Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

 

Bro Sant-Brieg

Pays de Saint-Brieuc

  Sant-Brieg

Saint-Brieuc

 

 

pajenn bet digoret d'an Eil a viz Eost 2008 page ouverte le 02.08.2008     * forum du site Marikavel : Academia Celtica  dernière mise à jour 28/10/2019 13:55:17

Définition : commune de la Bretagne historique; siège de l'évêché breton de Saint-Brieuc. Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', chef-lieu du département des Côtes d'Armor, appelé Côtes du Nord (de la Bretagne) jusqu'en 1996.

Superficie : 

Population : 14888 hab. en 1856; 56282 hab. en 1979; 

Armoiries; blason : "d'azur, au griffon d'or" / "en glazur, e leonerez en aour"

Paroisse : cathédrale sous le vocable de saint Guillaume.  

Histoire :

* Anonyme (vers 1860) : SAINT BRIEUC, chef-lieu du département, est situé à 456 kilom. de Paris, par les 48°30'54" de latitude nord et par 5°5'2" de longitude ouest, et à 80 m. au-dessus du niveau de la mer. D'après le recensement de 1856, sa population est de 14,888 hab. Bornée au N. par le Gouët qui la sépare de¨Plérin, à l'E. par la Manche et par Langueux, au S. par Trégueux, et à l'O. par Ploufragan. — Siège d'une préfecture de 2e classe, d'un évêché, d'une cour d'assises, celle ville possède encore deux cures cantonales de Ière classe et une succursale, un tribunal de Ière instance et deux Justices de paix , un tribunal et une chambre de commerce. — Sous-division militaire; batterie d'artillerie de la garde nationale; compagnie de sapeurs-pompiers (100 hommes, 5 pompes); — commissariat de marine ; école d'hydrographie: — inspection d'académie ; lycée ; — écoles d'adultes, de sourds-muets, primaires et salle d'asile; — recette générale des finances ! une perception; — direction de l'enregistrement et des domaines ; direction et inspection des contributions directes et du cadastre ; des douanes et des contributions indirectes ; entrepôt des poudres et tabacs ; inspection et direction des postes; direction de télégraphie; — résidence d'un chef d'escadron de gendarmerie , d'un ingénieur en chef des ponts et chaussées , d'un receveur principal des douanes, d'un capitaine du génie, d'un vérificateur des poids et mesures, d'un receveur de l'enregistrement et d'un conservateur des hypothèques; — 5 notaires ; — station et gare de chemin de fer de Paris à Brest; — chambre consultative d'agriculture; conseil d'hygiènes et de salubrité; comice agricole; société maternelle; société de secours mutuels; caisse d'épargne; société archéologique; — station d'étalons impériaux ; — course de chevaux depuis 1807; — bibliothèque publique (22,000 vol.); — musée; théâtre; — vice-consulats d'Angleterre et de Suède; — 3 journaux; 4 imprimeries; 2 lithographies; 5 librairies; enfin tous les établissements et bureaux commune aux chef-lieux de département.

Fondée à la fin du Vè siècle par le saint missionnaire qui lui a donné son nom et qui vint, avec 84 religieux, bâtir, dans le lieu appelé la Vallée-Double, un monastère sur l'emplacement duquel a été construite la cathédrale, Saint-Brieuc ne paraît qu'à de rares intervalles dans nos fastes historiques et n'a jamais été, à proprement parler, qu'une ville épiscopale célèbre par la sainteté et le mérite de ses prélats. Ses annales militaires doivent se rapporter, en grande partie, à l'antique forteresse de Cesson qui a été, pendant plusieurs siècles, regardée comme une des places les plus importantes de Bretagne, et dans laquelle plusieurs de nos ducs ont aimé à séjourner. Démantelée après les guerres de la Ligue, en 1598, il n'en reste plus qu'une potion du donjon, qui se dresse encore à une hauteur de 20 mètres. Il sert d'amer aux navires qui se dirigent vers l'embouchure du Gouët pour entrer dans le port du Légué. Saint-Brieuc est une ville éminemment bourgeoise et presque champêtre ; ses habitants ont conservé en grande partie les habitudes de leurs ancêtres ; ils se lèvent, se couchent et mangent aux mêmes heures qu'au siècle passé; quoique l'élément administratif y devienne chaque jour plus prépondérant , il se passera encore un certain nombre d'années avant que ces bons usages, qui s'accordent avec ceux des cultivateurs, aient disparu. Reconstruite presque en entier depuis quarante ans, et malheureusement sur un plan défectueux qui rappelle à peu près la disposition de ses vieilles rues tortueuses cet angustiées, elle ne laisse plus apercevoir que quelques débris de l'ancienne cité. Cependant les nouvelles constructions ont,  en général, profité du confortable et des commodités introduites depuis peu dans les maisons d'habitation.

Parmi les monuments dignes d'intérêt que renferme Saint-Brieuc , nous devons citer tout d'abord la cathédrale, dédiée à saint Etienne , construite au XIIIè siècle par l'évêque saint Guillaume , avec des matériaux dont une partie parait avoir appartenu au siècle précédent. Cette église, qui a soutenu un siège de quinze jours en 1594, a conservé le chevet édifié à l'époque de sa construction ; la nef date seulement de 1755 et laisse beaucoup à désirer sous le rapport architectonique; la chapelle de la Sainte-Vierge est du XIVè siècle; celle du Saint-Sacrement, du XVè. La boiserie de l'orgue , œuvre de la Renaissance, ainsi qu'un retable d'autel du XVIIIè siècle , sont remarquables par leurs sculptures. On v voit aussi les tombeaux des évêques de Saint-Brieuc, Le Porc de la Porte, décédé en 1632; Caffarelli, décédé en 1815; Le Grouin de la Romagère, décédé en 1841, et Le Mée, décédé en 1858. — La chapelle de N.-D. de l'Espérance est un édifice moderne dans le style le plus pur du XIIIè siècle; ses vitraux historiés sont remarquables. — Les autres édifices religieux sont : l'église Saint-Michel, très-vaste et construite en 1838; celle de Cesson, paroisse rurale; Saint-Guillaume, bâtie en 1854, et les chapelles des divers établissements et communautés de la ville.

