Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro Roazhon

Pays de Rennes

Eskopti Roazhon

Évêché de Rennes

 

Bruz * Brutz

*Bruzh

 

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 12/06/2017 21:16:04

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Rennes / Bro Roazhon; évêché de Rennes.

Aujourd'hui dans la région économique non historique dite 'de Bretagne', département d'Ille et Vilaine, arrondissement de Rennes; chef lieu de canton; sur la Vilaine et la Seiche.

Superficie : 2995 ha.

Population : 1800 'communiants' vers 1780; 3003 hab. en 1881; 5 969 hab. en 1968; 7856 hab. en 1982; 13 207 hab. en 1999; 

i

Extrait de Tabula ducatus britanniae gallis (XVIIè)

Armoiries; blason :

* Éditions Flohic : "les hermines représentent la Bretagne, le brin de bruyère évoque la possible étymologie et la barre ondée rappelle que Bruz est bordé par la Vilaine et traversé par la Seiche. La croix de guerre avec étoile de vermeil est la décoration décernée à Bruz à la suite du bombardement du 8 mai 1944".

* Froger et Pressensé (2008) : "tranché de gueules et de sable, une cotice en barre ondée d'azur brochant sur la partition; le premier est chargé d'un brin de bruyère de sinople, le second de la croix de guerre 1939-1945 avec étoile de vermeil; au chef d'hermine". L'onde évoque la Vilaine et la Seiche. La bruyère rappelle l'étymologie celtique de Bruz (brug = buisson). Croix de guerre décernée après les bombardements du 8 mai 1944.

-----------

* JC Even : 

Paroisse : église sous le vocable de saint Martin.

Histoire

* Ogée (1780) : BRUTZ; à 2 1. l/6 au S.-S.-O. de Rennes, son évêché, sa subdélégation et son ressort. Cette paroisse se nommait autrefois Saint-Armel. On y compte 1800 communiants : la cure est à l'Ordinaire; M. l'évêque de Rennes en est le seigneur. 

— L'an 1084, Geoffroy, comte de Rennes, donna à Silvestre de La Guerche, évêque de cette ville, la seigneurie de Brutz, qui depuis ce temps a toujours appartenu à ses successeurs, qui ont une maison de plaisance dans ce territoire. 

— En 1529, deux officiers d'un corps de troupes anglaises qui était à Brutz furent tués à la promenade par quelques paysans de l'endroit. Dès le lendemain, les troupes se saisirent des assassins, en firent pendre trois et brûlèrent le bourg*.

—En 1730, on fit l'ouverture de la mine du Pont-Péan, située dans cette paroisse. C'est une mine de plomb très-abondante en matière. Le roi, pour en favoriser l'exploitation, donna une déclaration, le 23 août 1735, qui portait que le plomb et la litharge provenant de celte mine, destinés pour le royaume, ne paieraient d'entrée que deux sols par quintal à leur arrivée au lieu de leur destination, et qu'en sortant des ports de France ils seraient exempts de tous droits de sortie. En 1760, il survint entre les intéressés un procès qui en arrêta quelque temps l'exploitation*. 

— On trouve dans le même territoire une carrière de marbre jaune maculé de même couleur, avec des zones ou veines d'un bleu ardoise*; et dans un autre endroit, sous un lit de pierre d'un blanc tirant sur le jaune, on trouve de la marne et autres coquillages fossiles qui ne paraissent propres qu'à faire de la chaux. On ne peut pénétrer qu'à une certaine profondeur, parce qu'on est arrêté par un banc de très-belles pierres qui ressemblent à la rérie, et qui sont plus nettes et plus claires que toutes celles qu'on a employées jusqu'ici à la construction de nos plus magnifiques édifices. Cette carrière est fort étendue et pourrait servir à bâtir une ville entière, autant qu'on en peut juger par la seule inspection. Elle est sans doute ignorée de nos architectes bretons, puisqu'on ne fait point encore usage de ces pierres. Il est à croire que, dès qu'on la connaîtra, on l'emploiera à l'agrandissement et à l'embellissement de nos villes. Les anciens Bretons la connaissaient vraisemblablement, puisqu'on a trouvé des pierres semblables dans les débris de l'ancienne cathédrale de Rennes, démolie en 1755.

