Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro-Sant-Malo

Pays de Saint-Malo

Broons * Bronn
pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 17/05/2017 21:02:09

Définition : commune de la Bretagne historique, en Bro-Sant-Malo, pays-évêché de Saint-Malo.

Aujourd'hui dans la région économique non historique dite 'de Bretagne', département des Cotes d'Armor; arrondissement de Dinan; chef-lieu de canton; sur la Rosette, la Damiette, le Frémeur.

Superficie :  3521 ha.

Population : 2000 'communiants' vers 1780; 2643 hab. en 1860; 2832 hab. en 1878; 2757 hab. en 1881; 2256 hab. en 1970; 2432 hab. en 1978; 2389 hab. en 1982; 2327 hab. en 1990; 2382 hab. en 1999; 

Armoiries; blason : "d'argent à une aigle bicéphale éployée de sable, becquée et armée de gueules, et une cotice brochant en bande de gueules"

* Froger et Pressensé : Armes de Du Guesclin (sceau de 1361). Bertrand du Guesclin fut connétable de France et de Castille au XIVè siècle.

* JC Even : "en arc'hant, e erez daoubennet ha dispaket en sabel, pigoset ha krabanet en gwad, e c'housourin e gwad balirant" 

Paroisse : église sous le vocable de saint Pierre.

Histoire : La ville de Broons a laissé une trace importante dans l'histoire de Bretagne. Elle a fait l'objet de plusieurs études et publications. Aussi, nous proposons un accès direct à ces études en activant les liens ci-dessous (triskells rouges) : 

* Ogée. (1780)

 

* Marteville et Varin (1843)

* Bernard Tanguy : "Si la première mention de la paroisse de Broons ne remonte qu'au début du XIIIè siècle, celle de ses seigneurs est d'un siècle antérieure, puisqu'un certain Pleard de Brohon figure vers 1108 parmi les témoins d'une charte de Geffroy de Dinan. Dotée d'une mesure propre, la "vieille mesure de Broons", mensura vêtus Broeni(n)sis comme l'appelle un acte latin de 1235, la seigneurie avait son siège au château de la Motte-Broons, motte féodale établie sur les bords marécageux de la rivière de la Rosette, au lieu où se dresse aujourd'hui la colonne commémorative élevée au siècle dernier à la mémoire de Bertrand du Guesclin. Ce fut en effet dans la place-forte médiévale qui lui succéda, et qui fut rasée en 1615, que vint au monde vers 1320 le connétable.

C'est à 1,5 km au sud, sur la hauteur, que s'est fixé le bourg, constitué comme tel dès le XIIIe siècle puisqu'une charte de 1273 enregistre une donation faite à l'abbaye de Boquen par un certain Guillaume Glaçon, "forgeron et bourgeois de Broon". 

* Maires de Broons : MM. MIRIEL, 1826; BOUVIER, 1846; ROCHEFORT, 1848; LE BRETON, 1852; ... (suite en attente)

Archéologie. Patrimoine :

Le Bourg Ar bourg
Église saint Pierre Iliz sant Per
Chapelle de la Madeleine  
Chapelle Notre Dame des Noës de Leslien  
Chapelle saint Laurent  
Souterrain de Brangolo  
Motte castrale de Linée / Butte du Pré-Robert  
La colonne du château de la Motte-Broons Peul ar c'hastell
Manoir des Milons de la Ville-Morel  
Manoir de la Cavée  
Manoir de Pédenhoët  
Manoir de la Noe-Dervel  
   

Étymologie :

* Albert Dauzat et Charles Rostaing (1963-1978) : "probablement nom de saint, Brochan (gallois Brychan)

* Régis de Saint-Jouan (1990) : "Broon, dès 1205; Bron ... dès 1224; Broons, (à la Révolution)"

* Jean-Yves Le Moing (1990) : "sur une colline, est Bron en 1224".

* Bernard Tanguy (1992) : "Brohon, v. 1108; Broon, 1205, 1211; par. de Bron, 1224; Broon, 1235, 1252, v. 1330; Bron, 1490; Brons, XV s.; gallo Bron.

"En dépit de sa situation, son nom ne peut être assimilé au breton bronn "mamelle", utilisé par métaphore au sens topographique de "mamelon", "colline". La constance de la forme Bro(h)on, aujourd'hui affublée d'un -s parasite, s'y oppose.

