d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux Noms de personnes

Breizh

Bretagne

Bro Naoned

Pays de Nantes

Naoned

Nantes

  Cordemais *** Cordemaè

 (*Korzevis)

 

page ouverte le 13.10.2008 forum de discussion

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 28/10/2010 20:39:26

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Nantes / Bro Naoned; évêché de Nantes.

Aujourd'hui dans la région économique dite des "Pays de Loire", département de Loire-Atlantique, arrondissement de Saint-Nazaire; canton de Saint-Etienne-de-Montluc; sur l'étier de Cordemais et l'étier du Port.

Superficie : 3755 ha.

Population : 1600 'communiants' vers 1780; 2042 hab. en 1874; 1453 hab. en 1968; 2374 hab. en 1991; 

Armoiries; blason : "de sinople à l'éclair d'or mouvant du chef et soutenu d'une mer d'azur; au chef d'hermine". concepteur : Michel Pressensé.

* Editions Flohic : "l'éclair d'or fait référence à l'implantation de la centrale électrique de Cordemais".

Paroisse : église sous le vocable de saint Jean-Baptiste

Histoire :

* Ogée (1780) : Cordemais; à peu de distance au N. de la rivière de Loire; à 5 lieues 1/3 à l'ouest de Nantes, son évêché; à 20 lieues 2/3 de Rennes, et à 5 lieues de Pontchâteau, sa subdélégation. Cette paroisse relève du roi, et ressortit au siège présidial de Nantes. On y voit la chapelle de Saint-Nicolas, dont la présentation, comme celle de la cure, est à l'Ordinaire. On y compte 1600 communiants. Son territoire est excellent, et renferme des terres en labeur bien cultivées, des prairies, des marais et des vignes.

L'église de Cordemais fut fondée, l'an 370, par Eumelius, évêque de Nantes, qui la dédia à saint Jean-Baptiste. Elle appartint jadis au cardinal de Monmorenci-Laval. L'an 1210, Gautier, troisième du nom, évêque de Nantes, engagea Eudon de Pontchâteau à restituer à l'abbaye de Blanche-Couronne l'île de Puellans, près Cordemais. Il y avait jadis en cette paroisse trois couvents de Bénédictins, dont on voit encore les vestiges. Le premier était dans un lieu appelé Saint-Samson, à peu de distance du bourg; le second, au port de Saint-Nicolas, où l'on voit encore sa chapelle, dont il est fait mention dans les archives de la seigneurie de Savenay, ainsi que du droit d'ancrage qu'avaient les moines de ce monastère dans la rivière de Loire; le troisième était sur le rivage de cette rivière, auprès de l'étier ou grande douve de Languillières, qui appartient à l'abbaye de Buzay. Les maisons nobles de Cordemais sont : la Chevalleraye, en 1420, à Jean de Bergo, chevalier, seigneur de la Chevalleraye; la Haye-Meriaye, qui n'était alors qu'une simple métairie, à Jean Babouin; c'est présentement un château qui appartient à Mme de Coutance; Guémené-Guingamp, à Pierre Ramel. En 1600, la cure de Cordemais était en la possession d'un chanoine de l'église cathédrale de Nantes, nommé Mathurin Rabin. En 1606, elle fut mise à l'Ordinaire.

*******************

* Marteville et Varin (1843) : CORDEMAIS (sous l'invocation de saint Jean), commune formée de l'anc. par. de ce nom, aujourd'hui succursale; chef-lien de perception. — Limit. : N. Bouée, Malleville; N.-E. le Temple, Vigneux; E. Saint-Etienne-de-Montluc; S. la Loire; O. Bouée. — Princip. vill. : la Salmonerie, la Bessardais, la Hurette, la Paille, la Touche, l'Audiais, Chatillon-la-Folaine, Belair, le Matais. — Superf. tôt. 2734 hect. 18 a., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 1887; prés et pât. 886; vignes 94 : bois 207; verg. et jard. 53; landes et incultes 99; sup. des prop. bat. 14; cont. non imp. 492. Const. div. 525; moulins 6. >>> L'église est ancienne; son caractère est celui que M. de Caumont appelle roman de transition; les chapelles latérales sont postérieures et ont le caractère du XVIè siècle. A l'entrée du chœur est une pierre circulaire qui donne entrée à une crypte, que sans doute on n'a pas visitée depuis bien longtemps. — Le bénitier extérieur de l'église semble fait d'un des cercueils en granite que l'on découvrit il y a déjà longues années en fouillant le cimetière; ce cercueil a été recouvert d'une pierre calcaire à laquelle on a fait un trou dans la partie qui répond à la tête, afin que l'on puisse atteindre l'eau bénite. — Le territoire de Cordemais est situé dans un pays plat, à peu de distance de la Loire, et qui jadis était couvert de marais aujourd'hui conquis par l'agriculture. — On prétend que autrefois Cordemais touchait à la Loire; et la statistique de la Loire-Inférieure, par M. Huet, apprend qu'au XIè siècle il y avait en cette localité un bureau de douanes. — II y a foires le 20 avril et le 12 août. — Géologie : Cordemais fait partie du bassin tourbier dont nous avons donné la description sommaire à l'article Besné (voy. ce mot); ce sont des prairies d'alluvion, dans lesquelles perce le granite. — On parle le français.

