Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anvioù lec'hioù

Noms de personnes * Anvioù tud

Breizh

Bretagne

Bro-eskopti  Roazhon

Pays-évêché de Rennes

  Noyal-sur-Vilaine

*Noal-ar-Gwilun

 

pajenn bet digoret ar 26.01.2019 page ouverte le 26.01.2019     * forum du site Marikavel : Academia Celtica  dernière mise à jour 25/03/2021 20:42:56

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays-évêché de Rennes.

Aujourd'hui dans la région administrative non historique dite "de Bretagne"; département d'Ille-et-Vilaine; arrondissement de Rennes; canton de Châteaugiron; sur la Vilaine

Superficie :  3072 ha.

Population : 1500 'communiants' vers 1780; 2603 hab. en 1981; 3833 hab. en 1982; 4768 / 4698 ? hab. en 1999;

Armoiries; blason

* Daniel Delattre : "de sable à un bourdon de pèlerin d'or, accompagné de deux arbres du même"

* Froger & Pressensé : "de sable à un bourdon de pèlerin d'or accosté de deux arbres du même"

Paroisse : église sous le vocable de saint Pierre

Histoire :

* Ogée (1780) : Noyal-sur-Vilaine; à 2 lieues à l'E. de Rennes, son évêché, sa subdélégation et son ressort. On y compte 1.500 communiants. La cure est présentée par l'abbé de Saint-Melaine. Il s'y exerce cinq hautes-justices et trois moyennes. Le territoire, couvert d'arbres et de buissons, est arrosé des eaux de la rivière de Vilaine et de plusieurs petits ruisseaux, est très-exactement cultivé, et produit du grain, du foin et d'excellent cidre.

Les décimes de Croyal, en cette paroisse, furent données en 1100 à l'abbaye de Saint-Melaine de Rennes, par Simon de Visseiche et Auffrai, son frère. L'an 1180, Simon de Visseiche, son fils, donna à l'abbaye de Saint-Melaine les décimes qu'il possédait dans Noyal. En 1294, Guillaume de la Roche-Tanguy, évêque de Rennes, unit l'église de Noyal à l'abbaye de Saint-Melaine. 

En 1390 et 1420, Launaye et Hidouzet, à Guillaume de Clin; le Pâtiz, à Olivier du Cellier; Beauchesne, à Jean du Cellier; la Terraie, à Pierre de Clin; la Chesnaye, à Guillaume le Coq; Gosne, à Pierre Yvette; Buner, à Jean Benezé; le Gué, à Georges du Gué, qui possédait aussi les manoirs de Linière et de la Rouërie; les Ternières à Guillaume de Chausne; Villiers, au sieur Desgrées; Beaujardin, à Jean le Maire; les Touches et le Plessis d'Olivet, à Guillaume de Sévigné; Tatous, à Ol;ivier de Saint-Etienne; la Motte de Noyal au sieur de Tizé; Pocé, à Bertrand de Montboucher; la Touche, à Kean de Mencerel; la Touche, à Roland de la Gralotaye; le Rigolet, à Thomas Boutier; et la Rivière, à Robine Texué. Il y a dans cette paroisse une manufacture de toiles crues, nommées toiles de Noyal; elle était considérable avant que les Hollandais et les Anglais en eussent chez eux, et avant celles établies par Sa Majesté ans les principaux ports de mer. On les employait à faire des voiles de navire.

