Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux

Noms de personnes

Breizh

Bretagne

Bro Dreger

Trégor

Bear * Bégard

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003     * forum du site Marikavel : Academia Celtica dernière mise à jour 28/02/2014 19:50:12

Définition : Commune de la Bretagne historique; évêché de Tréguier. 

Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département des Côtes-du-Nord / Côtes d'Armor;  arrondissement de Guingamp; elle même chef-lieu de canton.

Superficie : 3600 ha. / 3641 ha. (selon D. Delattre)

Population : 4758 hab. en 1878; 3503 hab. en 1863; 4715 hab. en 1881; 4713 hab. en 1890; 4976 hab. en 1970; 5411 hab. en 1979; 5180 hab. en 1982; 4970 hab. en 1990; 4474 hab. en 1999 ?

Blason

* Régis de Saint-Jouan : "écartelé d'argent plain et d'azur, portant en 2 et 3 une quintefeuille d'or" (inspiré des armes considérées comme celles de l'abbaye aux XVè-XVIIè siècles).

* Froger et Pressensé (2008) : "écartelé d'argent et d'azur, l'azur étant chargé d'une rose d'or". Brisure des armes du monastère cistercien de Bégard (XIIème siècle), par inversion des quartiers".  

Paroisse

- église de Bégard sous le vocable de Notre Dame;

- église de Botlézan sous le vocable de sainte Tumelle; 

- église de Guénézan sous le vocable de sainte Geneviève; 

- église de Trézélan sous le vocable de saint Rivoal;

- église de Lannéven sous le vocable de saint Méen; 

Historique :  

* Daniel Delattre (2004) : "En 1130 fut fondée la première et importante abbaye cistercienne de Bretagne. Plusieurs de ses abbés avaient une grande réputation, notamment Vincent de Kerleau qui fut conseiller des ducs de Bretagne et président de la Cour des Comptes. L'abbaye fut vendue à la Révolution, mais préservée. En 1857, installation, dans les bâtiments de l'abbaye, des religieux de l'ordre du Bon sauveur, qui créèrent une école et un asile d'aliénés".

*****

La commune actuelle de Bégard provient de la réunion, par arrêté du 28 novembre 1792, confirmé par décret du 26 mai 1793, des anciennes paroisses de Botlézan, Guénézan, et Trézélan.

Bégard doit son existence avant tout à la présence d'une ancienne abbaye cistercienne située en Guénézan, et devenue par la suite, le 13 octobre 1857, l'Hospice du Bon-Sauveur.

Bégard ne présente guère d'histoire vraiment marquante dans le cadre de la Bretagne depuis cette création.

Le centre-ville actuel ainsi que les paroisses originelles font l'objet de liens directs séparés dans les fenêtres du bas de page. 

* Daniel Delattre (2004) : "E 1130 a oa krouet an hini gentan hag diouzh ar re vrasan abbatioù urzh Citeaux e Breizh. Ul lodenn vat eus he beleien a oa gantè brud kaer, a gaozh ispisial gant Visant Kerleau hag a oa bet kuzulier duged Breizh ha president ***********. An abbati a oa bet gwerzet d'ar c'houlz ar Reveulzi, met diwallet. E 1857, digouezhet el lojeiz an abbati, beleien urzh ar Gwir Salver, hag a oa savet gantè ur skol hag ul lojeiz evit tud anvezet zot".

Istor : Ar gumunn Bear a-hirie a zo bet savet abalamour d'an unvanidigezh , dre skrid-embann 28 a viz Du 1792, kemennet d'an 26 a viz Mae 1793, ar barrouzioù koz Bolean, Guenezan, ha Trezelan.

Bear a dle da vezan bev a gentan tout diouzh ar pezh a oa un abbati koz  dindan lezenn Citeaux war douar Gwenezen, ha deut da vezan goude, d'an 13 a viz Here 1857, Hospital ar Gwir-Salver.

Bear n'ez eus ganti istor dudius kaer evit ar pezh a sell ar Vro-Breizh abaoe hi grouidigezh.

Kreiz-kêr hirie hag ar barrouzioù-mamm o deus liammoù da vont war eun er prenechoù hag en em gav e penn-traou ar bajenn.

i

 

Étude étymologique

- Ogée : " Bégars, abbaye dite le Petit-Citeaux, située dans le territoire de Guenezan, à 3 lieues et demi au sud-sud-ouest de Tréguier, son évêché...

... Pluscoat, habitée ci-devant par un ermite, nommé Bégars, qui a donné son nom à cette abbaye ...".

*****

* Fréminville : Begars.

