Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux

Noms de personnes

Breizh

Bretagne

Bro Naoned

Pays de Nantes

Naoned

Nantes

 

Montrelais

Monterlaè

*Mouster-Leis

 

page ouverte le 17.01.2012 forum de discussion

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 20/01/2012 13:31:39

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Nantes / Bro Naoned; évêché de Nantes

Aujourd'hui dans la région économique dite 'des Pays de Loire', département de Loire Atlantique; arrondissement d'Ancenis; canton de Varades; sur la Loire et la Boire torse.

Superficie : 1373 ha.

Population : 2300 'communiants' vers 1780 (y c ceux de la Chapelle et du Fresne); 514 hab. en 1968; 

Paroisse : l'église est sous le vocable de saint Pierre.

Armoiries; blason :

* Froger et Pressensé (dessin ci-contre) : "d'or à trois jumelles d'azur en bandes". Armes de la famille de Montrelais (sceau de 1218). Jean de Montrelais fut évêque de Vannes puis de Nantes (+1391). Hugues (+1390) fut évêque de Tréguier, de Saint-Brieuc, puis cardinal et chancelier du Duv Jean IV.

* Editions Flohic : "

Histoire

* Ogée (1780) : Montrelais; au bord de la rive droite de la Loire; à 11 lieues à l'E.-N.-E. de Nantes, son évêché et son ressort; à 21 lieues 1/4 de Rennes, et à 3 1ieues 3/4 d'Ancenis, sa subdélégation. On y compte 2300 communiants. La cure est à l'Ordinaire. Montrelais est une baronnie, avec haute, moyenne et basse-justice, qui s'exerce à la Rue-du-Fresne; elle appartient à MM. du Dresné et du Latte. Ce territoire est contigu à la province d'Anjou, et produit du grain, du vin qui passe pour le meilleur du comté nantais, et beaucoup de foin. On y remarque les maisons de la Rezillière, les Mortiers, les Gassoires, les Mares, la Pinardière, le Brais, la Verderie, la Gracir, le Vau, le Plessis, la Chapelle de la Fenouillière, la Haute-Boutière et la Catelinière. « L'an 1187, Richard, comte de Cornouailles, fils du roi «d'Angleterre Henri II, prit le château de Mon-strclais, place forte, dont Hervé et Guyomar de » Léon s'étaient emparés depuis la mort de Geof-»froi, duc de Bretagne. » L'an 1196, André, chevalier, seigneur de Varades, donna, par testament, une somme de dix sous à l'église de Saint-Sauveur de Montrelais, qui devint dans la suite prieuré de la dépendance de l'abbaye de Dol, ordre de Saint-Benoît, dans l'archevêché de Bordeaux. L'église était encore desservie, eu 1626, par deux moines de cette maison.

Renaud, chevalier, seigneur de Montrelais, vivait en 1212; Macé de Montrelais, en 1240, Garin de Moutrelais, en 1250, et Philippe de Montrelais, en 1312; ce dernier eut un fils qui fut successivement chantre, doyen de la cathédrale de Nantes, archidiacre de Lamée, puis successeur d'Olivier Saladin à l'évêché de Nantes, en 1352. Innocent VI le transféra peu après à l'évêché de Tréguier et enfin à celui de Saint-Brieuc, l'an 1358. Ce prélat suivit le parti de Charles de Blois et assista, en qualité de plénipotentiaire de la comtesse, sa veuve, au traité conclu à Guérande le 12 avril 1365. L'attachement de Hugues de Montrelais à la maison de Penthièvre ne le rendit point suspect au duc Jean IV, qui l'éleva à la dignité de chancelier de Bretagne. Il servit son nouveau maître avec fidélité, et défendit avec beaucoup de zèle les droits et la gloire de la province. Lorsque le duc Jean IV rendit hommage au roi de France Charles V, il prouva si clairement que cet hommage ne devait point être lige, que le monarque, de l'avis de son conseil, consentit à le recevoir tel qu'on voudrait le rendre. Hugues de Montrelais, ennuyé de vivre dans une province sans cesse déchirée par les divisions domestiques, se démit de son évêché et se retira à Avignon. Le pape Grégoire XI le nomma à l'évêché de Sainte-Sabine et le fit cardinal sous le nom de cardinal de Bretagne, en 1372. Jean, fils de Renaud de Montrelais, et de Marie, fille de Geoffroi, baron d'Ancenis, fut nommé à l'évêché de Vannes, en 1367. Briand, IVe du nom, seigneur de Montejean, épousa, vers l'an 1385, Marie de Montrelais, de laquelle il eut plusieurs enfants. Jean, seigneur de Montejean et de Chollet, fut bailli de la Touraine.

