Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anvioù lec'hioù

Noms de personnes * Anvioù tud

Breizh

Bretagne

Bro-Dreger

Trégor

  Pontrieux

Pontrev

 

pajenn bet digoret er bloaz 2003 page ouverte en 2003 * forum du site Marikavel : Academia Celtica dernière mise à jour 06/11/2021 18:08:09

Cette page a été ouverte en hommage à mes professeurs du Cours Complémentaire, puis du Collège d'Enseignement Général, où je fus élève pensionnaire de 1958 à 1962, 

et à tous mes camarades de classe.

Mes pensées vont tout spécialement à Messieurs :

Mr BRUYERE, dit 'Tonton', mon directeur, qui a voulu que je me présente à l'École Normale d'Instituteurs; 

Mr BERROCHE, mon professeur d'anglais, que j'ai tant apprécié, et dont je sais que j'étais apprécié; 

Mr JOUANY, mon professeur de maths, sciences et physique, ... et musique, accessoirement

Mr LE ROUX, mon professeur de français, ... et d'anglais, accessoirement.

Mr CAMUS, mon prof de gym, qui m'a fait aimer ... la gym (... of course)

Messieurs PRIGENT, THOMAS, LE CAM, CAVERNE, ... 

et à ceux dont j'ai oublié les noms, et auprès desquels je m'excuse pour cela.

Mon amitié et mon plus profond et plus sincère respect leur sont assurés, au-delà du temps.

Jean-Claude EVEN

Définition / Displegadur : commune de la Bretagne historique, en Trégor, évêché de Tréguier, sur le Trieux.

Aujourd'hui dans la région administrative non historique dite 'de Bretagne', département des Cotes d'Armor, arrondissement de Guingamp, chef-lieu de canton.

Code postal : 22260

Superficie : 102 ha.

Population : 1500 hab. vers 1780; 2190 hab. vers 1860; 2192 hab. en 1878; 2243 hab. en 1881 et 1886; 2236 hab. en 1890; 1411 hab. en 1968; 1359 hab. en 1978; 1146 hab. en 1982; 1050 hab. en 1990; 1121 hab. en 1999;.

Armoiries; blason / Ardamùezioù; skoed

* Froger & Pressensé : "de gueules à la croix engrêlée d'or".

"Ce sont les armes de la seigneurie de Quemper-Guézennec et Coatrieux, datant de 1667".

* JC. Even : "en gwad e groaz koñchek en aour"

i

Canton de Pontrieux. J. Rigaud. 1890

Couleurs rajoutées par JC Even

Paroisse

" Sous l'invocation de la Vierge"; cf Ogée, tome II, p 375.

" L'église paroissiale est un vaste monument construit en 1838 et dédiée à Notre-Dame des Fontaines, dont la fête se célèbre en grandes pompes les 3è dimanches de juillet, en se terminant le soir par une procession aux flambeaux, une des plus suivies de Bretagne". cf. J. Rigaud, p 312.

Statue de procession de Notre-Dame des Fontaines portant l'Enfant Jésus.

Delwenn prosesion Itron-Varia ar Feunteunioù, o tougañ ar Mabig Jezuz..

photographie / skeudenn, JC Even

Histoire / Istor

Pontrieux se trouve au passage de la rivière Trieux par la route gallo-romaine des estuaires reliant la baie de St Brieuc au Yaudet (Trieux, Jaudy, Léguer)..

A l'époque de l'indépendance gauloise, puis durant l'empire romain, ce territoire fait partie de la Gallia Comata, dans la cité des Ossismes, dont la capitale est Vorgium / Carhaix, située au centre géographique de la cité.

Après l'organisation de la Gaule en provinces romaines, après le Conventus de Narbonne, en 16 et 14 avant J-C, il fera partie de la Lyonnaise, capitale : Lugdunum / Lyon.

Cette province étant subdivisée en deux sous Dioclétien (fin IIIè siècle), ce territoire fait alors partie de la Lyonnaise IIè ( = Armorique), capitale : Rotomagus / Rouen. 

Cette province étant à son tour subdivisée par Maxime, vers 385, ce territoire fait alors partie de la Lyonnais IIIè, capitale Caesarodunum / Tours.

