Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Bro Sant-Malo 

Pays de Saint-Malo ----

Eskopti Dol

Évêché de Dol-de-Bretagne

  Calorguen

*Kerorgen

 

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

dernière mise à jour 29/06/2017 20:40:48

Définition : commune de la Bretagne historique, en Bro-Sant-Malo, pays-évêché de Saint-Malo.

Aujourd'hui dans la région économique non historique dite 'de Bretagne', département des Cotes d'Armor; arrondissement de Dinan; canton de Dinan-ouest, sur la Rance, l'Osier, et le Pin.

Superficie :  848 ha.

Population : 700 'communiants' vers 1780; 870 hab. en 1860; 855 hab. en 1878; 869 hab. en 1881; 873 hab. en 1890; 506 hab. en 1968; 450 hab. en 1978; 497 hab. en 1982; 514 hab. en 1990; 523 hab. en 1999; 

Armoiries; blason

* Régis de Saint-Jouan : "d'azur, à six billettes d'argent, à un chef de gueules chargé de trois annelets d'or, soutenu d'une burelle de même"

* Éditions Flohic (1998) : "il s'inspire des armes de la famille Ferron de La Ferronnais".

* Daniel Delattre (2004) : "d'azur à six billettes d'argent; au chef de gueules, soutenu d'or, chargé de trois annelets du même".

* Froger & Pressensé (2008) : "d'azur à six billettes d'argent posées 3,et soutenu  2, 1; au chef de gueules chargé de trois annelets d'or et soutenu d'une burelle de même". Brisure de la famille de Ferron (sceau de 1371). D.M. 28 octobre 1987.

----------------

JC Even : "e glazur, e c'hwec'h kanochenn en arc'hant, e c'hab en gwad karget gant teir rilhenn en aour, dalc'het gant (e)ur c'houdreustell kevliv".

Paroisse : église sous le patronage de saint Hubert de liège, fêté le le 3 novembre.

Histoire :

* Ogée (1780). Calorguen : sur les bords des rivières de Rance et de Linnon; à 6. l. au S. de Saint-Malo, son évêché; à 8 l.  2/3 de Rennes, et à 1 l. de Dinan, sa subdélégation et son ressort. Cette paroisse, dont la cure est présentée par un religieux de Léon, compte 700 communiants. Son territoire, couvert de bois et d'arbres à fruits, est fertile en grains de toute espèce, et abondant en foin. On y voit deux bois taillis, qui ont chacun une lieue de périmètre, et les landes du Piro [du Pin], d'une assez grande étendue. Les maisons nobles sont : le Chêne-Ferron* et Langerinais [Langevinais], hautes-justices , à M. Ferron-du-Chêne; la Ferronnais, haute-justice, à M. de la Ferronnais; Trevron*, haute-justice, à....., et la Huballerie, à N....

* Marteville et Varin (1843). CALORGUEN, commune formée de l'anc. par. de ce nom, aujourd'hui succursale, qui ressort de l'église Saint-Malo de Dinan. — Limit. : N. Tressaint, la Rance, rivière ; E. Evran, Saint-André-des-Eaux; S. Evran, Saint-Juvat; O. Treveron, Saint-Carné. — Princip. vill. : la Dorbelais, le Tarras, Tréliger, Beau-Soleil, le Bas-Pin, le Haut-Pin, le Désert, le Sauldrais, Coacavre, la Huballerie, les Menus, la Boissière, le Grand-Boutron, Langevinais, la Bourgoullais, la Ferronais, le Gros-Chêne, la Giraudais, la Roussais, Pont-Récent, la Vieille-Noe, la Noe-Roger, la Noe-Bussu. — Superf. tot. 846 hect. 39 a. 71 c., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 675; prés et pat. 94; bois 24; landes et incultes 9; sup. des prop. bât. 6; cont. non imp. 38. Const. div. 270; moulins 2 (du Pin, de Boutron). L'église, qui était de 1584, a été reconstruite en 1838, à l'exception de la nef. — On peut juger d'après le relevé cadastral de l'erreur commise par Ogée , eu égard aux landes. — Le Chêne-Ferron est en Saint-Carné. Ce que dit Ogée de cette terre s'appliquerait plutôt au château de Boutron, qui appartenait et appartient encore à M. de Ferron du Chesne. — Trevron (voy. ce mot) est une commune voisine de Calorguen, mais n'a jamais été comprise eu cette dernière commune.— Géologie : schiste talqueux; schistes modifiés dans l'est. — On parle le français.

* Daniel Delattre (2004) : "Calorien, au XVIIè. Occupation humaine dès l'âge de bronze. Découverte, en 1863, de 360 haches de bronze. Au XIIè, Calorguen était une dépendance du prieuré de Saint-Magloire de Léhon. En 1422, Calorguen était une des dernières communes de la région de Dinan où le breton était parlé".

----------------------

Maires de Calorguen, MMrs : AMELOT, BESLEY du SAUDRAY; PERCEVAUX; FOUERE; GRIGNARD; OUICE; BERNARD; 

Archéologie. Patrimoine :

Le Bourg Ar bourg
Souterrain de Lanjuinais / Langevinays (Age de Fer)  
Église saint Hubert de Liège Iliz
Manoir de la Ferronnays (1569) (converti en ferme)  
Manoir de Boutron (XVIè ou XVIIè s)  
La Roussais  
La Giraudais  
la Huballerie  
Croix de la Saudrais (XIIè s ?)  
Croix du Plessis  
Croix du cimetière (XVIIIè ?)  
Croix de Tréliger (XVIIè ?)  

