Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro-Sant-Malo

Pays de Saint-Malo

 

Caulnes * Caoune

*Kaon

 
pajenn bet digoret an 11.12.2007 page ouverte le 11.12.2007

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 06/10/2017 20:33:44

Définition : commune de Bretagne historique, dans l'évêché de Saint-Malo. Aujourd'hui dans la région dite 'de Bretagne', département des Côtes d'Armor, arrondissement de Dinan, chef lieu de canton, sur la Rance. 

Superficie : 3136 hect. 

Population : 1700 'communiants' vers 1780; 1991 / 1850 hab. en 1863 (?); 2283 hab. en 1878; 2378 hab. en 1881; 2377 hab. en 1890; 1828 hab. en 1968; 1990 hab. en 1978;  2156 hab. en 1979 (?); 1942 hab. en 1982; 1998 hab. 1990; 2016 hab. en 1999; 

Armoiries; blason

* Régis de Saint-Jouan :  "d'azur à dix billettes percées d'argent, posées 4, 3, 2, 1. Ces armes, qui ont été empruntées à la famille de Saint-Pern, figurent sur un sceau de 1380 (Courcy) et sur une dalle tumulaire de l'église".

* Éditions Flohic : "ce sont les armes de la famille de Saint-Pern"

* Froger et Pressensé : idem ci-dessus.

* JC Even : "en glazur, e zek kanochenn toullet en arc'hant, lakaet 4, 3, 2, 1".

Paroisse : église sous le vocable ancien de saint Brieuc et saint Guillaume; sous le vocable moderne de saint Pierre.

Histoire

* Ogée (1780) : CAULNE (Caulnes), sur une petite montagne, et sur la route de Dinan à Ploërmel; à 8 lieues 3/4 de Saint-Malo, son évêché; à 8 lieues 1/2 de Rennes, et à 2 lieues 3/4 de Montauban, sa subdélégation. Cette paroisse ressortit à Dinan , et compte 1700 communiants. La cure est à l'alternative. Ce territoire contient de bonnes terres du côté de la rivière de Rance, à laquelle il se termine à l'ouest. On voit dans cette partie des prairies excellentes baignées des eaux de la rivière; mais au sud-ouest de son clocher on ne trouve que le bois de Caulne et des landes, qui pourraient, si elles étaient cultivées, produire des moissons abondantes. L'an 1209, Guillaume, abbé de Beaulieu, approuva un règlement fait entre Pierre Giraud, évêque de Saint-Malo, et son chapitre, concernant les dîmes de Saint-Pierre de Caulne.

L'an 1226, Geoffroi de la Roche, chevalier, donna au chapitre de Saint-Malo et à l'abbaye de Beaulieu une partie des dîmes, nommées Listernoc, qu'il avait dans ce territoire, qui renferme les maisons nobles suivantes : le château de Coueslan, moyenne-justice, à M. de Saint-Pern, seigneur de cette paroisse; Coicouvran, moyenne-justice, à M. de la Noue; les Coublières, moyenne-justice, à madame de Coigny; et les terres nobles de la Villecouvé et de la Villegast.

 

Extrait de La Messelière. 1933

 

* Marteville et Varin (1843) : CAULNES, commune formée de l'anc. par. de ce nom, aujourd'hui succursale. — Limit. : N. Yvignac ; N.-E. Plumnudan; S.-E. et S. Guenroc, Guitte, Chapelle-Blanche, Saint-Jouan-de-1'Ile, Plumaugat; O. Broons. — Princip. vill. : Coaquipel, Quérien, Beautrai, Saint-Maure, le Béchaix, Langanou, la Mercerie, la Roptais, la Vesquerie, Haut-Pas, le Hirel, Launay, Chênaie Barbo, Ville-ès-Ferré, l'Ecoublière, Clémichet, le Grand-Buisson, la Plesse, la Cornière, la Gaudinais, la Poussinière, Lanmel, l'Epinay, la Renaudie, la Métrie, Chênaie Laugouron. — Superf. tot. 3136 hect. 16 a. 60 c., dont les princip. div. sont : ter. lab. 2220; prés et pat. 343; bois 91; verg. et jard. 40; landes et incultes 269; sup. des prop. bât. 17; cont, non imp. 155. Const. div. 608 ; moulins 7. — La rivière de Fremeur traverse cette commune depuis le pont du Chatel jusqu'à son confluent avec la Rance, près la Roptais, au point d'intersection des communes de Guenroc et de Guitte. La Rance est limite du côté de Guitte et de la Chapelle-Blanche. — La route royale n° 12, dite de Paris à Brest, traverse du S.-E. au N.-O. (du pont Corbin au pont Bouillant); enfin la route royale n) 166, dite de Vannes à Dinan, court nord-nord est à ouest-sud-ouest (du pont de la Blonde à la Croix-Ressan). Il y a foire le 1er mai et le 10 août, le lendemain quand un de ces jours est férié. — Géologie : schiste talqueux; grès dans le sud ouest; carrières d'ardoises. — On parle le français.