Le manoir de la Cheze, en 1390, à Jean de la Touche; en 1400, le manoir de Carcé, à Charles le Porc; Vert-Busson, à Jean Beaudouin; le manoir du Pan, à Yves du Pan; en 1420, la Biardais [Bihardais], à Jean Beaudouin; les Loges, à Geoffroy Breard; en 1480, le château de Cicé, à Pierre Champion, chevalier, seigneur de Cicé. En 1620, Gui Champion de Cicé fut nommé évêque de Tréguier. En 1642 [en 1598], la terre et seigneurie de Cicé fut érigée en baronnie en faveur de Charles Champion, conseiller au Parlement de Bretagne.

Le territoire de Brutz est fertile en grains de toute espèce : on y voit de bonnes prairies, des pâturages abondants, des fruits en quantité dont on fait du cidre, quelques vignes qui produisent un petit vin blanc qu'on débite à Rennes sous le nom de vin de Brutz*. On y remarque le Pont-Réan, qui est percé de neuf arches : celle du milieu sépare les paroisses de Brutz et de Guichen. Ce pont, qui fut refait à neuf en 1767, était bâti en piles de pierres avec des travées de bois. On trouva sur la tête des pieux qui soutenaient les pierres, un grand nombre de pièces de cuivre doré frappées au coin de Jules-César.

*******

* Marteville et Varin (1843) : BRUTZ (sous l'invocation de saint Martin), commune formée de l'anc. par. de ce nom, aujourd'hui succursale. Lim. : N. Saint-Jacques; E. Chartres, Saint-Erblon; O. Goven, Cbavagne; S. Laillé, Guichen. — Princip. vill. : Chancor, la Grange, la Haye, Matival, le Callouet, le Bois-Doré, la Bihardais, Champ-Niguel, la Chaussairie, la Guersaudière, La Marionnais, le Pont-Péant, Pan, le Haut et Bas Carcé, l'Orguenaie, Chantelou, le Rocher, Cahot, la Bezirais, l'Etriette, la Pommeraye, le Pont-Réan, Mons, le Manoir. —  Superf. tot. 2953 hect.41 a. 95 c., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 1776; prés et pat. 329; bois 197; verg. et jard. 39; landes et incultes 457; sup. des prop. bat. 20; cont. non imp. 133. Const. div. 498; moulins 3 (de Chancor, du Boëlle, de Carcé).  Il y avait en Brutz sept chapelles en titre de bénéfice : 1. à la Bihiardais, 801iv.; 2. au château de Cicé, deux chapellenies, 200 liv.; 3. à la Houssaye, 150 liv.; 4. à Carcé, 390 liv.; 5. chapelle du Bout-du-Pont, 110 liv.; 6. l'Etriette, 60 Liv. (alors hors la par.); 7. aux Loges, 200 liv., en rentes sur les Etats. Il y avait en outre la chapellenie de Brutz, 100 liv., sous l'invocation de saint Armel; enfin plusieurs fondations locales. — Les vignes dont parle Ogée n'existent plus : c'est à peine si l'on en compte encore en Brutz 2 hectares. — Notre auteur omet de citer plus de la moitié des terres nobles, et entre autres le Manoir, qui appartenait aux évêques de Rennes dès 1448, et qui a depuis été acquis par notre célèbre Touiller. — L'on pense généralement que, lors de l'incendie de 1529, le bourg était à Saint-Armel, et qu'il fut, après celle catastrophe, rebâti où il est actuellement. — La commune est limitée à l'ouest et dans une partie sud par la Vilaine, et elle est traversée de l'est à l'ouest par la Seiche. C'est sur cette dernière rivière qu'a été établi récemment la belle minoterie de MM. Petit. — La route royale n° 177, dite de Caen à Redon, court nord-sud, et la roule royale n° 137, dite de Bordeaux à Saint-Malo, court dans une partie de l'est. — La mine de plomb de Pont-Péan, abandonnée pendant la révolution, a été envahie parles eaux; on s'occupe en ce moment de rouvrir cette belle exploitation. Lorsqu'elle a été interrompue, elle était dans une voie certaine de prospérité. — A 500m nord-est du château de Carcé se trouve aussi la minière dite de Pont-Péant, qui a long-temps alimenté le haut-fourneau de Sérigné. — On voit encore dans cette commune les anciens manoirs de Cicé et des Loges. — Les bois de Cicé, de la Motte et de Chancor sont d'une assez grande étendue. — Le moulin qui porte ce dernier nom doit être ancien; ce lieu figure dans les donations faites en 1032 pour l'érection de l'abbaye de Saint-Georges de Rennes. Ou y lit en effet : Quemdam locum aptum ad construendum motendinum, in loco qui dicitur Campus-Corci. — Il y a foire le 15 février et le 25 septembre; le lendemain quand ces jours sont fériés. — En 1792 et 1793, Brutz se souleva. Ce point était un des passages de la correspondance entre les royalistes de la Bretagne et ceux de la Vendée. Des enfants étaient chargé de porter les dépêches d'une commune à l'autre; cependant il n'y eut jamais d'indiscrétions de commises. — Nous ne croyons pas à l'existence de la carrière de marbre jaune dont parle Ogée. — Géol., une partie du terrain est tertiaire moyen; a l'est, il y a des calcaires tendres et du calcaire coquillier des terrains tertiaires inférieurs; au sud et au sud-est se montre le schiste argileux, puis le schiste rouge et le quartzite. — On doit citer comme phénomène physique la fontaine de Bouttoir. Cette source, située sur la métairie de Fénicat, à M. le comte Janzé, jaillit continuellement en soulevant le sable fin qui en forme le fond et semble, quoique froide, dans une perpétuelle ébullition. — Archéol. : dom Mor., Preuves, t. Ier, col. 371; t. 11 col. 1729. Albert de Morlaix, p. 537, 539. — On parle le français.