* Marteville et Varin (1843) : MONTRELAIS (sous l'invocation de saint Pierre); commune formée de l'anc. par. de ce nom, moins sa trêve la chapelle Saint-Sauveur (voy. ce mot), devenue commune; aujourd'hui succursale. — Limit. : N. la Chapelle-Saint-Sauveur; E. partie par la ville d'Ingrande (Maine-et-Loire), partie par la Loire; S. la Loire; O. Varades.— Princip. vill. : Basse-Jartrie, le Veau, la Poitrière, le Plessis, Beauvais, la Peignerie, la Haie, la Verderie, la Haute-Charbonnerie, la Basse-Charbounerie, la Bretellerie, Bezillais ( château du ). — Superf. tôt. 2001 hect. 5 a., dont les princip. div. sont : ter. lab. 897; prés et pat. 383; vignes 333; bois 28; verg. et jard. 81; oseraies et aulnaies9; canaux de navigation 10; étangs 2; sup. des prop. bât. 11; cont. non imp. 247. Const. div. 735; moulins 7. Le bourg de Montrelais est situé sur un coteau d'où l'on découvre le cours de la Loire et une partie du département de Maine-et.Loire. — La commune de Montrelais possède de riches mines de houille qui, dit-on, s'étendent au sud-sud-est jusque sous le lit de la Loire, et communiquent avec les houillères de Montjean, situées dans le département de Maine-et-Loire; et à l'ouest-nord-ouest, jusqu'à Nort. Ces mines étaient connues avant 1755; mais elles n'ont été concédées qu'en 1765 à une compagnie qui, en 1791, exploitait annuellement 135 à 140,000 hect. de charbon, et occupait environ huit cents ouvriers. De 1791 à 181.J, la production était descendue à 60,000 hect. A cette époque, MM. Poulet et Berthault, ayant acheté la concession de ces mines, ont établi de nouveaux puits sur l'extrémité ouest du filon, et sur le territoire de la Tardivière, puits qui ont pris le nom de Mouzeil, et qui produisent annuellement plus de 400,000 hect. Plusieurs machines à vapeur et plus de cinq cents ouvriers exploitent actuellement les mines de Montrelais et de Mouzeil, dont la concession s'étend sur 24,000 m. en longueur et sur 4000 en largeur. — Le charbon que l'on extrait de ces mines est de bonne qualité, encore bien qu'il ne vaille pas ceux de l'Angleterre et du nord de la France; mais aussi il offre pour son exploitation beaucoup moins de dangers, en ce qu'il ne laisse dégager que d'infiniment petites quantités de gaz carboné, et ne présente pas dès lors pour les ouvriers les inconvénients qu'ils rencontrent dans la plupart des houillères. Quand nous sommes descendu en ces mines (1826), tous les travaux s'y exécutaient à la lumière libre, avantage immense sous tous les rapports. Chaque mineur avait ou sa lampe, ou sa chandelle, au lieu d'être forcé de recourir à la lueur si faible de la lampe de Davy, ou, comme autrefois, aux étincelles Intermittentes de la roue d'acier. — Nous avons trouvé dans l'un des puits de Montrelais, profond de plus de 700 pieds, des houilles portant des empreintes (le fougères et autres cryptogames. M. Dubuisson a dit avoir trouvé de pareilles empreintes à une profondeur presque double. — On trouve dans les anciens titres Montrelais nommé Ecclesia sancti Pétri de monasterio legtim, Nous n'entreprendrons pas d'expliquer cette latinisation bizarre d'un nom sans doute défiguré. — Le paragraphe que nous avons guillemeté dans le texte est une erreur évidente d'Ogée, qui aura pris Mons-Relaxus pour Montrelais, alors qu'il est bien certain que Mons-Relaxus est Morlaix.— Géologie : la roche dominante est le psammite; terrain houiller. — On parle le français.

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Eglise saint Pierre (1525-1535-XVIIIè) Iliz sant Per
   
   
Château de Beaubuisson (XIIè, XIIIè, XVIIè)  
Château de Montrelais (XIVè)  
   

 

Étymologie

* Ogée (vers 1780) : 

* Marteville et Varin (1843) : 

* Editions Flohic : probablement du latin monasterium, monastère, et du celte lagios, camp, lieu de repos. Monasterium Legum, 1123. 

Personnes connues Tud brudet
Phillipe de Montrelais  
Hugues de Montrelais

évêque de Nantes en 1352, de Tréguir en ---, de Saint-Brieuc en 1358.

Signataire du traité de Guérande pour le parti de Blois/Penthièvre

Chancelier du duché de Bretagne

Cardinal de Bretagne en 1372

 
Rodolphe Bresdin

aquafortiste, lithographe

Montrelais /  ?

 

vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Varades / Varadd Parrezioù kanton *Gwared
Belligné *Belenieg
La Chapelle Saint Sauveur  
Le Fresne sur Loire / Le Fresnn *Kaeronnenn
Montrelais / Monterlaè

*Mouster-Leis

La Rouexière  
Varades / Varadd *Gwared

Communes limitrophes de Montrelais / Monterlaè Parrezioù tro war dro *Mouster-Leis
Varades / Varadd La Chapelle Saint-Sauveur Le Fresne sur Loire La Loire

 

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780.

* MM. A. MARTEVILLE & P. VARIN, continuateurs et correcteurs d'Ogée; 1843.

* Adolphe JOANNE : La Loire Inférieure au XIXè siècle. 1874. continué et commenté par Christophe BELSER : Loire-Atlantique. Editions C.M.D. 2000.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes de Loire-Atlantique. Froger S.A. 1996.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes de la Loire-Atlantique. 1999.

* Christophe BELSER : Loire-Atlantique. La Loire-Inférieure au XIXè siècle. Editions C.M.D; Doué la Fontaine. 2000. reprise d'Adolphe-Laurent JOANNE.

* J.L RAMEL et A.J RAUDE : Liste des communes du département de Loire-de-Bretagne. Maezoe-Heveziken. 2003.

Liens électroniques des autres sites traitant de Montrelais / Monterlaè / *Mouster-Leis

* lien communal : 

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Montrelais : dessin JC Even sur logiciel Genheral5. 

hast buan, ma mignonig vas vite, mon petit ami

go fast, my little friend

Retour en tête de page