"L'abbaye de Begars, de l'ordre de Citeaux, fut fondée primitivement le 10 septembre 1130, par quatre religieux venus du pays chartrain, lesquels avec l'autorisation du comte Etienne de Penthièvre et celle de Raoul, évêque de Tréguier, s'établirent dans la foret de Pluscoat, au lieu habité déjà par un ermite renommé dans la contrée et qui s'appelait Raoul Begars, d'où l'abbaye a tiré son nom, du moins à ce que prétendaient ses chroniques".

*****

* Marteville et Varin : "abbatia beate Mariae de Bagario".

"L'abbaye de Bégars se nomma d'abord Pluscoat, du lieu où elle fut fondée. En ce lieu, concédé à quatre religieux de l'abbaye de l'Aumône (diocèse de Chartres) par le comte de Penthièvre (novembre 1130), il y avait un ermite fameux dans le pays. Quelques auteurs ont dit qu'il se nommait Bégars, et que ce nom devint celui de l'abbaye. Mais évidemment Bégar, en langue anglo-saxonne, voulant dire mendiant, et les ermites ne vivant que de charités, on a pris le nom spécifique de celui-ci pour son nom patronymique, erreur fréquent dans l'histoire".

*****

* Rigaud : " En 1130, quatre moines de l'ordre de Cîteaux vinrent du diocèse de Chartres fonder une abbaye qu'ils nommèrent Beggar, mot anglo-saxon, qui signifie mendiant, désignation sous laquelle était connu, dans la contrée, un ermite qui habitait le lieu dit Pluscoat, où la communauté fut établie".

*****

* A. Dauzat et Ch. Rostaing, analysant le nom de commune Biars, département français du Lot : " nom d'homme germanique Big-hart, comme probablement Bégard, canton des C-d-N"

*****

* Bernard Tanguy : Begar, après 1130; après 1146, 1170, 1184-1189, 1202, 1238; en breton : Bear.

" Au cœur de cette solitude vivait dans une cabane un ermite du nom de Raoul; le document ajoute que l'endroit était déjà appelé Bégar en raison du surnom de l'ermite, explication qui si elle est, comme on peut le penser, inspirée de l'anglais beggar "mendiant", serait un anachronisme. Un rapprochement avec le germanique bigard "jardin clos près d'une maison", terme qui explique notamment Biaches et Biarre dans la Somme, n'est peut-être pas à exclure. Du fait de la prononciation bretonne Bear, il ne saurait s'agir du breton begar = "melisse". 

*****

* Éditions Le Flohic, page 37. Origine du nom : " Soit de l'anglais beggar, mendiant, étymologiquement improbable; soit du breton beg ar c'ha, le sommet de la cote, ou bez gawr, la tombe du géant, mais ces hypothèses restent problématiques". 

*****

* Hervé Abalain (2000) : "Begar en 1130; surnom d'un saint ermite, Bégars, à rapprocher de beggar en anglais, "mendiant"; cet ermite aurait donné son nom à l'abbaye fondée en 1130 par Etienne III, comte de Penthièvre (cf. Ogée)".

*****

* Daniel Delattre (2004) : "Bégars au XVIè. Bégard depuis la Révolution. Le"d" final a probablement été rajouté pour marquer le changement par rapport à l'Ancien régime. Mais l'adjectif bégarrois subsiste".

*****

Commentaires JCE : 

B. Tanguy semble se rapprocher de Dauzat et Rostaing. Il lui reste donc à trouver une explication logique et chronologiquement acceptable pour un toponyme d'origine germanique en cet endroit, sachant qu'on introduirait un big-hart / jardin clos près d'une maison (sic !), nom d'origine germanique, dans un Pluscoat, nom manifestement d'origine celtique. Si la foret, en son sens sacré et mystérieux, peut expliquer la présence d'un ermite, la présence d'une maison avec un jardin clos, quant à elle, en est l'antithèse ! Il y a conflit apparent entre les deux symboliques.

Avec les correspondants des Éditions Le Flohic, nous sommes en pleine paranoïa néo-celtisante : rien ne peut s'expliquer par une origine étrangère au celtisme;  tout doit pouvoir s'expliquer par la toponymie celtique, ou mieux encore, par la langue bretonne. Le problème est que, présentement, ces correspondants n'ont pas bien fait attention au lieu de création de l'aumônerie : Pluscoat, qui n'est pas au sommet de la cote, mais sur un terrain pénéplan (à la cote 99) situé au nord-ouest de l'actuelle ville de Bégard (sommet à la cote 146), et donc à un niveau bien inférieur, ce qui fait que leur proposition ne tient pas du tout. . 

