Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anvioù lec'hioù

Noms de personnes * Anvioù tud

Breizh

Bretagne

Bro-Dreger

Trégor

  Quemper-Guézennec

Kemper-Gwenzenneg

 

pajenn bet digoret an 02.06.2005 page ouverte le 02.06.2005     * forum du site Marikavel : Academia Celtica dernière mise à jour 31/10/2019 13:38:00

Définition : commune de la Bretagne historique, en Bro Dreger / Trégor; évêché de Tréguier. 

Aujourd'hui dans la région administrative non historique dite 'de Bretagne', département des Côtes d'Armor; arrondissement de Guingamp; canton de Pontrieux. Sur le Trieux et le Leff (dit Liest chez Ogée).

Superficie : 2308 ha.

Population : 3000 'communiants', vers 1780 (y compris ceux de Sainte Clette Saint Clet), sa trève; 2752 hab. vers 1860; 2472 hab. en 1878; 2452 hab. en 1881; 2452 hab. en 1886; 2328 hab. en 1890; 1235 hab. en 1968; 1180 hab. en 1978; 1103 hab. en 1982; 1018 hab. en 1999;  

Blason

"d'or à la croix engrêlée de gueules". 

Selon régis de Saint-Jouan, il s'agit d'une inversion de couleurs des armes de la famille de Quemper, citée près de la Roche-Derrien, dès 1218, les armes plaines ayant déjà été attribuées à Pontrieux dès 1885.

* JC Even : "en aour, e groaz koñchek en gwad"

Paroisse : église  sous le vocable de saint Pierre.

Histoire : 

- Ogée (1780) : "Le château de Fniaudour (Frinaudour), place jadis assez bien fortifiée, appartenait, en 1393, au duc de Bretagne Jean IV. Le connétable de Clisson, qui faisait la guerre à ce prince, se rendit maître du château de Fniaudour l'an 1393. Il appartenait en 1512 au sire de Châteaubriand; il a été démoli depuis; l'on n'en voit plus que les ruines, et l'ouverture d'un souterrain qui passe sous la rivière du Trieuc, et conduit au château de Kermarquer, dans la paroisse de Ploëzal. on en a fait boucher l'entrée, pour éviter les accidents qu'une curiosité imprudente occasionnait assez souvent. ce château appartient présentement à M. de Coëtrieux". 

- Marteville et Varin (1843) : "Nous avons déjà dit ce qu'il y a de vrai sur ce prétendu souterrain de Frinaudour (voy. Ploëzal); nous n'y reviendrons pas".

- Anonyme (1860) : " Le château de Frinaudour, place fortifiée, dont on ne voit plus que les ruines, fut pris, en 1393, par le connétable Olivier de Clisson, qui le conserva pendant plusieurs années".

- Régis de Saint-Jouan : "Pour le château de Frinaudour, qui appartint au Moyen age aux familles de Montfort-Gaël, puis de Kergorlay et de Laval, on connait un inventaire détaillé du 11 mars 1400 (Anc. év. VI; 235)"

---------

Maires de Quemper-Guézennec : 1790 : GUEZOU; 1793 : JEGOU; An IV : BERROCHE; An VI : OLLIVIER; An IX : BRASIC; An XI : GOURIOU; 1808 : TANGUY; 1835 : Y. OLLIVIER; 1845 : DANNIC; 1846 : LE MEUR; 

Patrimoine

Seules les pages ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église saint Pierre Iliz sant Per
Manoir et chapelle saint Maudez Manet ha chapel sant Mode
Manoir de Pen-Lann Maner Penn-Lann
Manoir de Kergoc (vestiges)  
Manoir de Kerlouët (vestiges)  
Souterrain de Keroas-Sec'h  

Étymologie

* Anonyme (vers 1860) : " Le nom de cette commune (Quemper, en breton : confluent), est significatif et se trouve porté par plusieurs autres localités qui, comme elle, sont placées au confluent de cours d'eau. Celle-ci est située entre le Trieux et le Leff, qui se réunissent au point nommé Frinaudour (Fri an daou dour, qui se traduit par : nez des deux eaux).

* J. Rigaud (1890) : " Le nom de cette commune (Quemper, en breton : confluent) lui vient de sa position dans l'angle formé par le Trieux à l'ouest et le Leff à l'est. Ces deux cours d'eau se réunissent au point nommé Frinandour (Fri-an-daou-dour) littéralement : nez des deux eaux".

