ducale de Bretagne, et qui a été réuni il y a environ 85 ans, à la Seilleraye. — Foire le 13 avril le 22 juillet, le 2 novembre, le lendemain quand un de des jours est férié — Géologie : Le micaschiste domine; en quelques endroits, il est recouvert d'argile mélangée de cailloux roulés et de fragments de quartz hyalin; tourbes dans le voisinage de l'Erdre. — Archéol. : Dom Morice, t. 1; col. 548; — On parle le français.

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église saint Pierre et saint Paul Iliz sent Per ha Pol
La borne  
Château de l'Epînay (1650)  
Château des Renaudières (1650)  
Château de la Seilleraye (1671)  
Château de Maubreuil (1815)  
Château de la Fleuriaye (1852)  
Manoir de la Pilardière  
La Bustière  
Moulin de Fay  

i

Sainte Anne, Patronne des Bretons, Priez pour nous

 

Étymologie

* Marteville et Varin : Ecclesia sancti Pétri de Quercufolio, et dans un titre de 1123 Carcafagus.

* J.Y Le Moing (1990) :

- p. 338 : Carcafagus, 1123; Querquefou 1272.

- p. 143-144 : "Dans l'évêché de Nantes ... Carquefou ... n'est apparemment pas breton".... ne semble pas, par ses formes anciennes attester d'une origine en Caer".  

- Phil. Saupin : 

Personnes connues Tud brudet
   

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Carquefou Kumunioù kanton * Kaergafoù
Carquefou * Kaergafoù
Mauves-sur-Loire    
Sainte-Luce-sur-Loire    
Thouaré-sur-Loire    

Communes limitrophes de Carquefou

Parrezioù tro war dro *Kaergafoù

Sucé-sur-Erdre Saint-Mars-du-Désert Mauves-sur-Loire Thouaré-sur-Loire Sainte-Luce-sur-Loire Nantes / Naoned

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* A. MARTEVILLE et P. VARIN, vérificateurs et correcteurs d'Ogée. 1843.

* Adolphe JOANNE : La Loire Inférieure au XIXè siècle. 1874. continué et commenté par Christophe BELSER : Loire-Atlantique. Editions C.M.D. 2000.

* Jean-Yves LE MOING : Noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop Breizh. 1990.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes de Loire Atlantique. Froger SA. 1996.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes de la Loire-Atlantique. 1999.

* J.L RAMEL et A.J RAUDE : Liste des communes du département de Loire-de-Bretagne. Maezoe-Heveziken. 2003

Liens électroniques des sites Internet traitant de Carquefou / *Kaergafoù

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Carquefou : dessin JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Information sur blocage de compte sur Wikipédia

L'information des recherches et découvertes archéologique concernant Saint-Symphorien et Bréssillien, de Paule, permettant d'étayer sérieusement la revendication de Brocéliande historique a été systématiquement rendue impossible sur la page de Wikipedia consacrée à Brocéliande, par des soi-disant experts en lutinologie, fées et korrigans  . Toute information systématiquement effacée; compte bloqué.

Compte tenu de cela, il est conseillé au lecteur de se reporter aussi à la page

Brocéliande historique.

Jean-Claude EVEN / Marikavel.org

Retour en tête de page