De façon plus précise, ce territoire se trouve en Pagus Tricurius ( > Bro Dreger / Trégor), l'un des pays constituant la civitas des Ossismes.

Il fait partie de la dotation faite par l'empereur Maxime (Magnus Clemens Maximus Augustus) / Maxen Wledig, à son beau-frère, le Britto-romain Conan (Mériadec), vers 385. Il fait donc ainsi partie du premier 'royaume' breton de Bretagne armoricaine.

Lors de l'organisation bretonne, la rive est de Pontrieux est une trève de Quemper-Guézennec (Notre Dame des Fontaines)  alors que la rive ouest est une trève de Ploëzal (Saint Yves).

i

Extrait de la carte des voies romaines des Côtes-du-Nord, par Mouez ar Vro / Alain le Diuzet.

En jaune, l'évêché primitif du Yaudet; en mauve, l'évêché de Tréguier; en rouge : Pontrieux.

*****

* Ogée (1780) : Pontríeux; petite ville située à l'embouchure de la rivière de Trieuc; à 2 lieues 1/4 de Tréguier, son évêché; à 28 lieues de Rennes. Cette ville a deux églises; c'est une trève de la paroisse de Quimper-Guezennee; on y compte 1,500 habitants. On y trouve un port de mer où les barques de quatre-vingts tonneaux peuvent arriver; on prend dans ce port douze à quinze cents saumons par an. Cette rivière prend sa source d'un étang près l'abbaye de Coat-ma-Louan, et se perd dans la mer. Son entrée et celle de Houel étaient autre-fois défendues par un château nommé Fniaudour parce qu'il est situé entre ces deux rivières; il appartient à M. de Coëtrieux, comme
seigneur de Pontrieux. Cette ville est très ancienne, et est connue dans l`histoire pour avoir été et être encore l'entrepôt de Guingamp; elle est bâtie au pied du château de Châteaulin, qui la défendait, et a été deux fois assiégée et prise, avec ce château, parles Anglais, qui les brûlèrent et détruisirent en entier la dernière fois. 

Cinq grandes routes arrivent en cette ville, où il se tient un marché le lundi; il est très-considéral›le pour les blés, mais surtout pour le fil; depuis 20 sous jusqu`à 9 livres la livre, ol s'en vend communément pour 20 à 30,000 livres par chaque marché. Il se tient trois foires célèbres par an : à celle du 14 septembre, on y vend beaucoup de poulains de six mois à un an, qui sont presque tous enlevés par les habitans de l'évêché de Quimper. Le commerce consiste en plus de 100,000 livres par an, en vente de graine de lin en barils, venant du nord, et qui se vendent au mois de mai, en froment et autres sortes de blés, en lin en verges, fils et toiles. La ville est partagée en deux principaux fiefs, dont celui de Pontrieux appartient à M. Coëtrieux, présentateur de la paroisse de Quimper, sur laquelle est situé un bénéfice de 6,000 livres de revenu. --- Kerloet, Kergoc-Kerbois de la Roche, moyenne-justice, à M. de Langle; Kerriou, haute-justice, à M. de Tressan Gonidec; Kernavalet, haute-justice, à M. de Coëtrieux;
Chàteaulin-sur-Trieux, avec titre de baronnie d”Avaugour et titre de comté de Goëllo, a M. le prince de Soubise; la Roche-Jagu, haute-justice, à Mme de Tressan; Kercabin-Troniou-Toupin, moyenne-justice, à M. de Stapleton; Kericuf-le-Héau, haute-justice, à M. de Guerguezec; Lisquilly-Briantel, haute-justice, à M. de Kerisac; Kerhoz-Poirier, haute-justice, à M. de Caradeuc, procureur-général du Parlement; Kerouarn-Coatalec, moyenne-justice, à M. Lepelletier; Coat-Canton, haute-justice, à M. du Brieuc. Il y a aussi une subdélégation. --- Le 19 août 1773, cette ville a essuyé une crue d`eau qui emporta plusieurs maisons, avec son pont, l`eau ayant monté de douze pieds au-dessus de son niveau ordinaire. Le 3 avril 1777, elle essuya un incendie qui consuma toute la rue des Galeries. Les 25 janvier et 20 juillet 1778, elle essuya encore
deux nouvelles crues, qui ont répété tous les ravages de la première, et on les attribue à l`encombrement du lit de la rivière entre les deux moulins.

