Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Kernev

Cornouaille

  Kameled

Camaret-sur-Mer

 

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 29/06/2017 21:01:41

Définition : commune de la Bretagne historique, en Haute-Cornouaille / Kernev Uhel, en Poher / Bro-Boher; Évêché de Quimper.

Aujourd'hui dans la région économique non historique dite "de Bretagne", département du Finistère; arrondissement de Châteaulin; canton de Crozon.

Superficie : 447 ha. (cf Ed. Flohic); 1164 ha. (cf D. Delattre) ???

Population : 750 'communiants' vers 1780; 1632 hab. en 1878; 2429 hab. en 1906; 3593 hab. en 1968;  3047 hab. en 1982; 2668 hab. en 1999; ???

Blason :

* Froger et Pressensé : "D'azur à un navire équipé, habillé et flammé d'argent, voguant sur une mer de sinople, senestré d'une tour d'or, maçonnée, ouverte et éclairée de sable; au chef d'hermine. Devise : "Custo orae aremoricae" Gardienne du littoral breton. Conception : Commission Départementale d'Héraldique. Nef rappelant la tentative de débarquement des anglo-hollandais le 18 juin 1694. Tour fortifiée par Vauban. Devise accordée par Louis XIV".

Paroisse : église sous le patronage de saint Rémy.

Histoire

* Ogée (1780) : "Camaret; au bord de la mer, sur une pointe de la côte de la baie de Brest ; à 10 l. à l'O.-N-O. de Quimper, son évêché et son ressort ; à 46 I. 1/5 de Rennes, et à 6 1. du Faou, sa subdélégation. M. le comte d'Estaing est seigneur de cette paroisse, dont la cure est à l'Ordinaire. On y compte 750 communiants. Son territoire est environné de la mer, et forme une presqu'île. Les terres en sont fertiles et bien cultivées par les femmes, dont les maris sont presque tous marins ou pêcheurs. En 1335, tous les vaisseaux qui abordaient au port de Camaret devaient à Hervé, vicomte de Léon, seigneur de cette paroisse, un droit de coutume qu'ils payaient dans la nef de la chapelle de Sainte-Marie-Madelaine-de-Lampaoul, qui existait alors. Le 16 juin 1694, les Anglais firent une descente à Camaret; mais ils furent taillés en pièces par deux cents hommes de la marine et cinquante gentilshommes bretons.

* Marteville et Varin (1843) : CAMARET (sous l'invocation de saint Remy et de Notre-Dame de Roch-Madore, qui a un pèlerinage fréquenté), commune formée de l'anc. par. de ce nom, aujourd'hui succursale; bureau des douanes. — Limit. : N. rade de Berthaume; E. Crozon : S. baie de Dinan; O. l'anse de Toulinguet. — Princip. vill. : Lagatjar, Kermeur, Kerbonn. — Superf. tot. : 444 hect., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 142; canaux et étangs 3; landes et incultes 259; sup. des prop. bat. 4; cont. non imp. 36. Const. div. 224 ; moulins 7 (du Notic, du Bourg, du Lannic, de Kermeur ). >>> Objets remarquables : le Notic, le château, le port, le fort du Grand Goin, la pointe et le fort de Toulinguet, la pointe aux Pois. De la pointe aux Pois la vue s'étend sur une innombrable quantité de brisants contre lesquels la mer vient déferler et s'épanouir en gerbes élégantes. Il y a en Bretagne peu de points aussi curieux que toute la côte de Camaret. La pointe de Toulinguet limite au nord cette grève splendide; entre cette pointe et Camaret est un monument druidique très-remarquable par sa forme et par son étendue : on le regarde comme une enceinte. Selon les manuscrits de Landévennec , qui nous ont conservé la légende de saint Riock , le véritable nom de cette commune serait Kamelet : et c'est en ce lieu que le saint breton choisit son pénity au IV siècle. — Le terrain est généralement peu fertile , et s'étend eu pente douce depuis la pointe de Toulinguet jusqu'au bourg, à l'ouest et au sud duquel se déroulent de vastes dunes de sable. Il n'y a pas d'arbres sur la plus grande partie de ce territoire; on a recours pour le chauffage à la lande, aux mottes et aux excréments de vaches (beuzel). — La pêche de la sardine est, pour ainsi dire, la seule industrie des habitants; encore va-t-elle en décroissant chaque jour. Quoique les cultivateurs emploient tous les ans mille ou douze cents charretées de goémon pour engrais, les grains ne fournissent pas beaucoup plus de la moitié des céréales nécessaires à la consommation. — II y a une église et une chapelle; mais il n'y a pardon ni à l'une ni à l'autre. — Géologie : toute la commune repose sur grès. — Archéol. : D. Morice, Preuves, t. I, col. 373, 388, 1375, 1376; t. II, col. 850. 1139.— On parle presque généralement le breton.

* Bernard Tanguy (1990) : "A l'origine de la paroisse de Camaret, démembrement de celle de Crozon, se trouve très probablement le prieuré-cure dépendant de l'abbaye de Daoulas, fondé vers la fin du XIIe siècle, au Notic (pour an Aotic, diminutif du breton aot "rivage"), aujourd'hui le port. Dédiée à saint Thomas de Canterbury, comme celle des prieurés de Bénodet et de Landerneau (cf. ces noms), relevant également de l'abbaye de Daoulas, la chapelle de cet établissement, ruinée dès le début du XVIIe siècle, a laissé son nom à la place Saint-Thomas".

