Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

FRANC A TOUT VENANT

Bro Naoned

Pays de Nantes

 

Assérac * Aserac

* Azerag

 

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003     * forum du site Marikavel : Academia Celtica  dernière mise à jour 17/04/2019 13:37:14

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Nantes / Bro Naoned; évêché de Nantes

Aujourd'hui dans la région administrative non historique dite 'des Pays de Loire', département de Loire Atlantique, arrondissement de Saint-Nazaire; canton d' Herbignac; sur le Page et le Mes.

Superficie : 3256 ha.

Population : 1500 'communiants' vers 1780; 1678 hab. en 1901; 1151 hab. en 1968; 1252 hab. en 1990; 

Armoiries; blason :

* Froger et Pressensé : "gironné d'or et d'azur de huit pièces". Devise : "FRANC A TOUT VENANT". Armoiries et devise sont celles de l'ancienne famille d'Assérac (écartelé d'or et d'azur), sortie de Tournemine et connue dès le XIè siècle. Marquisat en 1574 au profit de Jean de Rieux".

* Éditions Flohic : "Ce sont les armes de la famille d'Assérac"

—————

* JC Even : "barlennet etre aour ha glazur a eizh pezh"

Paroisse : sous le vocable de saint Hilaire.

Histoire :

* Ogée (1780) : Assérac; à 14 lieues l/5 à l°O. N. O. de Nantes, son évêché; à 19 lieues 3/4 de Rennes, età 2 lieues 1/2 de la Roche-Bernard, sa subdélégation. un tiers de de lieue au sud se trouve Pont-d”Armes*, sa succursale. Cete paroisse, qui compte 1500 communiants, relève du roi et ressortit au siège royal de Guérande; la cure est à l'ordinaire. Ce territoire est fertile en grains et abondant en pâturages; on y voit peu de bois, mais des landes en quantité, dont en pourrait tirer parti si elles étaient défrichées et mises en labour. ll est en outre embelli de plusieurs maisons nobles, qui sont celles de Kerolivirr, la Châtaignerais,
Marzan, le Clie, le Querno, Trelogo, le Plessis, Redunel, Kerousgat et Quilfistre. A l`extrémité de ce territoire se trouve la commanderie de Faugaret *, de l`Ordre de Malte, dépendante de celle de Saint-Jean et de Sainte-Catherine de Nantes. Cette commanderíe avait autrefois un beau château; on n'y aperçoit aujourd'huí qu'une chapelle. L'On y voit aussi le prieuré de Pembé* [Pennebé], celui de Saint-Gildas et quelques marais salants. La terre et seigneurie d'Assérac appartient à M. le marquis de Kerouent; en 1288 elle appartenait à Thébaud de Rechefort. — Les comtes, vicomtes et barons avaient coutume, en ce temps-là, de concéder leur haute justice à leurs vassaux. La plus considérable de ces dotations dont nous ayons connaissance est celle que fit Jean de Lohéac, baron de la Roche-Bernard, aux seigneur et dame d`Asserac. Elle occasionna le procès dont nous allons parler.