Le clocher de l'église de Caulnes fut construit à la fin élu dernier siècle, par M. le marquis de Saint-Pern, qui fit don à la fabrique de la moitié du prix des travaux d'édification. — Les deux bois les plus considérables de cette commune sont le bois de la Haie et celui dit de Caulnes, appartenant à M. le comte de Saint-Pern et à H. Lecourt de la Villethassetz.— Il y eut, sous la République, un combat dans la rue Valaize et à la sortie méridionale du bourg de Caulnes, entre les partisans royaux, commandés par Crepel et J. Saint-Pern, contre les républicains casernés au château de Coëtlan. Une quinzaine d'hommes furent tués de part et d'autre; la plus grande partie est inhumée dans un champ qui borde la grande route, vis-à-vis le bois de la Haie. Deux autres combats eurent lieu à la même époque à la Perchais et dans un village qui en est voisin. 

 

Extrait de Le Diuzet. 1960

* Anonyme (1863) : "Cette commune,  ... fut chef-lieu de canton de 1790 à 1794".

* J. Rigaud (1890) : "Cette commune, la plus importante du canton, en avait été le chef-lieu de 1790 à 1891 (?), elle l'est redevenue en 1881"

"On trouve à la mairie une belle collection de débris gallo-romains".

* Bernard Tanguy (1992) : "Paroisse dès le XIIè siècle. Caulnes est mentionné pour la première fois en 1181 dans un acte concernant le prieuré de Saint-Magloire de Léhon. Cet établissement percevait, en effet, deux pans des offrandes faites à l'église à Noël, au Vendredi Saint et à Pâques. Outre l'évêque de Saint-Malo, qui y possédait un bailliage, les abbayes de Boquen, en Plénée-Jugon. et de Beaulieu. en Mégrit, y étaient aussi possessionnées".

* Éditions Flohic : " ... devient chef lieu du canton le 8 décembre 1871".

* Daniel Delattre (2004) : "Démembrement de l'ancienne paroisse d'Yvignac".

--------------------

Maires de Caulnes : MMrs ALLOUËT, TEXIER; de la GUYOMARAIS; P. BARBE; J.B BARBE (actuel en 1863); .................

--------------------

Observation JC Even : à quelle date exacte Caulnes est-elle 'redevenue' chef-lieu de canton : 1871, 1881, 1891 ?  LEC. DE LA V. 

Archéologie. Patrimoine :

Le Bourg Ar bourg
Église saint Pierre et saint Paul Iliz sant Per ha sant Paol
Thermes gallo-romains  
Château de Couëllan (XVIIè, XVIIIè)  
Château-manoir du Verger (XVIIè, XVIIIè)

façades et toitures inscrite le 11 mars 1980

 
Manoir de La Ville Couve (XVIIIè)  
Manoir de La Gorgerie (XVIè, XVIIè). Ruines  
Moulin de Hyomeril  

Étymologie :

* M.N Bouillet (1863) : "Caune ou Caulne"

* Régis de Saint-Jouan (1990) : "de Cauno, 1181; Cauna, 1187; Kaune, 1260; Chaune, 1295".

* Jean-Yves Le Moing (1990) : "Cauna, 1187; Chaune, 1295".

* Bernard Tanguy (1992) : "Eccl de Cauno, 1181; Cauna, 1187; par. de Kaune, v.1260; Caune, v. 1330, 1411, 1489; gallo Caoune.