* Marteville et Varin (1843) :  NOYAL-SUR-VII.AlNE (sous l'invocation de saint Pierre);commune formée de l'anc. par. de ce nom; aujourd'hui
succursale; chef-lieu de perception; brigade de gendarmerie et relai de poste, au village des Forges, sur la route de Paris à Brest. --- Limit. : N. Acigné, Brecé; la Bouexière, Servon, Domagn; S. Ossé, Venèfles, Châteaugiron, Domloup; O. Domloup, Cesson. --- Princip. vill. : la Rousselais, les Forges, le Val, le Vionay, la Rue-Prevot, Tenieres, Gêne, la Roche-Heulin, Malipasse, Croyal, Jussé, la Planche-Grégoire, la Morihannaie. --- Maisons princi-
pales : le Bois-Orcan, le Val, le Gué de Servon. --- Superf. tot. 3964 hect. 89 a. 62 c., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 2745; prés et pat. 536; bois 188; verg. et jard. 1251: landes ou incultes 197; sup. des prop. bat. 28; cont. non imp. 141. Const. div. 621; moulins 2 (de Moncort, de Malipasse,
a eau ). Cette commune, qui est une des plus importantes du département d'llle-et-Vilaine, est limitée et traversée en partie au nord par la rivière de Vilaine; elle est traversée aussi de l'ouest a l'est par la route de Paris a Brest, et 'étend au midi jusqu'à la route départementale de Rennes à La Guerche, ou elle vient former un des faubourgs de Châteaugiron. On y remarque un taillis d'une certaine importance, nomme le bois Gervis. --- Avant 1789, l'abbé de Saint-Melaine était patron et présentateur du prieuré de Noyal, qui appartenait au collège de Rennes,
et valait: 620 livres. Ce collège avait en outre divers traits, affermés 4,148 livres, et prélevait, sur les 1600 livres que retirait la cure du cinquième des dîmes grosses et menues, 320 livres, pour sault de gerbes. Ce même droit de sault de gerl›es, exercé dans toute la paroisse, rapportait en outre 1,600 livres au colliège de Rennes. Les Bénédictines avaient pour 2,000 fr. de dîmes; et il y avait les chapellenies du Bois-Orcan et de Taloux, valant, l'une 322 livres, l'autre 
430 livres, qui étaient prélevées presque entièrement par la commune de la Bouexière. Les biens du clergé s'élevaient donc dans cette paroisse à 8,178 livres de rente. --- Il y avait en Noyal plusieurs chapelles. On on voit encore trois, qui sont fréquentées pour obtenir la guérison de certaines maladies : a Taloux, les boiteux allaient et vont encore quelquefois déposer leurs béquilles pour obtenir de saint Blaize la guérison de leur infirmité; a Launay, pauvre vieille chapelle en ruines, on va invoquer saint Eutrope contre les enflures et la fièvre; enfin, au Bois-Orcan, château en ruines, Saint.Julien est visité par ceux qui désirent être guéris de clous et autres flegmons. --- Nous avons vu, à environ 300 mètres du vieux château du Bois-Orcan, une ruine remarquable, qui rappelle assez
exactement la base d”une tour d'anciennes et importantes fortifications. Cette ruine, attenante à une maison de fermier, n'est entourée d'aucuns indices qui puissent faire préjuger de son antique destination. C'est une construction voûtée, couverte d'une couche de terre assez épaisse, et sur laquelle des arbres très-vieux ont implanté leur racines. Au centre on avait élevé un moulin ù vent, qui a été détruit il y a environ trente ans. L'intérieur a la forme d'une double croix latine, et les murs sont d'une épaisseur énorme. Dans un des angles rentrants, formés par les branches de la croix, est une vieille cheminée dont
la fumée devait trouver une issue parla partie supérieure de la voûte. Cette tour, fort remarquable, a peut-etre servi de poste avancé ou de corps-de-garde pendant les guerres civiles. Elle eut, dans ce cas, commandé la partie nord des environs de Châteaugiron. --- On voit aussi en Noyal quatre mottes fcodales : l'une a Benazé; l'autre à Tatoux, d'une même forme, d'un diamètre d`environ 20 mètres, d'une élévation de 5 a 7 mètres, différente des deux autres
renfermées aujourd'hui dans l'enceinte du bois taillis de Gervis, et qui, d'un même diamètre a peu près que les premières, ne s'élèvent point au dessus du niveau du sol, présentant seulement une enceinte circulaire, défendue par un revêtement en talus élevé d'un mètre et demi, large
de 6 à 7 mètres, et formé du rejet des terres des douves, moins larges également, moins profondes que les premières; l'une de ces dernières mottes offre seule une ouverture, au nord, de 2 mètres. Une cinquième, de la même structure que celles-ci, éloignée d'elles d'un kilomètre, au terroir de la Tertraie, a été détruite depuis peu. --- M. de Marheuf, qui a été gouverneur de la Corse, qui protégea puissamment la famille Bonaparte, et fit entrer Napoléon à l'école militaire de Brienne, naquit, selon toute probabilité, au château du Gué de Servon, terre seigneuriale de ses père et mère. Ce vieux château, situé à l'une des extrémités de la commune, tout près du bourg de Servon, est de forme carrée, et de chacun de ses angles s'élance une jolie tourelle. De vastes douves, alimentées par les eaux de la Vilaine, l'entourent, et l'on y pénétrait par un pont-levis qui n'existe plus. Peu avant 1789, ce château devint la propriété de M. de Gouyon; puis il passa à la famille Audicq; aujourd'hui il tombe en ruines, et cependant les souvenirs historiques qui se rattachent à la fa-
mille de Marbeuf devraient le sauver de la destruction. M. l'abbé 1......, qui nous a le premier indique le château du Gué de Servon comme étant, selon toute probabilité, le lieu de naissance de M. de Marbeuf, nous écrivait à cette occasion :

