Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

 

Bro Roazhon

Pays de Rennes

  Ercé en Lamée

Erczaé

*Ergae-Mez / *Herzieg-Mez

 

pajenn bet digoret ar 07.08.2009 page ouverte le 07.08.2009

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 02/07/2016 09:30:53

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Rennes / Bro Roazhon; évêché de Rennes.

Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département d'Ille et Vilaine, arrondissement de Redon; canton de Bain de Bretagne; sur le Semnon

Superficie : 3921 ha.

Population : 2800 'communiants', vers 1780; 2231 hab. en 1881; 1542 hab. en 1968; 1253 hab. en 1982; 1172 (1156 ?)  hab. en 1999; 

Blason

 

Paroisse : l'église est sous le vocable de saint Jean Baptiste

Histoire :

* Ogée : Ercé-en-Lamé [en Lamée]; dans un fond, à 7 1ieues 5/4 au S.-S.-E. de Rennes, son évêché et son ressort, et à 4 lieues 3/4 de Derval, sa subdélégation. Cette paroisse, dont M. le prince de Condé est seigneur, compte 2800 communiants. La cure est présentée par l'abbesse de Saint-Sulpice. Son territoire est fort étendu. Il est borné au nord par la rivière de Bruz; au sud par le fleuve d'Aaron*, faisant la séparation du diocèse de Rennes d'avec celui de Nantes. On y voit des terres bien cultivées, quelques prairies et beaucoup de landes, particulièrement au sud de son bourg, où il s'en trouve une très-vaste, ayant environ trois lieues de longueur sur une demi-lieue de largeur. Elle est traversée par deux chemins très-fréquentés, l'un conduisant de Bain à Martigné, et l'autre de Bain à Chateaubriand. Sur le bord de ce dernier, on voit les vestiges d'un ancien cimetière, appelé par tradition le cimetière des Croix-Braux* [Brault]. On peut conjecturer qu'il s'est anciennement donné une bataille dans cet endroit, parce qu'entre les deux chemins dont on vient de parler, ou aperçoit des restes de fossés et de retranchements : de là vient l'origine du nom de cimetière. La forêt de Teille [Teillay], qui contient environ quatre mille arpents de terrain planté en futaie et taillis , est en partie située dans ce territoire. Elle appartient à M. le prince de Condé. A l'ouest-sud-ouest se trouve Teille, qui paraît avoir été autrefois ville. La raison que l'on en peut donner, c'est qu'on trouve dans les sorties de cet endroit d'anciens pavés qui conduisent de Teille au château de la Rochegiffart (en la paroisse de Saint-Sulpice-des-Landes), et, d'un autre côté, à Chateaubriand. On y voit encore les vestiges d'un ancien château entouré de douves existantes; mais la meilleure raison que l'on puisse donner de l'existence de cette ville, aujourd'hui détruite, c'est que les habitants de Teille paient annuellement un droit de porte de ville à M. le prince de Condé, et qu'ils trouvent journellement des vestiges de murs dans les jardins et prairies voisines. On trouve aussi en plusieurs endroits des vestiges de forges à bras, desquelles on faisait usage pour fabriquer le fer avant l'invention des forges actuelles. La paroisse d'Ercé passe pour une des anciennes du diocèse. On lui a donné le surnom de Lame, parce que fout le terrain enclavé entre les rivières de Loire et de Vilaine se nomme Lamée, et pour la distinguer de l'autre Ercé, qui est clans ce même diocèse et qui se nomme Ercé-près-Gosné [Ercé-sous-Liffré]. L'an 1055, Philibert et ses trois frères vendirent aux moines de Saint-Florent la moitié de l'église d'Ercé, pour une somme de 6 livres. Quelque temps après, se trouvant encore dans le besoin, ils leur cédèrent l'autre moitié pour la somme de 8 sous, à condition qu'ils auraient reçu les honneurs de la sépulture dans l'abbaye de Saint-Florent. Les églises étaient alors possédées à titre d'héritages, comme tous les autres biens qui passent du père au fils. Le prieuré de Saint-Malo, situé dans ce territoire, fut donné, l'an 1141, par Alain, évêque de Rennes, à Marie, fille d'Etienne, roi d'Angleterre, et première abbesse de Saint-Sulpice. L'an 1181, Philippe, évêque de Rennes, confirma à Nine, alors abbesse de Saint-Sulpice, la donation ci-dessus. En 1400 Jeanne de Champagne était prieure de ce monastère. C'étaient des bénédictines, gouvernées par une prieure nommée par l'abbesse de Saint Sulpice. La dernière prieure de Saint-Malo fut la dame de Cornullier, qui se rendit à la clôture en 1620, sous la dame de Marais, qui acheva le projet de réforme que la dame Dangennes, sa tante, avait commencé eu 1612. C'était la prieure de Saint-Malo qui présentait le bénéfice d'Ercé : elle nommait un bénédictin pour desservir la cure, qui a été possédée par des moines de cet ordre jusqu'en 1672 ; et c'est depuis ce temps qu'elle est desservie par un prêtre séculier, à la nomination de l'abbesse de Saint-Sulpice, comme on l'a ci-devant dit. Nous ignorons en quel temps les religieuses bénédictines ont quitté le prieuré de Saint-Malo pour se rendre à l'abbaye de Saint-Sulpice. On voit encore le clocher et l'église de ce prieuré. En 1400, on connaissait dans ce territoire les maisons nobles suivantes : Bremont et le Verger, à Jean Giffar; Bonater et la métairie de Launaye, à Jean Amy; la Thebaudaye, à Guillaume du Roupure; la Chesnaye, à Guillaume Durand; Hugères et la Motte, à Jean Aquilon, seigneur d'Hugères, aujourd'hui à M. du Poulpiquet du Halgouet; la Mariaye, Leva, la Robinais et la Noëbrou.