Sur une hauteur dominant la Rance, dans un site comparable à celui du village de Caulne, à Loyat (Morb.), aspectant l'Yvel, le bourg s'est greffe sur une ancienne voie romaine de Rieux (Morb.) à Corseul, à peu de distance d'un important établissement gallo-romain constitué de thermes, mis au jour sur remplacement de la gare. Ces antécédents gallo-romains incitent à considérer le toponyme, aujourd'hui affublé d'un -l- et d'un -s  parasites, comme un doublet de Caunes (Aude), villa Caunensis en 791, et de Lacaune (Tarn), qui ont pour origine le provençal cauna "creux, cavité, grotte", terme pré-latin. Cette étymologie paraît préférable à une explication à partir d'un nom d' homme gaulois Caunus, avancée pour Chaules (Somme), même si cet anthroponyme est attesté comme nom
féminin par une inscription du Denbighshire, au pays de Galles".

* Éditions Flohic (1998) : "du terme prélatin cauna, creux, cavité, grotte".

* Hervé Abalain (2000) : "Cauna en 1187, Chaun en 1295; en moyen-breton kaon signifie "val", et le gaulois latinisé cauna désigne une cavité, une grotte; Erwan Vallerie est tenté de voir dans ce nom le fundus d'un dénommé Calinius".

* Daniel Delattre (2004) : "Cauno fut mentionné en 1181 dans un acte concernant le prieuré de Saint-Magloire de Léhon".

------------

Observation JCE : une étymologie à partir d'un 'val' semble difficile, si l'on se réfère à la configuration géographique des lieux, cf Ogée, 1780 : "sur une petite montagne, et sur la route de Dinan à Ploërmel"

Personnes connues Tud brudet
Simon HAY, comte de Couëlan, et Catherine DOISSEAU de Poulancre  
Mathieu ORY

Docteur en théologie, nommé par le pape Jules III, grand inquisiteur et pénitencier apostolique; auteur de plusieurs ouvrages théologiques.

Caulnes, vers 1487 - Décédé à Paris en 1557.

 
Charles-Joseph BAUDET

16.01.1852 / 20.03.1933

 

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Caulnes Parrezioù kanton *Kaon
Caulnes * Kaon
La Chapelle Blanche   * Ar Chapel Wenn
Guenroc    
Guitté    
Plumaudan    
Plumaugat    
Saint-Jouan-de-l'Isle    
Saint-Maden    

Communes limitrophes de Caulnes Parrezioù tro war dro Kaon
Broons Yvignac Plumaudan Guenroc Guitté La Chapelle-Blanche Saint-Jouan de l'Isle Plumaugat

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* MM. A. MARTEVILLE et P. VARIN, continuateurs et correcteurs d'Ogée. 1843

* Anonyme : Dictionnaire des communes des Côtes du Nord. vers 1860. 

* M.N BOUILLET : Dictionnaire universel d'histoire et de géographie. Hachette et Cie. Paris. 1863.

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

* J. RIGAUD : Géographie historique des Côtes du Nord. Imprimerie Francisque Guyon. Saint-Brieuc. 1890.

* Éditions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Petit Larousse Illustré. Librairie Larousse. 1979.

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Berger-Levrault Editeur. 1978 / Nathan. 1985.

* Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes . Département des Côtes d'Armor. Éléments d'histoire et d'archéologie. Conseil Général des Côtes d'Armor. Saint-Brieuc. 1990.

* Jean-Yves LE MOING : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop-Breizh. 1990.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes d'Armor. Chasse-Marée. Ar Men. 1992.

* Éditions Flohic : Le patrimoine des communes des Côtes d'Armor.  1998.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor. Les 372 communes. Éditions Delattre. 2004.

Liens électroniques des autres sites traitant de Caulnes / Kaon

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Caulnes : dessin JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Information sur blocage de compte sur Wikipédia francophone

L'information des recherches et découvertes archéologique concernant Saint-Symphorien et Bréssillien, de Paule, permettant d'étayer sérieusement la revendication de Brocéliande historique a été systématiquement rendue impossible sur la page de Wikipedia consacrée à Brocéliande, par des soi-disant experts en lutinologie, fées et korrigans  . Toute information systématiquement effacée; compte bloqué.

Compte tenu de cela, il est conseillé au lecteur de se reporter aussi à la page

Brocéliande historique.

Jean-Claude EVEN / Marikavel.org

retour en tête de page