*******

Dimanche7 mai 1944

Jour de communion solennelle

Bruz est bombardée par l'aviation alliée

184 victimes

*******

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église saint Martin Iliz sant Varzhin
Menhir du Pré de la Pierre (au Cas Rougé ?) Peulven Prad ar Vein
Manoir de Saint-Armel Maner Sant Armel
Château et chapelle de Carcé (XVI, XIX)  
Château et chapelle de Cicé  
Manoir de la Pommeraye (XVII)  
Château des Loges (XIX); chapelle (XVII)  
Manoir de Pierrefitte Maner ar Peulven
Manoir de la Houssais Maner ar Gelenneg
Manoir de la Louvière (XVII)  
Manoir du Bois-Doré  
Manoir Saint-Armel (XVè-XVIIè-XVIIIè)  
Manoir et chapelle Le Clozel  
Manoir et colombier La Droulinais  
Manoir de la Noëe  
Manoir et chapelle (désaffectée) de la Haye de Pan  
Manoir de l'Etrillet (vestiges) et chapelle (ruinée)  
Moulin Le Boël (restauré)  
   

Étymologie

* Ogée (1780) : "Brutz.. Cette paroisse se nommait autrefois Saint-Armel".

* Marteville et Varin (1843) : Brutz.

* Dauzat et Rostaing (1960-1978) : "pourrait être un *brucius, dérivé du gaulois brucus, bruyère. Voir Bruch".

* Erwan Vallerie (1995) : "Brud, 1066; Breuth, 1084; Bruxa, 1164; Breuz, 1247; Brutz, 1779"..

* Éditions Flohic : "de bruyère ou du nom celtique brug, "buisson", ou, par déformation, de breiz, "Bretagne".

* Hervé Abalain (2000) : "Brud en 1067, Bruxa en 1164, invitent à envisager un rapprochement avec le gaulois brucos / brucus, bruyère".

* Daniel Delattre (2004) : "Breud mentionné au XIè".

------------

* Commentaire JC Even : Par courtoisie, nous préférons de pas faire de commentaire sur l'hypothèse breiz, si ce n'est qu'il est dommage de publier ce genre de chose.