L'hôtel de la Préfecture, avec son beau parc de plusieurs hectares; le Palais épiscopal , joli édifice du XVIIè siècle, et le Palais de Justice, qu'on achève en ce moment, sont dignes d'attention. — Le Lycée, nouvellement terminé, est vaste et bien approprié à tous les besoins de l'éducation ; il peut contenir 300 internes. Il est remarquable par l'ensemble et |a régularité de ses constructions. — Les casernes sont spacieuses et confortablement aménagées. — Le grand Séminaire diocésain est aussi un fort bel édifice , ainsi que le nouveau collège de Saint-Charles. 

On compte à Saint-Brieuc un certain nombre d'établissements de bienfaisance; ils sont administrés avec un soin tout particulier. Nous avons déjà parlé de l'asile départemental de femmes aliénées, de celui des incurables et de l'hospice civil; nous devons encore mentionner ... <

 

Archéologie. Patrimoine :
La ville Ar gêr
Cathédrale saint Guillaume Iliz-Veur sant Gwilherm

Étymologie

L'interprétation par San Brieg = la ville des vallées, est une incommensurable loufoquerie.

Personnes connues Tud brudet
Ferdinand FOCH et Julie BIENVENÜE

mariés en l'église Saint-Michel le 5 novembre 1883

 

Armorial * Ardamezeg

   
Bagot Damar Favigot Kerangal / Querangal    

seigneur des Salles en Trégueux; dela Roche-Blanche; de la Ville-Ménart; de Prévallon

"d'azur à la bague ou annelet d'or"

"en glazur e rilhenn en aour"

arm. 1696

Plusieurs syndicts et maires de Saint-Brieuc depuis 1579

(PPC)

seigneur de Landabran; de la Ville-Agan; de Saint-Rivily; de la Noë; de la Ville-Cado; de Boisguilbert

déboutés par la réforme de 1669; ressort de Saint-Brieuc

"d'azur à la croixengreslée d'argent, cantonnée de quatre roses de même"

"en glazur e groaz koñchek en arc'hant eilet gant ur rozenn ivez en arc'hant ouzh pep konk"

Plusieurs syndics et maires de Saint-Brieuc depuis 1639

(PPC)

seigneur de la Villegohel et de la Villerault, en Plérin; du Clos, en Saint-Michel; de la Ville-Raoul, en Cesson; du Bouëxic

"d'or à la fasce d'azur, chargée d'un croissant d'or, accosté de deux roses de même, et accompagnée de trois grendes de gueules"

"en aour e dreustell en glazur, karget gant iur greskenn en aour, hebiaet gant div rozenn ivez en aour; hag eilet gant teir greunaval en gwad"

déboutée en 1671; admis aux Etats de 1736

(PPC)

seigneur de la Hautière, de Kerascouët, de Moustoirlan, des Essarts, évêché de Saint-Brieuc

"d'argent à l'aigle de sable, perchée sur une branche d'olivier de sinople, fruitée de gueules"

"en arc'hant, e erez en sabel kludet war ur brank gwezenn-olivez geotet, e frouezh en gwad"

références et montres : 1489, 1748, 1781

un alloué de Saint-Brieuc en 1748, député-agrégé de cette ville aux Etats de 1758

(PPC)

   

 

   
  Labat Labat Palasne Quémar  
  seigneur de Riben, de Plaineville

déboutés en 1668

ressort de Saint-Brieuc

"d'azur au lion d'or"

"en galzur e leon en aour"

Pierre, syndic de Saint-Brieuc en 1666

* (?) un grand archidiacre de Saint-Brieuc en 1680

(PPC)

seigneur de la Villedoré et de la Villeraoul, en Cesson seigneur de Champeaux; du Rumain, de la Ménardière, du Pélican, de la Villeauroux, en Cohiniac

"d'azur à la fasce d'argent chargée de trois fers de mulet de gueules et accompagnée de trois feuilles de chardon d'or"

"en glazur e dreustell en arc'hant karget gant tri houarn mul en gwad, hag eilet gant teir delienn askol en aour"

sceau / siell 1696

un sénéchal de Saint-Brieuc en 1765

(PPC)

seigneur de Kersaint

"d'argent à trois glands de sinople"

"en arc'hant, e deir mezenn geotet"

Guillaume, syndic de Saint-Brieuc, en 1595

(PPC)

 

 

 

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Saint-Brieuc Kumunioù kanton Sant-Brieg
Hillion  
La Méaugon    
Langueux    
Plédran    
Plérin    
Ploufragan    
Pordic    
Saint-Brieuc  
Saint-Donan    
Saint-Julien    
Trégueux    
Trémuson    
Yffiniac    

Extrait de J. Rigaud (1890)

Communes limitrophes de Saint-Brieuc Parrezioù tro war dro Sant-Brieg
Plérin Langueux Trégueux Ploufragan Trémuzon

Sources; Bibliographie :

- OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; revu et corrigé par MM. A. Marteville et P. Varin en 1845.

- Editions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

- Editions FLOHIC : Le patrimoine des communes des Côtes d'Armor. 1999.  

Liens électroniques des sites Internet traitant de Saint-Brieuc / Sant-Brieg

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Saint-Brieuc : dessin JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page