* Albert Dauzat et Charles Rostaing (1963) : " ... du nom d'homme breton Guethenocus".

* Régis de Saint-Jouan (1990) : "Le nom de Quemper, mot breton signifiant "confluent", marque la position de ce territoire, encastré dans l'angle formé par le Trieux et le Leff".

- "On considère généralement que ce nom (Frinaudour) vient de fri en dour ("nez dans l'eau").

* Bernard Tanguy (1992) : "Kemper, 1235; eccl. de Kemper, v. 1330; Quemper Guezenec, fin XIVe s.; Quenpergueheneuc, 1405; Quemper Gueheneuc, 1426; Quemperguehennec, 1464; breton Kemper.

Amputé en 1842, au profit de Pontrieux, de trois villages, ainsi que de l'emplacement de la gare, le territoire de Quemper-Guézennec comprenait sous l'Ancien Régime la trêve de Notre-Dame-des-Fontaines, partie de Pontrieux située sur la rive droite du Trieux, et la trêve de Saint-Clet. On ne peut dire à quelle époque remonte la fondation de la paroisse. Selon le Déal de l'abbaye de Beauport, elle aurait été, dans le cadre d'un échange, cédée à l'évêque et au chapitre de Tréguier par les moines en 1202.

Il apparaît que c'est d'une ancienne seigneurie, jadis qualifiée de vicomte, qu'elle tire son origine. Le site de son chef-lieu, comme d'ailleurs de celui de Quemperven (cf. ce nom), ne justifie pas, en effet, à l'inverse de ses correspondants finistériens, Quimper et Quimperlé, le nom qu'il porte et qui remonte au vieux-breton kember, kemper "confluent". Même si, comme le suggère l'existence d'un lieu-dit Ar Goz-Quemper "le vieux Quemper" dans le secteur de Kergadégan-Pouillard, ce chef-lieu s'est déplacé, le constat demeure.

En fait, le nom se réfère au confluent du Trieux et du Leff et désigne comme siège de la seigneurie le château, aujourd'hui ruiné, de Frynaudour, contraction de Fri-an-daou-dour "le nez des deux cours d'eau", nom auquel fait écho celui du village voisin de Fry-Quemper. Établie sur un promontoire, cette forteresse avait la forme d'un triangle de 50 m de base sur 60 m de haut et était défendue au midi par un profond fossé avec parapet. Considérée au XVe siècle comme un "chastel moult ancien" par le chroniqueur Pierre Le Baud, on ne sait à quand elle remonte.

Sans doute est-ce un de ses seigneurs qu'il faut identifier dans le Guehenoc de Kemper, mentionné en 1235 dans une enquête concernant les droits de Henri d'Avaugour. Désigné par le document comme un des "barons" du comte Alain, père dudit Henri, mort en 1212, il pourrait être, sinon l'éponyme de la paroisse, du moins en être un descendant. En vieux-breton Wetenoc, Guethenoc (dérivé en -oc de weithen "combat"), Guehenoc est une variante évoluée de Guezenoc, que n'a pas entériné la forme actuelle, conservée aussi par le nom du Moulin-de-Guézennec, sur le Leff, en aval de Frynaudour, en Plourivo".

* Hervé Abalain (2000) : "kemper, "confluent" : au confluent du Trieux et du Leff; Guézennec, nom breton bien connu, < Guethenoc, qui est aussi l'éponyme d'une ancienne seigneurie".

* Éditions Delattre (2004) : "Kemper au XIII°. Quemper Guezenec au XIV°. Quenpergueheneuc au XV°"

-----------

Observation JC Even : 

Frinaudour n'est pas la traduction de Fri an daou dour, comme cité par notre anonyme de 1860 ainsi que par Bernard Tanguy, ni de Fri en dour, cité par M. de Saint-Jouan. . Ce nom est basé sur la racine indo-européenne *bhrw-t, signifiant tourbillon de confluence, eau courante (cf les noms de ruisseaux : Frout; cf latin fretum : détroit).). 