« On sera sans doute bien aise d'apprendre ce que devint la veuve de ce célèbre Breton. Mme la comtesse de Marbeuf, femme d'esprit et distinguée sous tous les rapports, fit, dans un âge mûr, ses vœux à la communauté du Sacré-Cœur de Jésus, rue de Varennes, a Paris; elle y mourut, en 1835, à près de quatre-vingts ans. Il fallait la voir dans ses modestes fonctions de sacristine, pour etre ravi d'admiration, en présence de tant d'aménité dans le caractère et de dignité dans les moindres actions. Tout ce qu'il y avait d'imposant chez la comtesse était gracieusement tempéré par le voile de religieuse. ››

Nous ignorons où Ogée a puisée le renseignement relatif à la manufacture de toiles qui aurait existé à Noyal; il a été, ce nous semble, trompé par ces mots : Toiles de Noyal. On appelle ainsi les toiles fabriquées dans cette commune par tous les fermiers. Chacun d'eux, pour ainsi dire, cultivait autrefois le chanvre, et la famille consacrait les soirées d'hiver à le filer et à le tisser. Des toiles rurales, que la marine recherchait naguère encore, à cause de leur grande résistance et de leur facilite à abandonner les eaux pluviales, sont en ce moment presque annulées par la concurrence des machines à filer et à tisser. La perte de cette industrie, qui alimentait le marché de Rennes, sera irréparable pour cette localité. --- Il y a foire à Noyal le 3 février. --- Géologie : schiste argileux; ardoisières à la Pampille, exploitées. Aux abords du bassin de la Vilaine, terrain d'alluvion caillouteux, dans lequel on retrouve des graviers portant des empreintes de trilobítes. --- On parle le français.

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église saint Pierre (1891-1894) Iliz sant Pêr
Chapelle saint Julien (XVè-XVIIIè) Chapel sant Juluan
Chapelle saint Alexis (1943) Chapel sant Aleksi
Manoir du Bois-Orcan (XVè-XVIIè) Maner Koad-Orc'hant
Manoir de Croyal (XVIIIè-XXè)  

Étymologie

 * Editions Flohic : peut-être du latin novale ou novalium, "terre nouvellement défrichée"

Personnes connues Tud brudet
   

Armorial * Ardamezeg

   
d'Angennes d'Argentré Ivette   Taillefer  
origine du Perche

seigneurs de Boisorcant, en Noyal-sur-Vilaine; de Pontrouault, en Mernel; de la Rivaudière, en Chevaigné.