Personnes connues Tud brudet
Sylvestre de la Guerche

Évêque de Rennes en 1084

 
Famille Champion de Cicé

Au plus vaillant le prix

https://fr.wikisource.org/wiki/Nobiliaire_et_armorial_de_Bretagne

 

Champion (orig. de Normandie), baron de Cicé en 1598, par. de Brutz, — srdes Croix, par. de Saint-Martin de Rennes, — de la Chaise, — du Chesneblanc, par. de Saulnières, — de la Jaleuzie et de Kerpond’armes, par. de Guérande, — de Grasbusson, par. d’Acigné, — du Helfaut, par. d’Elven.

Ext. réf. 1668, sept gén., réf. de 1513, par. de Saint-Martin de Rennes et Acigné.

D’azur à trois écussons d’argent, chargés chacun de trois bandes de gueules. Devise : Au plus vaillant le prix.

Jean, originaire de Condé-sur-Vire, anobli aux francs-fiefs en 1470 ; Gilles, épouse en 1524 Jeanne Corsin ; deux procureurs des bourgeois de Rennes, en 1519 et 1557 ; trois chevaliers de l’ordre depuis 1572 ; quatre conseillers au parlement, depuis 1621 ; un abbé de Fontenay en 1611, puis de Bonne-Fontaine (Reims) et évêque de Tréguier, † 1635 ; un abbé de Landévennec en 1746, successivement évêque de Troyes en 1758 et d’Auxerre en 1761 ; un vicaire apostolique à Siamen 1701, † 1727 ; un abbé de Chantemerle au diocèse de Troyes en 1760, successivement évêque de Rodez, puis archevêque de Bordeaux en 1781, garde-des-sceaux en 1789 et archevêque d’Aix † en 1810 ; un chef d’escadre de l’ordre de Saint-Lazare en 1667 et un chef d’escadre en 1784.

La branche de Cicé fondue dans Berthou de Kerverzio ; une autre branche fondue dans la Bintinaye.

Famille éteinte en 1796[1].

 
   

 

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Bruz Kumunioù kanton Bruz
Bourgbarré / Borg-Barae * Bourvarred
Bruz * Bruzh
Chartres-de-Bretagne * Karnod
Noyal-Châtillon-sur-Seiche * Noal-Kastellan
Orgères   * an Heizeg
Pont-Péan   * Pont-Pagan
Saint-Erblon   * Sant-Ervlon-ar-Roz

Communes limitrophes de Bruz / Brutz Parrezioù tro war dro *Bruzh
Chavagné Saint-Jacques-de-la-Lande Chartres de Bretagne Pont-Péan Laillé Guichen Goven

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* A. MARTEVILLE et P. VARIN, vérificateurs et correcteurs d'Ogée. 1843.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Larousse, 1963; Librairie Guénégaud, 1978.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

* Jean-Yves LE MOING : Noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop Breizh. 1990.

* Erwan VALLERIE : Traité de toponymie historique de la Bretagne. (3 volumes). Editions An Here. 1995.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes d'Ille et Vilaine. 2000. 

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* J.L RAMEL et A.J. RAUDE : Liste des communes du département de L'Ille et Vilaine. Rolaey dez comunn deu departamant deu l'Ill e Vilaeyn. Roll komuniou an departamant Il-ha-Gwilen.  Maezoe-Heveziken. 2003.

* Daniel DELATTRE : L'Ille et Vilaine. Les 352 communes. Éditions Delattre. 2004.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes des Côtes d'Armor et Ille et Vilaine. 2008.

Liens électroniques des sites Internet traitant de Bruz -Brutz / *Bruzh :

* lien communal : http://www.annuaire-mairie.fr/ville-bruz.html

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Bruz : adaptation JC Even sur Wikipedia Commons.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Information sur blocage de compte sur Wikipédia

L'information des recherches et découvertes archéologique concernant Saint-Symphorien et Bréssillien, de Paule, permettant d'étayer sérieusement la revendication de Brocéliande historique a été systématiquement rendue impossible sur la page de Wikipedia consacrée à Brocéliande, par des experts en lutinologie, fées et korrigans  . Toute information systématiquement effacée; compte bloqué.

Compte tenu de cela, il est conseillé au lecteur de se reporter aussi à la page

Brocéliande historique.

Jean-Claude EVEN / Marikavel.org

Retour en tête de page