* Marteville et Varin (1843) : PONTRIEUX;  (sous l'invocation de la Vierge); ville; en 1790 chef-lieu du district de ce nom; commune formée de l`anc. trève de Quemper-Guezennec; aujourd'hui cure de 2è classe; chef-lieu de perception; bureau d'enregistrement; bureau des douanes; bureau de poste; 1 brigade de gendarmerie à cheval. --- Limit.: N. Ploëzal, Quemper-Guézennec; E. Quemper-Guézennec; S. Saint-Clet; O. Plouec-Ploëzal. --- Prineip. vill. : Guelzic, Poul-au-Dieguy, Pen-an-Crec'h, Kermahée, Barthelemy, Pen-an-Fantan, Kerpontou, Traou-Meledern, Coz-llis, le Pavillon. ---  Superf. tot. 70 hect. 05 a., dont les princip. div. sont : ter. lab. 32; prés et pât. 9; verg. et jard. 8; landes et incultes 6; sup. des prop. bat. 5; cont. non imp. 10. Const. div. 207; moulins 2 (Richel, du Trieux, à eau). Ainsi que l'indique son nom, Pontrieux est située à l`endroit où un pont traverse le Trieux. Cette rivière, ou plutôt ce bras de mer, coupe la ville en deux parties. --- Comme nous l'avons dit plus haut, Pontrieux était, avant 1801, trève de Quemper-Guezennc; de plus, une partie de son territoire, sur la rive gauche, appartenait a Ploezal, et une partie de la rive droite :à Saint~Clet. --- Il y avait alors en Pontrieux deux églises : l'une, du côte de Quemper-Guezennec et Saint-Clet, était sous l'invocation de Notre-Dame-des-Fontaines; l'autre, du côté de Ploezal, était dédiée à saint Yves. Sur l'emplacement de cette dernière, qui a été démolie en 1793, a depuis été crée une promenade. Malgré cette bizarre circonscription, Pontrieux formait non une paroisse ou une commune, mais une espèce de communauté, qui avait son existence propre: les baptêmes se faisaient à Notre-Dame, et. les enterrements à Saint-Yves. --- Une ancienne tradition porte que la ville s'étendait originairement dans un vallon situé au sud-ouest de la ville actuelle. Alors elle avait, dit-on, pour église, un bâtiment servant aujourd'hui de presbytère, et qu'on nomme Cozilis. On a bâti depuis peu une chapelle en cet endroit, dans  l'intention de la proposer pour église paroissiale : mais le conseil municipal n'a pas voulu l'adopter; et c'est regrettable, car l'église actuelle est l'une des plus laides que l'on puisse imaginer. En 1804, elle a été agrandie, mais elle n'en est pas moins aussi incommode que possible. --- Jadis la ville était partagée en deux fiefs : celui dit de Pontrieux appartenait a M. de Coëtrieux, et celui de Châteaulin-sur-Trieux appartenait à la baronnie d'Avaugour. Châteaulin-sur-Trieux était jadis un château très-fort; il appartenait aux Penthièvre, et fut saisi sur eux en 1402, par le duc Jean V, qui le démantela. On n'en voit plus que des vestiges.--- Le port proprement dit est à environ 300 m. de la ville; c'est le seul qui existe dans l'arrondissement de Guingamp. La marée y monte dans les syzygies a 3 m. 80. L'état des douanes pour 1841 établit comme il suit le mouvement de cabotage de ce port : Exportations 5618 tonneaux, composés, savoir : grains et farines 4119, bois 476, fruits oléagineux 467, vins 32, etc. Les principaux ports de destination étaient Bordeaux pour 1054 tonneaux, Bayonne pour 740, Libourne pour 581, Bréhat pour 433, Caen pour 423, Dunkerque pour 320, Marseille  pour 310, Fécamp pour 240, Brest pour 197, Cherbourg  pour 144, Morlaix pour 143, Honfleur pour 141 et Cette pour 110. Importations 2540 tonneaux, savoir : matériaux divers 595, alcalis 538, sels 49l, vins 288, pierres ouvrées 204, eaux-de-vie 169, résines 110, etc. Les principales provenances étaient de Bréhat pour 630 tonneaux, du Croisic pour 452, de Règneville pour 240, du Légué pour 236, de Bordeaux pour 228, de Libourne pour 225, de Bayonne pour 133, de Lézardrieux pour 130, de Port Launay pour 114,etc. --- Comme port d'attache, Pontrieux compte quarante-deux bâtiments, jaugeant ensemble 1545 tonneaux. --- L'industrie manufacturière compte, de son côté, à Pontrieux, une brasserie dont les produits sont estimés, deux fours à chaux, deux tanneries et plusieurs importantes fabriques de cidre.