*****

JCE : Qu'il me soit permis d'introduire ici une anecdote amusante quant au nom de Bégard : des amis Anglais, séjournant au camping du manoir du Cleuzioù, en Louargat, m'avaient fait part un jour de leur amusement de la signalisation routière bilingue du nom de Bégard. En effet, les bretonnants trégorrois des environs ne prononcent pas, et n'écrivent pas : Bégard, mais Bear

Il se trouve qu'en langue anglaise, le mot bear signifie : ours ! d'où leur étonnement et leur question. 

PS : je ne suis pas convaincu que mes explications linguistiques sur les mutations et/ou flexions internes de consonnes des mots, propres aux langues celtiques en général, et à la langue bretonne en particulier, aient jamais réussi à les convaincre.

Pour des anglophones, le cas présent est sensiblement similaire à celui de la commune de Condom, dans le département français du Gers, en Aquitaine. C'est là aussi un cas typique de "faux-ami", la signification anglaise du mot "condom" ayant aussi un sens rapproché de certaines attitudes ou qualités prêtées aux ours .

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes (blanches) ont des liens actifs

Kreiz-Kêr Bear Centre Ville de Bégard
Bolean Botlézan
Gwenezan Guénézan
Trezelan Trézélan
Lanéven Laneven
Menhir de Kerguézennec Peulven Kergezenneg
Menhir de Pasquiou Peulven Paskiou
Ospital Gwir-Salver Hôpital du Bon-Sauveur
Chapelle saint Nicolas (restaurée) Chapel sant Nikolaz (adsavet)
Manoir du Réchou Maner ar Rechoù
Manoir de Coatgouray  
Manoir de la Roche-Huon  
Manoir de Parc-Lan  
Manoir de Trévourec  
Manoir de Kermolquin  
   

Personnes connues Tud Brudet
Raoul Beggar  
Le comte Alain, époux de Berthe de Bretagne  
Le comte Conan, fils du comte Alain et de Berthe de Bretagne  
Jean de Coëtmen  
Guillaume KERAMBRUN

Littérateur, journaliste

Bégard, 1813 / Guingamp, 1852

 
Adrien HAMON, peintre de la mer

Bégard, 16.09.1876 / inhumé à Bégard le 15.03.1963

 
Hervé LE GOFF, historiographe.  

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
Jumelage Bégard / Saint Asaph

Flintshire; Pays de Galles

Bear gevelled gant Llanelwy

Fflint; Bro Gembre

Communes du canton de Bégard Kumunioù kanton Bear
Bégard Bear
Kermoroch Kervoroc'h
Landebaëron Lanberon
Pédernec Pederneg
Saint-Laurent Lanlaoron / Sant Laorans
Squiffiec Skinvieg
Trégonneau Tregonev

Communes limitrophes de Bégard Parrezioù tro war dro bear
Prat - Prad Coatascorn Koadaskorn Brélidy - Beurlidi Saint-Laurant Lanlaoron Pédernec - Pederneg Louargat - Louergad Pluzunet - Pluned

Sources

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de Bretagne. vers 1780. 

* MMs. A. Marteville et P. Varin. Molliex, Libraire-Editeur. 1843.

* Chevalier de FREMINVILLE : Antiquités de la Bretagne. Côtes-du-Nord. Brest. 1837. réédition Slatkine Reprints. 1980.

* M.N BOUILLET : Dictionnaire universel d'histoire et de géographie. Hachette et Cie. Paris. 1863.

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878. 

* J. RIGAUD : Géographie historique des Cotes du Nord. Imprimerie Fr. Guyon. Saint-Brieuc. 1890. réédition La Tout Gile. 1995.

* A. DAUZAT et Ch. ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Guénégaud. 1963. 

* Éditions ALBIN MICHEL : Dictionnaire national des communes de France; 19è édition. Paris. 1970.

* Elwyn DAVIES : A Gazetteer of Welsh Place-Names. Cardiff / Rhestr o Enwau Lleoedd, Caerdydd. 1975.

* Régis de SAINT-JOUAN : Dictionnaire des communes du département des Côtes-d'Armor; éléments d'histoire et d'archéologie. CGCA. 1990.  

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor. Ar Men - Le chasse-Marée. 1992.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes des Côtes-d'Armor. 1998.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000. 

* Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor. Les 372 communes. Éditions delattre. 2004.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes des Côtes d'Armor et Ille et Vilaine. 2008.

Liens électroniques des sites Internet traitant de Bégard / Bear

* lien communal : 

* Le Bon-Sauveur : http://www.fondationbonsauveur.fr/

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour les blasons de cette page : compositions JC Even sur logiciel Genhéral5.

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

en dro d'ar penn kentan / retour en tête / back to the top