Personnes connues Tud brudet
Jérôme-Charlemagne FLEURIOT de l'ANGLE

Écrivain philosophe

manoir de Kerlouët, 1742 / 

 
Antoine-Paul-Marie FLEURIOT de l'ANGLE

Navigateur; Commandant de la frégate l'Astrolabe

manoir de Kerlouët , 1747 / Samoa, Polynésie, 10.12.1787

 

Armorial * Ardamezeg

Acigné

(ramage de Vitré)

seigneurs dudit lieu, en Vitré; de la Lande et de la Grézionnaye, en Guichen; vicomtes de Coëtmen, en Tréméven; vicomtes de Tonquédec; seigneurs de Montjean en Anjou; de Fontenay, en Chartres; vicomtes de Loyat; barons de Malestroit; vicomtes de la Bellière, en Pleudihen; de Châteauloger en Saint-Herblon; de Cramou, de Beaumont, de la Couppaye, en Comblessac; de Cottouët; comtes de Combourg; barons de Châteaugiron; d'Amanlis; de Sillé-le-Guillaume, au Maine; de Chollet et de Bécon, en Anjou; barons de La Roche-Jagu, en Ploëzal; comtes de Grandbois, en Landebaëron; seigneurs de Troguindy, en Penvénan; de la Touche-à-la Vache, en Créhen; de Carnavalet, ou Kernévénoy, en Quimper-Guézénnec; de Carnabat, en Plouisy; du Bois-Joli, en Chauvé; de la Motte au Vicomte, en le Rheu; de la Villemario, en Saint-Quay; de Kervenniou et de la Ferté, en Plouigneau; de Keruzec, en Pleumeur-Bodou; de la Villequéno.

"d'hermines à une fasce alezée de gueules chargée de trois fleurs de lys d'or"

"en erminoù, e dreustell divouedet en gwad karget gant teir flourdilizenn en aour"

références et montres de 1426 à 1670

[PPC]

 

   
  Cadé   Fleuriot de Langle de Quemper Talec
  seigneur de Saint-Drénou

références et montres de 1427 à 1481, en Quemper-Guézennec

"d'argent à la croix anillée de sable"

"en arc'hant e groas branellek en sabel"

(PPC)

  seigneurs de Kerlouët ou de Quemper-Guézennec

vicomte dudit lieu

"de gueules à la croix engreslée d'or"

"en gwad e groaz koñchek en aour"

(GlB) (PPC)

seigneur de Kerpleust et de Kergadégan, en Quemper-Guézennec

"d'azur à trois trèfles d'argent"

"en glazur e deir melionenn en arc'hant"

références et montres de 1427 à 1543

(PPC)

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Pontrieux Parrezioù kanton Pontrev
Brélidy Brelidi / Beurlidi
Ploëzal Pleuzal
Plouëc du Trieux Ploueg Pontrev
Pontrieux Pontrev
Quemper Guézennec Kemper Gwezenneg
Runan Runan
Saint Clet Sant Kleve
Saint Gilles les Bois Sant Jili ar Beskont

Sources

- OGEE : Dictionnaire de Bretagne; 1843.

- Anonyme : Dictionnaire des communes des Côtes du Nord. vers 1860. 

- Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

- Adolphe JOANNE : Dictionnaire des communes du département des Côtes du Nord. 1886. Rééditions du Bastion, 1990. 

- Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Guénégaud. 1963; réédition 1978.

- Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Berger-Levrault Éditeur. 1978-1985. 

- J. RIGAUD : Géographie historique des Côtes du Nord. Imprimerie Francisque Guyon, Saint-Brieuc, 1890. Réédition Le Tour Gile, 1995.

- Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

- Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes . Département des Côtes d'Armor. Éléments d'histoire et d'archéologie. Conseil Général des Côtes d'Armor. Saint-Brieuc. 1990.

- Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor. 1992

- Edmond REBILLE : Itinéraire littéraire en Côtes d'Armor. Coop Breizh. 1998. 

- Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000. 

- Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor; les 372 communes. Éditions Delattre. 2004.

Liens électroniques des sites Internet traitant de Quemper-Guézennec / Kemper-Gwezenneg :  

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* Autres pages de l'encyclopédie Marikavel.org pouvant être liées à la présente :

http://marikavel.org/heraldique/bretagne-familles/accueil.htm

http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* sauf indication contraire, l'ensemble des blasons figurant sur cette page ont été dessinés pat J.C Even, sur bases de GenHerald 5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page