* Marteville et Varin (1843) : ERCÉ-EN-LAMÉE (Erceius in Mediâ), sous l'invocation de saint Jean-Baptiste; commune formée de l'anc. par. de ce nom , aujourd'hui cure de 2è classe; chef-lieu de perception. — Limit. : N. Le Sel, Tresboeuf, Lalleu, Thourie; E. Soulvache, Rongé; S. Rouge, Ruffigné, Saint-Sulpice-des-Landes; O. Saint-Sulpice-dès-Landes, Bain. — Princip. vill. : la Nouette, la Veslais, le Bas-Cermigné, le Val-Giffard, la Dieubrie, la Beuscherais, Roche, le Verger, le Friche-Blanc, la Coudre, Malaunay, la Chapelle, Langerie, la Thébaudais, le bourg de Teillay, la Simonnais, le Plessix, le Pin, la Chaudrie, le Boulay, Belliard, Beauvais, Haut-Germigné. le Perray, le Fretay, la Menerie. — Maisons remarquables ; châteaux de la Motte-des-Vaux, d'Hugère. — Superf. tôt. 6476 hect. 3 a., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 2824: prés et pât. 673; bois 825; verg. et jard. 02; landes et incultes 1825; étangs 12; sup. des prop. bat. 23; conl. non imp. 202. Const. div. 983; moulins 5 (du Bas-Germigné, de Pussac, de Roche, à eau; de Bretagne, de la Nation, à vent). L'église d'Ercé-en-Lamée est fort ancienne; mais nous ne pouvons préciser à quelle date elle se rapporte. Elle a été succursale depuis la Révolution jusqu'en 1828, époque à laquelle on l'érigea en cure.— Il y avait, outre l'église, la chapelle tréviale de Teillay, les chapelles de la Fleuriais, de Bloré, de Hugère, de Saiut-Eustache. On célèbre encore l'office divin chaque dimanche à Teillay; et à Hugère et Saint-Eustache, à l'époque des Rogations. — Cette dernière chapelle, située sur les ruines du château de ce nom, est un lieu de dévotion fréquenté par les pèlerins le jour Saint-Jean et le lundi de la Pentecôte. — Nous croyons difficilement qu'il y ait eu jadis une ville à Teillay : rien, dans l'archéologie de notre pays, ne justifie cette assertion. — On ne voit plus aujourd'hui du cimetière des Croix-Brault que les fossés qui en formaient l'enceinte. — On voit aussi dans la partie de la forêt de Teillay qui avoisine les limites de là Loire-Inférieure l'ancien couvent de Saint-Martin , aujourd'hui en ruines. Les parties construites dans le XVIIè siècle sont les plus distinctes.— Ogée se trompe quand il parle du fleuve Aaron; le ruisseau Aron est un petit cours d'eau qui se jette dans la petite rivière du Cher. — La Mariais et la Robinais sont en Brain, et non en Ercé. — Il y avait jadis des tanneries en cette commune; actuellement on se borne à exporter beaucoup d'écorces de chêne. — Le Samnon sert en partie de limite nord, et à l'est la limite est formée par un ruisseau qui se jette dans cette rivière.— La belle forêt de Teillay compose, avec les taillis de la Serpandais et du Plessix , les 825 hectares de bois que renferme la commune d'Ercé. — II y a foire le mardi qui suit le 25 avril. — On parle le français.