— En 1360, Eon de Montfort épousa Jeanne de Rochefort, sœur cadette de Thebaud de Rochefort, seigneur châtelain d'Asserac, auquel elle succéda collatéralement en 1371. ll fut stipulé qu'en faveur de ce mariage, Raoul de Montfort, époux d' lsabeau de Lohéac, fille aînée et principale héritière de Jean de Lohéac, baron de la Roche-Bernard, obtiendraít du baron son beau-père une haute, moyenne et basse-justice dans tous les fiefs que ladite Jeanne de Rochefort, dame de Ranrouet, Guy de Rochefort, seigneur d'Assérac, et Jeanne d`Ancenis, sa mère, possédaient sous la baronnie de la Roche-Bernard, si mieux n`aimait le baron leur donner en propriéte les terres et seigneuries de quatre paroisses, qui sont Saint-Aul›in-des-Châteaux, Saint-Vincent-des-Landes, Soudan et Saint-Jean-sur-Couesnon. Raoul de Montfort, à la mort d'Eon de Montfort, son frère, qui mourut sans prospérité, fit son possible pour éluder sa promesse; mais Jeanne s'étant remariée avec Jean de Rieux, maréchal de Bretagne, Guy de Rochefort, son oncle, et Jeanne d`Ancenis, pressèrent Raoul de remplir ses engagements. Sa résistance occasionna un procès considérable, qui fut continué contre Raoul de Montfort, son fils, héritier de la baronnie de la Roehe-Bernard, provenant de la suecession sa mère. Ce procès était déja au Parlement de Paris lorsque les parties convinrent de s'en rapporter à la décision d'Olivier de Clisson, connétable de France, des seigneurs de Molac, de Maure et de la Motte-d`Avaugour, pour le maréchal de Rieux; de Bertrand de Dinan, baron de Châteaubriant, et du seigneur de la Houssaye, pour Raoul de Montfort. Ces seigneurs assemblés en présence de Jean V, duc de Bretagne, condamnèren le baron de Montfort à l'exécution de la promesse de ses prédécesseurs. En conséquence, la haute, moyenne et basse-justice fut concédée à la seigneurie d`Assérac par transaction du 8 janvier 1406, homologuée au Parlement de Paris par arrêt du 7 avril de l`année suivante.

En 1438, Jean de Rieux, seigneur de Rochefort, proposa le mariage de François, son fils aîné, avec Marie de Bretagne, fille du comte d'Etampes et nièce du duc Jean V. Il vendit en même temps pour la rançon de son fils cadet, Pierre de Rieux, maréchal de Bretagne, seigneur d'Assérac et de Ranrouet, dans sa paroisse d'Herbignac, la terre et seigneurie d'Assérac et de Ranrouet, pour la somme de 25,000 écus, sous la condition que Pierre serait content de cette aliénation; ce qui vraisemblablement ne fut point exécuté, puisque, en 1495, Jean de Rieux, maréchal de Bretagne, était seigneur d'Assérac. Sa châtellenie fut réunie au siège royal de Guérande, par édit du roi Charles IX, donné à Troye en Champagne le 29 mars 1564. Cette seigneurie fut un des premiers marquisats érigés en Bretagne par lettres du roi Henri III, en faveur de Jean de Ilieux, l'an 1574. Ces lettres portaient réunion et incorporation des seigneuries d'Assérac, Faugaret, Coiffer, Ramonet, Betton, Thouaré et le Gué-de-l`lle. De ces sept terres réunies il n`en reste plus que trois, les autres ont été aliénées séparement depuis ce temps.- En 1752, l'héritière de la maison de Rieux, de Donges et de la seigneurie d'Assérac, se maria dans la maison de Lorraine et d'Elbeuf.

——————————

Assérac a été érigée en marquisat sous Jean de Rieux (dcd 1595) ?