Doublet de Broons-sur-Vilaine (I.-et-V.) (Broon au XIIe s.), au bord d'un ruisseau, du Gué-de-Bron, lieu-dit de La Bouexière (I.-et-V.) (vadum de Broon au XIIè s.), il s'agit, si on en juge d'après la forme ancienne Bragonnus en 791, pour Bron, village du Coudray-Macouard (M.-et-L.), situé au bord du Thouet, d'un descendant bas-latin du gaulois "braconnas" bourbeux, marécageux", terme à rapprocher du gallois braen (de *brakno), apparenté au breton brein "pourri". Il apparaît donc que le nom se rapporte au site de la Motte-Broons".

* Éditions Flohic (1998) : "du celtique bronn, mamelon, colline".

* Hervé Abalain (2000) : "brohun en 1182, et Broon en 1184; peut renfermer le mot dunon, colline, et bronn, mamelon; < brohun, pourrait aussi provenir du gaulois *braconnos, 'bourbeux', cf. Bernard Tanguy". 

* Daniel Delattre (2004) : "Brohon au XIIè; Brons au XVè."

------------

Commentaire JCE : une fois de plus, il nous faut faire preuve de magnanimité vis a vis e Dauzat et Rostaing.

Voir aussi l'opposition feutrée d'H. Abalain vis a vis de l'opinion de B. Tanguy.

Personnes connues Tud brudet
Bertrand du Guesclin

 
Olivier de Clisson

seigneur de Broons

 
Bertrand MILLON

cf anonyme (1860) : "né à la Ville-Morel, habile diplomate, deux fois ambassadeur des ducs de Bretagne près la cour de Rome, fondateur, en 1459, de l'Université de Nantes";

 
Gabriel-Henri-René de Neuville

cf. R. de Saint-Jouan (1990) : avocat au parlement; sénéchal de Jugon; député de Saint-brieuc aux Etats généraux, en 1789; conseiller général, 1790; 

Broons, le 9 juillet 1744 / Saint-Brieuc le 31 décembre 1800

 
Charles RATIER

prêtre; recteur de Broons en 1779

Broons, le 11 novembre 1747 / 16 novembre 1791

 
René-Mathurin GILLET

député à la Convention, puis aux Cinq-Cents

Broons, le 28 juin 1762 / Paris, le 4 novembre 1795

 
Jean MIRIEL

cf anonyme (1860) : "chirurgien de marine et médecin distingué, auteur de plusieurs mémoires sur certaines opérations chirurgicales; décédé à Brest en 1829".

 

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Jumelage Broons / Neufharn Bronn keveled gant Neufharn

Communes du canton de Broons Kumunioù kanton Bronn
Broons Bronn
Eréac  
Lanrelas  
Mégrit  
Rouillac  
Sévignac    
Trédias    
Trémeur    
Yvignac  

Communes limitrophes de Broons Parrezioù tro war dro Bronn
Sévignac Trémeur Trédias Yvignac Caulnes Plumaugat

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* MM. A. MARTEVILLE et P. VARIN, continuateurs et correcteurs d'Ogée. 1843. 

* Anonyme : Dictionnaire des communes des Côtes du Nord. vers 1860. 

* M.N BOUILLET : Dictionnaire universel d'histoire et de géographie. Hachette et Cie. paris. 1863.

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Larousse, 1963; Librairie Guénégaud; 1978.  

* Éditions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Berger-Levrault Editeur. 1978 / Nathan. 1985.

* Jean-Yves Le Moing : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop-Breizh. 1990.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes d'Armor. Chasse-Marée. Ar Men. 1992.

* Éditions Flohic : Le patrimoine des communes des Côtes d'Armor.  1998.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor. Les 372 communes. Éditions Delattre. 2004.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes des Côtes d'Armor et Ille et Vilaine. 2008.

Liens électroniques des autres sites traitant de Broons / Bronn

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Broons : dessin JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Information sur blocage de compte sur Wikipédia

L'information des recherches et découvertes archéologique concernant Saint-Symphorien et Bréssillien, de Paule, permettant d'étayer sérieusement la revendication de Brocéliande historique a été systématiquement rendue impossible sur la page de Wikipedia consacrée à Brocéliande, par des experts en lutinologie, fées et korrigans  . Toute information systématiquement effacée; compte bloqué.

Compte tenu de cela, il est conseillé au lecteur de se reporter aussi à la page

Brocéliande historique.

Jean-Claude EVEN / Marikavel.org

retour en tête de page