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église saint Rémi Iliz sant Remi
Chapelle Notre-Dame de Rocamadour Chapel Roz-Madou
Chapelle saint Thomas de Cantorbéry

cf. Couffon & Le Bars : "Autrefois dans le port, elle fut ruinée au début du XVIIè siècle. Reconstruite au XVIIIè siècle, sous le même vocable, dans l'ancien cimetière, transformée en ossuaire en 1749, enfin détruite en 1835"

Chapel sant Tomas Kergent

bet diskaret diwech

Chapelle et croix de saint Julien, à Lannilien

cf. Couffon & Le Bars : "A Lannilien. Edifice de plan rectangulaire, clocheton portant la date de 1762.

Mobilier : 

- statues en bois : Christ en croix, XVIIè s.; sainte Barbe; saint Julien (1968)

Sur le placitre, croix monolithe redressées en 1968 et nouvelle fontaine; fontaine originelle plus à l'ouest dans un terrain marécageux". 

 

Chapel ha kroaz sant Juluen, en Lannilien
Chapelle sainte Barbe, à Lambézen (détruite) Chapel santez Barba, e Lambezen (bet diskaret)
Alignements de Lagatjar (néolithique)  
Toulinguet  
Kervian  
Tour Vauban  
Corps de garde de la pointe du Gouin  
Manoir de Boultous  
Manoir de Coecilian  

Étymologie :

* Bernard Tanguy : "Camaret, 1335, 1410; Quamereuth-Crauzon, 1402; Cameret, 1460, 1574; Kamelet, 1636; breton Kameled.

"Si le toponyme a pour correspondants, en Bretagne, Camaret, nom d'une anse de Pénestin (Morb.), et Cameulet, écart de Landéda, à l'entrée de l'Aber-Vrac'h, il est aussi homonyme de Camaret (Vaucluse) et, avec palatalisation de k- initial, de Chamaret (Drôme), ce qui tendrait à lui assigner une origine pré-bretonne. Camarès (Aveyron), vicaria Cambarensis en 883, contient, avec un suffixe -enis, le même radical cambaro-, sans doute formé sur le gaulois cambo- "courbe" (en breton kamm). Le nom de Camaret, dérivé en -etum de ce radical, ferait référence à l'anse au fond de laquelle se trouve le bourg".

* Éditions Flohic (1998) : "du breton kamm, courbe, et red, flux, courant".

* Hervé Abalain (2000) : "Quamereuth Crauzon, 1402; origine pré-bretonne; de cambo / cambo, en gaulois, courbe + suffixe -etum; le sens de "anse" semble s'imposer : "le nom de Camaret fait référence à l'anse au fond de laquelle se trouve le bourg", précise B. Tanguy".

* Daniel Delattre (2004) : "Camaret au XIVè. Cameret au XVè. ... Camaret-sur-Mer devint paroisse en 1692".

Personnes connues Tud brudet
 André ANTOINE

??? - Pouliguen, 1943

 
Saint-Pol-Roux  
Georges-Gustave Toudouze  

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
Jumelage avec Busum, en Allemagne  
Jumelage avec Saint-Yves, en G. Bretagne  
Association Camaret-sur-Mer *** Camamet-sur-Auguer  
Association Camaret-sur-Mer *** Rocamadour  

i

Pêcheurs de langoustes

Visages de la Bretagne. 1941

Communes du canton de Crozon Parrezioù kanton Kraozon
Argol Argol
Camaret sur Mer   Kameled
Crozon Kraozon
Landévennec   Landevenneg
Lanvéoc   Lanveog
Roscanvel   Roskanvel
Telgruc sur Mer   Terrug

Commune limitrophe de Camaret Parrez en dro da Gameled

Crozon / Kraozon

i

Réparateur de filets

Visages de la Bretagne. 1941.

Sources

* OGEE : Dictionnaire de Bretagne; 1780.

* A. MARTEVILLE et P. VARIN : continuateurs et correcteurs d'Ogée; 1843.

* Adolphe JOANNE : Département du Finistère. Hachette. 1878.

* René COUFFON et Alfred LE BARS : Répertoire des Églises et chapelles du Diocèse de Quimper et de Léon. 1959.Réédition Conseil Général du Finistère. 1988.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère. Chasse-Marée. Ar Men. 1990

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Finistère; 1998

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes du Finistère. Froger SA. 2001.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Les Universels Gisserot. 2000.

* Daniel DELATTRE : Le Finistère. Les 283 communes. Éditions Delattre. 2004. 

Liens électroniques des sites Internet traitant de Camaret / Kameled

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Camaret : dessin JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Information sur blocage de compte sur Wikipédia

L'information des recherches et découvertes archéologique concernant Saint-Symphorien et Bréssillien, de Paule, permettant d'étayer sérieusement la revendication de Brocéliande historique a été systématiquement rendue impossible sur la page de Wikipedia consacrée à Brocéliande, par des soi-disant experts en lutinologie, fées et korrigans  . Toute information systématiquement effacée; compte bloqué.

Compte tenu de cela, il est conseillé au lecteur de se reporter aussi à la page

Brocéliande historique.

Jean-Claude EVEN / Marikavel.org

Retour en tête de page