Une procession, célèbre dans ce pays, a lieu pendant la nuit qui précède le troisième dimanche de juillet. Elle date de temps immémorial, et a été instituée en l'honneur de Notre-Dame-des-Fontaines. -- Cette ville s'honore d'avoir donne le jour à Lehrigant, auteur connu par son Origine de la langue celtique, et par divers autres ouvrages qui dénotent une haute érudition, quoique leur auteur ait pousse un peu loin la manie des origines bretonnes. --- Yves Bastiou, docteur en droit et en théologie, auteur de plusieurs ouvrages assez estimés, était né à Pontrieux, en 1751; il mourut in Paris en 1841. --- Outre les communications qui lui sont ouvertes par la voie de mer, Pontrieux est encore favorisé de nombreuses communications par voie de terre; ce sont, 1° la route de Guingamp à Pontrieux, qui débouche dans la rue dite de l'Église; 2° celle de Saint-Brieuc à Morlaix, jadis fort dangereuse dans ses abords, auj0nrd'hui fort sûre, grâce aux récents travaux qu'on y a exécutés; 3° la route de Bégard à Pontrieux, qui commence à la rue des Bouchers; 4° enfin la route qui se dirige sur Paimpol.

Il y a foire dans cette localité le premier lundi d'avril, le lundi de la Pentecôte, le samedi qui précède le troisième dimanche de juillet (V. ci-dessus), les deuxième lundis des mois de septembre et d'octobre, et enfin le dernier lundi de novembre. --- Marches le lundi et le samedi. --- Géologie : le schiste talqueux domine; le granite se rencontre au sud; les roches amphiboliques au nord. --- On parle le breton.

* J. Rigaud (1890) : Cette petite ville, située sur le bord du Trieux, à 19 kilomètres de la Manche, possède un petit port qui donne lieu à de nombreuses et assez importantes transactions.

C'est, peut-on dire, l'entrepôt commercial de toutes les communes qui l'avoisinent. On y expédie du blé, de l'avoine, du lin, du beurre, etc., et on y reçoit des vins, des alcools, de la houille, des bois, etc.

Plusieurs gabarres sont employées journellement à y apporter le Warech recueilli sur les rochers avoisinant la mer et le sablon calcaire : engrais et amendements précieux pour les agriculteurs des environs.

Depuis quelques années, un bateau à vapeur, attaché au port de Pontrieux, remorque les navires qui montent ou descendent la rivière, jusqu'a la mer.

La pêche, en particulier celle des huîtres et du saumon, est très active et très fructueuse. Une quantité notable de poissons est envoyée journellement à Paris. C'est une source de grand profit pour la population.

La ville de Pontrieux, dont le nom s'explique par sa position, n'a pas toujours occupé l'emplacement actuel. Son centre était autrefois autour du château-fort de Châteaulin,
dans la charmante vallée bien connue des visiteurs.

Deux fois pendant la guerre de succession de Bretagne, ce château et la ville furent pris et repris par les Anglais et enfin détruits par eux. Cette seigneurie dépendait du comte
de Penthièvre, et en 1789, elle était possédée par les princes de Soubise.

En 1790, Pontrieux devint chef-lieu de district, et après 1880, chef-lieu de canton, dépendant de Guingamp.

L'étranger qui visite cette ville, est frappé de son joli aspect. De belles rues pavées et alignées. des places régulières et bien plantées, de jolis édifices font bien augurer de l'intelligence de ses administrateurs, et de son avenir commercial et industriel.

A ce point de vue, nous remarquons déjà la scierie et le four à chaux., deux tanneries importantes. une brasserie et surtout la minoterie et la cartonnerie de MM. Huet, frères.