>>> On ne sait où Ogée a pris que l'église de Cordemais a été fondée en 370 par Eumelius, évêque de Nantes, dont on ne sait autre chose que d'avoir assisté ù un concile de Valence.

En 1060, on voit figurer un Tutual de Cordemes comme témoin d'une donation faite à l'abbaye de Redon, par Rodald ou Rouauld du Pèlerin, d'un quart de l'île d'Her. (Voy. Donges ) — En 1123, Bohel, fils de Tual, donne au prieuré de Saint-Nicolas sa part dans le port de Cordemais (de portu Cordimensis); et Alain, autre fils de Tual, est témoin à l'acte, comme il l'avait été dans le même temps à une autre donation faite à ce prieuré par Quimarhoc, fils de Ristanet, de la moitié du port de Cordemais et de ses revenus, tels que voilage, péage, pontonage, etc. : dimidium portum de Cordimense et medietatem expletorum portus, scilicet voillagium, pedagium, pontonagium.

C'est apparemment ce prieuré de Saint-Nicolas qu'Ogée a pris pour un couvent de bénédictins, ainsi que deux autres qu'il place à Saint-Samson et près de l'étier de l'Anguillière, dans la paroisse de Cordemais.

Le Fief-au-Vicomte, paroisse de Cordemais, devait à la seigneurie de Donges, dont il relevait, « une somme annuelle de 15 solz monnoie au terme de Noël, payable au receveur ou sergent de ladite vicomté, au baillage de Cordemais, à l'issue de la grand'messe du point du jour, célébrée en l'église du Temple, à la sortie de ladite église; et sont tenus, ceux qui doibvent ladite rente, de conduire et mener le sergent-receveur de ladite église en une maison honneste, audit lieu du Temple, en laquelle il y ait pain et vin a vendre, et lui doibvent donner là à disner, celuy jour, à poulets bouillis et rostis, à lui et à  son homme, la serviette blanche sur l'espaule, estant cassis à la table vers le feu, et lui administrer et bailler pain et vin du meilleur, et le traiter de manière compétente pour le rendre du tout à son plaisir elle desfrayer du tout à leurs despends, sans qu'il lui en couste aucune chose. » (Titres de Dong., archiv. de Carheil.)

Il existait au profit du vicomte de Donges un devoir d'ancrage et trépas, en la paroisse de Cordemais, en l'étier de la Biraudais, par raison des navires chargés de sel abordant et arrivant audit étier. (Ibid.) — Le seigneur de Donges était reconnu comme fondateur de l'église de Cordemais. (Ibid.).                                                    BIZ.

*******************

* C'est à Cordemais que fut signée la reddition des unités allemandes de la "poche de Saint-Nazaire", le lendemain de la capitulation de l'Allemagne. La table sur laquelle a été signée cette capitulation se trouve en la mairie de Cordemais.

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église saint Jean-Baptiste Iliz sant Yan Vadezour
Pierre de la Roche Mein ar Roc'h
Croix de Saint-Samson Kroaz sant Samzun
Château de la Haie-Meriais  
Moulin de la Herlais  

Étymologie

* Albert Dauzat et Charles Rostaing (1963-1978) : "Cordemensis, 1051; de Cordimense, 1060; Cordemes, XIè s. du nom d'homme latin Cordius et du latin mansus, ferme ?"

* Editions Flohic : "peut-être du toponyme gaulois Corbilo".

* Jean-Yves Le Moing (1990) : Cordemes Plebs, 1060 CR; Cordemays 1287 LO.

Personnes connues Tud brudet
   

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Saint-Etienne-de-Montluc Kumunioù kanton ***
Cordemais / Cordemaè

 *Korzevis

Couëron  
Saint-Etienne-de-Montluc    
Le Temple-de-Bretagne    
Vigneux-de-Bretagne    

Communes limitrophes de Cordemais / Cordemaè

Parrezioù tro war dro *Korzevis

Bouée Malville Le Temple de Bretagne Saint-Etienne de Montluc Saint-Viaud

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* A. MARTEVILLE et P. VARIN, vérificateurs et correcteurs d'Ogée. 1845.

* Adolphe JOANNE : La Loire Inférieure au XIXè siècle. 1874. continué et commenté par Christophe BELSER : Loire-Atlantique. Editions C.M.D. 2000.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Larousse, 1963; Librairie Guénégaud, 1978.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire national des communes de France. 1970. Recensement de 1968.

* Jean-Yves LE MOING : Noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop Breizh. 1990.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes de Loire Atlantique. Froger SA. 1996.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes de la Loire-Atlantique. 1999.

* J.L RAMEL et A.J RAUDE : Liste des communes du département de Loire-de-Bretagne. Maezoe-Heveziken. 2003

Liens électroniques des sites Internet traitant de Cordemais / Cordemaè / Korzevis

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Cordemais : dessin JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig vas vite, mon petit ami

go fast, my little friend

Comptoir de Campagne. 22160. Callac-de-Bretagne. 

Tél / Fax : 02.96.45.51.06

Site weeb : http://www.comptoir-de-campagne.com

Retour en tête de page