************

* Marteville et Varin (1843) : ASSERAC, commune formée de l'anc. par. de ce nom, aujourtl'liui desservance. L'église est sous Finvoeation de aint-Hilaire. Pénestin était sa trève, avant 1707, époque à laquelle elle fut érigée en paroisse. ll y avait, outre l'église, six chapelles, savoir : celles du bourg, de Pont-d'Armes, de Pennebé, de Faugaret, de Kerbernard et de Kerscoule. La première et la troisième sont en ruines; les autres servent de magasins. Le prieuré de Pennebé était de l'ordre des bénédictins. — Limit. : N. le Camoël et le Férel; E. Erbignac; S. Saint-Nolf et la baie de Mesquer; O. l'océan, sur les bords duquel sont les ruines de Pennebé. Princip. vill. : Kermorais, le Grand-Quenet, Kerougas, Pont-d'Atmes (aussi peuplé que le bourg),Kerbérin, Mesquery, Trelogo, Brézélerin, Kererneg, Kersqouit, Limarzel, le Quair. - Superf. tôt. 3530 hect. 42 a., dont les princip. div. sont : ter. lab. 1231; prés et pat. 791; vig. 42; bois 155; vcrg. et jard. 48; landes et incultes, 1030; étangs 52; sup. des prop. bat. 12; cont. non imp. 158; moulins 5. ll y a en outre 1935 œillets de marais salants, ayant en superficie 190 hect. 35 a. (V. sur les marais salants l'art. Guérande. 447 individus jouissent du droit de troque. (V. Guérande.) — On voit encore les ruines du château d'Isson, qui etait entouré de larges fossés, et celles du Faugaret, commanclerie de Malte. Le premier a été démoli en 1760, et le deuxième en 1790. — M. Godet de Chatillon, maréchal de camp des armées royales, commandant dans l'armée vendéenne, est décédé à Assérac en l807, et y a été inhumé. — La conformation du territoire de cette commune est des plus bizarres. En effet, une langue de terre d'environ 6,000m de longueur, sur 300m de largeur, s'étentendant du sud au nord, joint le reste de la commune avec la Vilaine, en séparant les communes de Camoel et du Férel; à son extrémité N. est le village de Vieille-Roche. (V. ci-dessous.) — Géologie : le michaschiste domine, ainsi que l'argile commune, qui se montre surtout au sud. Elle est souvent mélangée d'argile chloritique blanchâtre. - On parle le français.

L'église est remarquable par ses vitraux peints, qui seuls attestent son ancienneté. Plusieurs discussions portées au Parlement, et même au conseil du roi, se sont élevées au sujet de la mouvance de la seigneurie d'Asserac, entre le duc de Coaslin, baron de la Boche-Bernard, et les commissaires chargés par le roi de la réformation du papier terrier de son domaine de Bretagne. Le 19 aout 1687, le roi rendit, en son conseil d'Etat, tenu à Versailles, une ordonnanee qui maintint son très-cher cousin Armand du Cambout, duc de Coaslin, à cause des titres de sa baronnie de la Roche-Bernard, dans l'entiere mouvance sur les terres et châtellenies d'Assérac et de Ranroué, pour ce qui en était situé dans les paroisses d'Assérac, Herbignac, Nivillac et Camoil. Parmi les seigneurs d'Assérac qui tiraient leur puissance de l'éclat de la maison de Rieux, dont ils faisaient partie, se trouvent Pierre de Rochefort, maréchal de France; Jean de Rieux, seigneur d'Asserac, maréchal de Bretagne, qui épousa en troisièmes noces la fille de Jean de Bretagne, et fut nommé par le duc tuteur de la duchesse Anne. Enfin, le surintendant Fouquet, célèbre par le proces que lui intenta Louis XIV, fit, en 1658, l'acquisitíon de ce marquisat, qui, peu de temps après, retourna à Gustave de Rieux, par droit de retrait lignagcr. — En l559, édit du roi qui réunit au siège royal de Guérande le Croisic, Saint-Nazaire, le Pouliguen, la chatellenie d'Asserac et les deux fiefs appelés Faugaret. — Le 11 avril 1619, aveu à Louis Xlll, par Jean de Rieux, du marquisat d'Assérac et des châtellenies de Faugaret et de Ranroue, relevant de son comte de Nantes.

A- De B.

Jean de Rieux, fils de Jean de Rieux qui avait fait ériger Assérac en marquisat, étant mort sans alliance en 1595, la seigneurie passa, par succession, à Jean de Rieux, fils de René, cousin 'germain du défunt. Il fut tué la même nnée à Paris, et son fils René se noya dans le Tilbre, à l'âge de dix-sept ans, le 15 août 1609, en voulant sauver un de ses pages qui se noyait. Le marquisat revint alors à Jean de Rieux, son oncle, deuxième fils de René; après lui, il passa à son fils, mort en 1656, puis au fils de celui-ci et de Jeanne-Pélagie de Rieux-Châteauneuf, qui avait réuni en sa personne le marquiszat d'Assérac et la vlcomté de Donges. Ce dernier mourut en 171 3. — En 1828, on trouva au village de Vieille-Roche une monnaie en or de Tibère. Près du même lieu, on voit encore les vestiges d'un ancien camp, appelé le Vieux-Château. (V. Lyc. arm., L. 12, p. 124l.)