L'église paroissiale est un vaste monument construit en 1838 et dédiée à Notre-Dame des Fontaines, dont la fête se célèbre en grandes pompes le 3° dimanche de juillet, en se terminant le soir par une procession aux flambeaux, une des plus suivies de Bretagne.

C`est de plus un centre scolaire important. Pontrieux possède une école de garçons, nombreuse et bien suivie, une école communale de filles avec école maternelle et un pensionnat primaire privé de jeunes filles.

Plusieurs personnages renommés ont été enterrés à Pontrieux, citons d'abord, Le Brigand, savant philologue, ami de La Tour d'Auvergne, Gaultier-Porteneuve, député a
la Convention nationale, Guillaume Le Gorrec, député au conseil des Cinq-Cents, et ensuite procureur impérial à Saint-Brieuc, Claude Le Gorrec, secrétaire général de la Préfecture des Côtes-du-Nord et député pendant les Cent-Jours, Pierre Le Provost, député sous Louis-Philippe, Bastiou, Yves, ancien prieur de l'abbaye de Sainte-Geneviève a Paris, et auteur d'une grammaire française, etc.

Terminons en disant que le territoire de cette commune est peu étendu (102 hectares) et est presque tout entier compris dans la vallée profonde du Trieux. Le sol schisteux
avec granite et gneiss au sud et au nord, entremêlés en général de roches amphiboliques, est fertile, bien boisé et bien cultivé.

La ville de Pontrieux est traversée par les chemins de grande communication N° 5, 15 et 96.

******

Chef lieu de district dès 1790, puis chef lieu de canton dans l'arrondissement de Guingamp après 1880.

Maires de Pontrieux : Y. BERNARD; C. GAULTIER; C. LE GORREC; Y. LE GUIOT; Y. LE GORREC; 

i

 

Étymologie / Gerdarzh :  

* Régis de Saint-Jouan (1990) : Pontrieu, 1317; Pontrieux, 1790.

* Bernard Tanguy (1992) : Pont Treu, 1306-1308; Pontrieu, 1317, 1386; Pontreff, 1394; Pontreu, 1405, 1408; en breton : Pontrenv

* Erwan Vallerie (1995) : Pontrou ? 1330, Pontreff, 1394; Pontreu, 1405; Pontreu 1408; Ponteff, 1433

* Éditions Flohic (1998) : Pont Treu, vers 1160

Explication étymologique : toponyme descriptif : le pont sur la rivière appelée Trieux.

Patrimoine. Archéologie / Glad, Arkeologouriezh

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs : n'ez eus nemet ar prenestroù digor hag a zo liammoù ganto

La ville Ar gêr
Église Notre Dame des Fontaines (XIXè) Iliz Itron Varia ar Feunteunioù
Ancien presbytère (XVIIè) Presbital koz
Chapelle saint Yves (détruite en 1799) Chapel sant Erwan (bet drailhet e 1799)
Manoir de Kerhuel (vestiges) Maner Keruhel (restachoù)
Manoir du Grand Kermin (vestiges) Maner Kermin Braz (restachoù)
Manoir de Munehorre (XVIIIè) Maner Mun C'horre (XVIIIt)
Le port Ar porzh
Fontaine des Quatre Ponts (XVIIIè) Feunteun ar bevar pont
Maison Tour Eiffel (XVIè) Ti "Tour Eiffel"
Le pont et les lavoirs Ar pont hag ar poullou-kannan
Le Trieux An Trenv

L'ancienne église de Pontrieux semble avoir réussi à faire l'unanimité contre elle. Edmond Rébillé, page 239, cite François Habasque (1788-1855) : "L'église est fort laide et ce n'est peut-être pas trop dire que d'avancer qu'il n'en n'existe pas de plus vilaine en Bretagne". Cela rejoint le propos donné ci-dessus par MMs Marteville et Varin : "... car l'église actuelle est l'une des plus laides que l'on puisse imaginer. En 1804, elle a été agrandie, mais elle n'en est pas moins aussi incommode que possible"

Album photos * Skeudennaoueg

Pour obtenir les photos à leurs dimensions réelles, il suffit de cliquer dessus Evit kavout ar skeudennoù dre o mentoù gwir, n'ez eus nemet daouglikañ warno

Carte postale : 

Côte de Grav-en-ed

Carte postale : 

Pompe

     

Personnes connues Tud brudet
Jacques Le Brigand

Avocat au Parlement de Bretagne; procureur fiscal de Pontrieux; 

philologue celtisant

(Pontrieux, en Quemper-Guézenec, 18 juillet 1720 - Tréguier 03 février 1804)

 
Gaultier-Porteneuve

 avocat et député à la Convention Nationale

 
Guillaume Le Gorrec

député au conseil des Cinq Cents.