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église saint Jean-Baptiste (1856-1889) Iliz
Alignements des Pierres-Grises / Pierres des Fées  
Voie romaine Angers-Carhaix  
Chapelle saint Fiacre de la Fleuriais  
Château d'Huguères (restes)  
Château de la Motte des Vaux (XVIIè, XVIIIè, XIXè)  
Manoir des Vergers (1600)  
Manoir de Caillaboeuf (XVIè-XVIIè)  

Étymologie

* Ogée (1780) : Ercé-en-Lamé.

* Marteville et Varin (1843) : ERCÉ-EN-LAMÉE (Erceius in Mediâ)

* Dauzat et Rostaing (1963-1978) : "sans doute comme Hercé, Mayenne ... Nom d'homme latin *Hirpicius, de Hirpius, et suffixe -acum"

* Éditions Flohic (2000)  : "peut-être de l'anthroponyme gallo-romain Hirpicus, et du toponyme La Mée, le pays mitoyen, du milieu, dont Lamée est une déviation orthographique".

* Hervé Abalain (2000) : 

Personnages connus Tud brudet
Famille d'Aiguillon

"de sable, à trois quintefeuilles d'argent"

La branche des seigneurs d'Hugères s'est fondue en 1648 dans la famille de Poulpiquet

Familh Aiguillon

"e sabel, e deir pempdiliaouenn en arc'hant"

Barr aotrounez Hugères en em zo mesked e 1648 en ar familh Poulpiked

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Bain de Bretagne Parrezioù kanton *Baen-Veur
Bain de Bretagne *Baen-Veur
Crevin  
Ercé en Lamée / Erczaé *Ergae-Mez /  *Herzieg-Mez
Messac *Mezeg
La Noë-Blanche / La Nóe-Blaunch *Ar Woezh-Wenn
Pancé / Panczaé *Pantieg
Pléchâtel / Ploechastèu *Plegastell
Poligné / Polinyae *Polinieg
Teillay / Teilhaè

*Tilied

Communes limitrophes d' Ercé en Lamée / Erczaé Parrezioù tro war dro  *Ergae-Mez / *Herzieg-Mez
La-Bosse-de-Bretagne Tresboeuf Lalleu Thourie Teillay Ruffigné Saint-Sulpice-des-Landes Bain-de-Bretagne Pancé

Sources; Bibliographie :

* Ogée : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* A. Marteville et P. Varin, continuateurs et correcteurs d'Ogée, 1843. 

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Larousse, 1963; Librairie Guénégaud, 1978.

* Éditions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Éditions Flohic : Le patrimoine des communes d'Ille et Vilaine. 2000.

* J.L RAMEL et A.J. RAUDE : Liste des communes du département de L'Ille et Vilaine. Rolaey dez comunn deu departamant deu l'Ill e Vilaeyn. Roll komuniou an departamant Il-ha-Gwilen.  Maezoe-Heveziken. 2003.

* Daniel DELATTRE : L'Ille et Vilaine. Les 352 communes. Éditions Delattre. 2004.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes des Côtes d'Armor et Ille et Vilaine. 2008.

* Ofis Publik ar Brezhoneg / Office Public de la langue bretonne : Roll kumunioù Breizh / Liste des communes de Bretagne. 2011.

Liens électroniques des sites Internet traitant d'Ercé-en-Lamée / Erczaé / *Ergae-Mez / *Herzieg-Mez :

* lien communal :

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason d' Ercé-en-Lamée : composition JC Even sur logiciel Genhéral5 (en attente)

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page