Étymologie :

* Dauzat et Rostaing (1963-1978) : "dissimilation probable de Car-orguen, du breton caer, maison, et Orguen, nom d'homme".

* Régis de Saint-Jouan (1990) : " ecclesia de Karorguen (1182 ; Mon, Pr. I, 689), Robertus de Calorguen (1184 ; Mor., 701 ; Ane. év. IV, 360), ecclesia de Carorguen (1187 ; Ane. év., 362). L'existence d'une église supposait celle d'une paroisse dès 1182. Cette paroisse, appartenant au prieuré de Léhon, dépendait sous l'Ancien Régime du diocèse de Saint-Malo. On trouve aussi son nom écrit Callorguen dans l'état civil à partir de 1670 et Calorien en 1735 (Arch. des C.-d'A., 80 G 31). Calorguen élut sa première municipalité au début de 1790".

* B. Tanguy : "Eccl. de Carorguen, 1182, 1187; Calorguen, 1184; Callorguen, XVe s.; Calorien, 1653; Calorguen ou Calorien, 1679; gallo Calorien, Calordjin.

Possible démembrement de la paroisse d'Evran (cf. ce nom), la paroisse de Calorguen est une ancienne dépendance du prieuré de Saint-Magloire de Léhon, dont elle relevait dès 1182. Composé formé avec la variante car, du breton ker "village, ferme", ayant, pour second élément, un anthroponyme féminin, attesté sous la forme Aourken, Ourken au IXe siècle (du vieux-breton aour "or" et ken "beau"), le toponyme a subi une dissimilation de -r- en -l-.

Appartenant à un type de formations qui se sont multipliées, parallèlement à celles en Ville-, avec les défrichements opérés à partir du XIe siècle, son ancienneté est donc toute relative. La découverte de coins en bronze au village du Désert, toponyme qui peut être en rapport avec un ancien ermitage, au nord du bourg, et l'existence d'un village de la Boissière à peu de distance au sud-est, toponyme souvent révélateur de la présence romaine, témoignent cependant d'un peuplement ancien. Une ancienne voie romaine suit la limite ouest de la paroisse.

* Éditions Flohic (1998) : "de l'ancien breton ker aourguen, le village de (la famille) Dorbriant". (??????????????????????????)

* Hervé Abalain (2000) : Carorguen et Carorgon en 1187; le nom de l'anthroponyme fait problème : (Caer + Orguen) pour Dauzat, (Caer + Gorgon) pour Erwan Vallerie, et (Caer + Orwen) pour Fleuriot; l'anthroponyme pourrait être Orguen > Orven, ou Aourken, N.P féminin, comme le suggère Bernard Tanguy : "le village d'Aourken".

* Daniel Delattre (2004) : "Calorien, XVIIè." 

Personnes connues Tud brudet
Auguste-Pierre-Marie Ferron, comte de la Ferronnays

 

 
Alain de Ferron

seigneur de Boutron

compagnon d'armes d'Ollivier de Clisson

 
Jules-Basile Ferron

Évêque de Saint-Brieuc, du 20 mars 1770 à ***

 
   

 

Commune du canton de Dinan Ouest Parrezioù kanton Dinan Kuz Heol
Aucaleuc *Oskaleg
Bobital   *Bowidal
Brusvily   *Bruzivili
Calorguen   *Kerorgen
Le Hinglé   *an Hengleuz
Plouër-sur-Rance   *Plouhern
Quévert   *Kever
Saint-Carné   *Sant-Karneg
Saint-Samson-sur-Rance   *Sant-Samzun
Taden   *Taden
Trélivan   *Trelivan
Trévron   *Treveron

Communes limitrophes de Calorguen Parrezioù tro war dro Kerorguen
Lanvallay Les Champs-Géraux Evran Saint-André-des-Eaux Saint-Juvat Trévron Saint-Carné

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780;

* MM. A. MARTEVILLE et P. VARIN : continuateurs et correcteurs d'Ogée, 1843.

* Anonyme : Dictionnaire des communes du département des Côtes du Nord. vers 1860.

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

* J. RIGAUD : Géographie historique des Côtes du Nord. Imprimerie Francisque Guyon. Saint-Brieuc. 1890.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Larousse, 1963; Librairie Guénégaud, 1978.

* Michel de la TORRE : Guide de l'art et de la nature. Côtes du Nord. Berger-Levrault. 1978.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes . Département des Côtes d'Armor. Éléments d'histoire et d'archéologie. Conseil Général des Côtes d'Armor. Saint-Brieuc. 1990.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes d'Armor. Chasse-Marée. Ar Men. 1992.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes des Côtes d'Armor. 1998.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor. Les 372 communes. Éditions Delattre. 2004.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes des Côtes d'Armor et Ille et Vilaine. 2008.

Liens électroniques des autres sites traitant des Calorguen / Kerorgen :          

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Calorguen : dessin JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Information sur blocage de compte sur Wikipédia

L'information des recherches et découvertes archéologique concernant Saint-Symphorien et Bréssillien, de Paule, permettant d'étayer sérieusement la revendication de Brocéliande historique a été systématiquement rendue impossible sur la page de Wikipedia consacrée à Brocéliande, par des soi-disant experts en lutinologie, fées et korrigans  . Toute information systématiquement effacée; compte bloqué.

Compte tenu de cela, il est conseillé au lecteur de se reporter aussi à la page

Brocéliande historique.

Jean-Claude EVEN / Marikavel.org

retour en tête de page