 
Pouhaër

président du tribunal civil de St Brieuc

 
Le Provost

 président de l'administration centrale de St Brieuc

 
Pierre Le Provost

député sous le gouvernement de Juillet

 
Auguste Le Provost

préfet sous le gouvernement de Juillet

 
Yves Bastiou

grammairien; principal du collège de Tréguier; chanoine de Sainte-Geneviève de Paris; prieur de Dammartin; réfractaire

(Pontrieux, en Quemper-Guézennec, 19 mai 1751 - Paris, 8 mai 1814)

 
Frédéric Le Guyader

(Brasparts, 1847 - ? 1920)

receveur des contributions indirectes de Pontrieux

Qualifié de "sarcastique poète de Braspart" par Edmond Rébillé

 
Yves Le Trocquer

Ministre des Travaux publics

(Pontrieux, 4 octobre 1877 - Paris, 21 février 1938)

 
Louis Le Floc'h, alias Maudez Glandour

Prêtre; Écrivain bretonnant

(Pontrieux, 1909- Louannec,1986)

Loeiz Ar Floc'h, lezanvet Maudez Glandour

Beleg; Skrivagner brezhoneger

(Pontrev, 1909- Louaneg,1986)

Armorial * Ardamezeg

           
  de Coetrieux        
           

i

 

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Pontrieux Parrezioù kanton Pontrev
Brélidy Brelidi
Ploëzal Pleuzal
Plouëc du Trieux Ploueg-Pontrev
Pontrieux Pontrev
Quemper-Guézennec Kemper Gezenneg
Runan Runan
Saint Clet Sant Kleve
Saint Gilles les Bois Sant Jili ar Beskont

Communes limitrophes de Pontrieux Parrezioù tro war dro Pontrev
Ploezal Quemper-Guézennec Saint-Clet Plouëc-du-Trieux

Bibliographie; Sources

* OGEE : Dictionnaire de Bretagne; 1780;

* MARTEVILLE et VARIN, continuateurs et correcteurs d'Ogée, 1843.

* Anonyme : Dictionnaire des communes des Côtes du Nord, vers 1860. 

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

* Adolphe JOANNE : Dictionnaire des communes du département des Côtes du Nord. 1886.*

* J. RIGAUD : Géographie historique des Côtes du Nord. 1890. Réédition Le Tour Gile. 1995.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Berger-Levrault Éditeur. 1978.

* Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes . Département des Côtes d'Armor. Éléments d'histoire et d'archéologie. Conseil Général des Côtes d'Armor. Saint-Brieuc. 1990.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor. 1992

* Erwan VALLERIE : Diazezoù studi istorel an anvioù-parrez. Corpus. An Here. 1995

* Editions FLOHIC : Le Patrimoine des communes des Côtes d'Armor. 1996

* Edmond REBILLE : Itinéraire littéraire en Côtes d'Armor. Coop Breizh. 1998.

* Yves THOMAS : Pontrieux, Petite cité du Trégor-Goélo; Éditions de la Plomée. Guingamp. 2002

* Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor; les 372 communes. Éditions Delattre. 2004.

Liens électroniques des sites Internet traitant de Pontrieux / Pontrev :  

* lien communal : inaccessible pour l'instant (piraté ?)

* pajenn Wikipedia brezhonek : https://br.wikipedia.org/wiki/Pontrev

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* Autres pages de l'encyclopédie Marikavel.org pouvant être liées à la présente :

http://marikavel.org/heraldique/bretagne-familles/accueil.htm

http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* sauf indication contraire, l'ensemble des blasons figurant sur cette page ont été dessinés par J.C Even, sur bases de GenHerald 5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout va vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page