"de sable au sautoir d'argent"

"en sabel, e lammell en arc'hant"

1415; 1556; 1585; 1601; 1608; 1709

(PPC)

seigneurs dudit lieu et de Launel, en Argentré; de Montmorel, en Châteaubourg; de Betton; de Gosne, en Noyal-sur-Vilaine; de Chabmbellan, d'Orgères; du Val, de la Guichardière, en Cornillé; des Forges, en Acigné; de la Boëssière; de Taillis, en Erbrée

"d'argent à la croix pattée d'azur"

"en arc'hant e groaz pavek en glazur"

(PPC)

seigneurs de Boishamon et de Maugason, en Domploup; de la Garenne, de Benazé, en Noyal-su-Vilaine

"d'azur au chevron d'argent, accompagné de trois quintefeuilles de même"

"en glazur, e gebrenn en arc'hant, heuliet gant teir fempdiliaouenn ivez en arc'hant"

références de 1427 à 1513

(PPC)

  seigneurs dudit lieu en Créhen; de la Mettrie, en Plélan-le-Petit; de Belestre, en Saint-Coulomb; de la Métairie, en Cherruaix; de la Rivière-Texue, en Noyal-sur-Vilaine; de la Brunais, en Bréteil.

"de gueules à deux léopards d'or"

"en gwad, e zaou leonparzh en aour"

devise / sturienn : 

Taille fer

références et montres de 1427 à 1513

(PPC)

 

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
Jumelage avec Haigerlogh, Allemagne Gevellet gant Haigerlogh, bro Alamagn

Communes du canton de Châteaugiron Kumunioù kanton *Kastell-Geron
Brécé *Brec'heg
Chancé *Kantieg
Châteaugiron *Kasrell-Geron
Domloup *Domloup
Nouvoitou *Neveztell
Noyal-sur-Vilaine *Noal-ar-Gwilen
Saint-Armel *Sant-Armael-ar-Gilli
Saint-Aubin-du-Pavail *Sant-Albin-ar-Pavez
Servon-sur-Vilaine *Servon

Communes limitrophes de Noyal-sur-Vilaine

Parrezioù tro war dro *Noal-ar-Gwilun

Cesson-Sévigné Acigné Brécé Domagné Ossé Domloup

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* A. MARTEVILLE et P. VARIN, vérificateurs et correcteurs d'Ogée. 1843.

* Dictionnaire MEYRAT : Dictionnaire national des communes de France. (année 1968). Editions Albin-Michel Paris. 1970

* Jean-Yves LE MOING : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop Breizh. 1990

* Erwan VALLERIE : Diazezoù studi istorel an anvioù-parrez * Corpus * Traité de toponymie historique de la Bretagne. An Here. 1995

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes des Côtes d'Armor et d'Ille-et-Vilaine. 2008

* Éditions FLOHIC : Le Patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. 2000

* Daniel DELATTRE : L'Ille-et-Vilaine, les 352 communes. Editions Delattre. 2004

* Pol POTIER de COURCY : Nobiliaire et armorial de Bretagne. Tomes II, III, IV. Editions des Régionalismes. 2011 / 2015

* AL LIAMM : Nouveau Dictionnaire Breton / Français; Français / Breton. 2014

Liens électroniques des sites Internet traitant de Noyal-sur-Vilaine / *Noal-ar-Gwilun :

* lien communal : https://www.ville-noyalsurvilaine.fr/

* Wikipedia brezhonek : https://br.wikipedia.org/wiki/Noal-ar-Gwilen

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* Autres pages de l'encyclopédie Marikavel.org pouvant être liées à la présente :

http://marikavel.org/heraldique/bretagne-familles/accueil.htm

http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* sauf indication contraire, l'ensemble des blasons figurant sur cette page ont été dessinés pat J.C Even, sur bases de GenHerald 5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page. En dro d'ar penn ar bajenn