BIZ.

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église Iliz
Manoir de Faugaret  
Le Quenet  
Kerbarnard  
Pont-d'Armes  
Manoir du Plessix Maner ar Genkiz
Moulins à vent de Redunel Milinoù avel Redunel
Manoirs de Kerougas Maner Kerougas

Étymologie

* Dauzat et Rostaing (1978) : "altération d'Azarac, 1160 : d'un nom d'homme latin *Atiarius (de Atius) et suffixe -acum".

* Jean-Yves Le Moing (1990) : "Azerac, 1160; Asserac, 1287"

* Éditions Flohic (1990) : "de l'anthroponyme Altarius et du suffixe latin -acum, chez".

* Erwan Vallerie (1995) : "Asarac, 1160; Azarac, 1160; Acerac, 1273; Asserac, 1287"

- commentaire JCE : "le Z de Azarac semble plutôt issu d'une flexion d'un T / D, dans une graphie reconstituée *a(t/d)ar-, voir en imaginant une aphérèse  *(-)a(t/d)ar-. La référence à Atiarius semble hasardeuse.

Personnages connus Tud brudet
Jean de Rieux

 

Armorial * Ardamezeg

     
    le Fauché le Page (le Paige)   Yvicquel
    seigneurs de Kermartin et de Kerguen, en Camoël; d'Isson, en Assérac

déboutés lors de la réforme de 1669, ressort de Guérande

(PPC)

seigneurs de Saint-Nom, en Guérande; de Kerougat, en Assérac; de la Bernardière (?)

Branche de la Ville-Urvoy

"d'argent à l'aigle impériale de sable, becquée et membrée de gueules"

"en arc'hant e erez an impalaer en sabel, pigoset hag iziliet en gwad"

1696

(PPC)

  seigneurs de Saint-Goustan, en le Croisic; de la Villesavary, de Bauvran et du Groschêne, en Saint-André-des-Eaux; de la Cherbaudière, en Casson; de Coiscaret, en Herbignac; de Trohudal, en Pénestin; de la Porte-Mezle et de Lescly, en Assérac.

(PPC)

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton d'Herbignac  Kumunioù kanton *Erbigneg
Assérac *Azereg
La Chapelle-des-Marais *Chapel-ar-Geunioù
Herbignac *Erbigneg
Saint-Lyphard *Sant-Lefer

Communes limitrophes d'Assérac Parrezioù tro war dro *Azereg
Pénestin Camoel Herbignac Saint-Molf

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* MM. A. MARTEVILLE et P. VARIN, continuateurs et correcteurs d'Ogée, 1843.

* Adolphe JOANNE : La Loire Inférieure au XIXè siècle. 1874. continué et commenté par Christophe BELSER : Loire-Atlantique. Editions C.M.D. 2000.

* Éditions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Dauzat et Rostaing : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Guénégaud. 1978.

* Jean-Yves LE MOING : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop Breizh. 1990

* Erwan VALLERIE : Diazezoù studi istorel an anvioù-parrez * Corpus * Traité de toponymie historique de la Bretagne. An Here. 1995

* Michel Froger et Michel Pressensé : Armorial des communes de Loire-Atlantique. Froger SA. 1996.

* Éditions Le Flohic : Le patrimoine des communes de la Loire-Atlantique. 1999.Maezoe-Heveziken. 2003.

* J-L Ramel et A.J Raude : Liste des communes du département de Loire de Bretagne. 

Liens électroniques des sites Internet traitant d'Assérac / Aserac / Azereg

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* Autres pages de l'encyclopédie Marikavel.org pouvant être liées à la présente :

http://marikavel.org/heraldique/bretagne-familles/accueil.htm

http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* sauf indication contraire, l'ensemble des blasons figurant sur cette page ont été dessinés pat J.C Even, sur bases de GenHerald 5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page