Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux

Noms de personnes

Breizh

Bretagne

Bro-Wened

Pays de Vannes

Eskopti-Wened

Evêché de Vannes

Ar Gemene

Guéméné-sur-Scorff

page ouverte le 29.05.2008en 2002 forum de discussion

* forum du site Marikavel : Academia Celtica 

dernière mise à jour 21/06/2012 20:59:08

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays de Vannes / Bro Wened; évêché de Vannes.

Aujourd'hui dans la région économique dite 'de Bretagne', département du Morbihan; arrondissement de Pontivy; chef-lieu de canton; sur le Scorff. 

Superficie : 114 ha. 

Population : 1500 'communiants' vers 1780; 1638 hab. en 1888; 1965 hab. en 1891; 1831 hab. en 1968; 1555 hab. en 1982; 1434 hab. en 1996; 1205 hab. en 1999; 

Armoiries; Blason

* Froger et Pressensé, 1999 : "écartelé, au 1, de gueules à neuf mâcles d'or, 3, 3, et 3; au 2, d'hermine; au 3, de sinople à une fasce ondée d'azur; au 4, de gueules à une croix dentelée d'or". D.M. 1988. Concepteur : J.Cl. Renaud. Au 1, Rohan; au 2, Bretagne; au 3, la rivière Scorff; au 4, famille de Beaumez (sceau de 1380). 

Paroisse : sous le vocable de Notre-Dame de la Fosse (1820-1828)

Histoire :

* Ogée (1780) : Guéméné; petite ville, dans un fond, sur la rivière d'Escorf [de Scorff], et sur la route de Pontivy au Faouët; à 12 lieues 1/6 au N.-O. de Vannes, son évêché, et à 23 lieues de Rennes. Trois grandes routes arrivent en cette ville, où l'on trouve une subdélégation, une poste aux lettres, un marché tous les jeudis, une commanderie de l'ordre de...; sept hautes-justices, y compris celle de la principauté du Guémené, qui ressortit à la Cour royale d'Hennebon, et celle de Presquen, juveignerie de Guémené, à M. Duperenne de Penverne; deux moyennes-justices et un couvent d'hospitalières. On y compte 1500 communiants. La cure est unie au chapitre de la collégiale, et présentée par M. le prince de Guémené. A une lieue au nord de Guémené, et dans son territoire, est l'étang du château de Tronscorf, qui fait la principale source de la rivière d'Escorf, qui passe à l'orient, où elle se jette dans celle de Blavet.

L'antique château de Guémené et la châtellenie de ce nom appartenaient à Jean, sire de Longueval, et à Jeanne de Beaumer, son épouse, qui, par contrat du 24 mai 1370, vendirent cette seigneurie avec la châtellenie de la Roche-Periou et leurs dépendances, pour une somme de 3,400 sous d'or, à Jean, vicomte de Rohan. Ce seigneur avait épousé en premières noces Jeanne, héritière de Léon, fille d'Hervé, seigneur de Léon, et de Marguerite d'Avaugour; et en secondes noces, vers l'an 1377, Jeanne de Navarre, sœur de Charles-le-Mauvais, roi de Navarre, et fille de Philippe, comte d'Evrenx, roi de Navarre, dit le Bon et le Sage, et de Jeanne de France, sou épouse. Jean mourut le 24 février 1395. Par lettres du 14 mai 1380, le duc de Bretagne Jean IV ordonna que la châtellenie de Guémené ressortirait aux plaids et barres d'Hennebon. Charles Ier du nom, fils de Jean de Rohan et de Jeanne de Navarre, fut seigneur de Guémené après la mort de son père. Il épousa Catherine Duguesclin, dont il eut Louis de Rohan, seigneur de Guémené, qui prit en mariage, en 1443, Marie de Montauban, fille unique et héritière de Jean, seigneur de Montauban, et amiral de France, dont il eut plusieurs enfants, savoir : Louis II du nom; Pierre, seigneur de Gié et maréchal de France, qui fit la branche des seigneurs de Gié, et II é-lènede Rohan, épouse de Pierre, baron du Pont et de Rostrenen. Louis II, seigneur de Guémené, épousa Louise de Rieux, fdle de François de Rieux, comte d'Harcourt, et de Jeanne de Rohan : de ce mariage sortit Louis de Rohan III du nom, seigneur de Guémené, qui épousa Hélène  du Faou, dame de Montbazon et de Sainte-Maure, veuve de Guillaume de la Marck, et héritière de Jean du Faou, conseiller, chambellan, premier échanson du roi Louis XI et gouverneur de Touraine; de ce mariage sortirent Françoise, morte sans postérité, et Louis IV du nom, seigneur de Guémené, qui épousa, en 1511, Marie de Rohan, sa parente, de laquelle il eut Louis de Rohan V du nom, seigneur de Guémené, de Montbazon, etc., qui épousa, en 1526, Marguerite, dite Catherine de Laval, dame du Perrier, fille de Gui, comte de Laval, gouverneur et amiral de Bretagne, et d'Anne de Montmorenci, sa seconde femme. — L'an 1529, en vertu d'une bulle du pape Clément VII, l'église paroissiale de Guémené, nommée Notre Dame de la Fosse, fut érigée en collégiale par Marie de Rohan, dame de Guémené, de Montbazon, etc., et Louis, son fils. Cette érection fut approuvée et confirmée par l'évêque de Vannes, pour un prévôt, six chanoines, quatre chapelains et six manuels. Marie et Louis moururent en 1542, et furent inhumés dans cette église. Louis laissa deux enfants : Renée, qui fut mariée trois fois, et Louis VI du nom, seigneur de Guémené, comte de Montbazon, qui perdit la vue dès l'âge de quatre à cinq ans; de son premier mariage avec Eléonore de Rohan, comtesse de Rochefort et dame du Verger, il eut, entre autres enfants, Louis, qui fut fait duc et pair de France, en 1558, parle roi Henri II, en récompense des services qu'il avait rendus à ce monarque. Le 18 avril 1560, le roi François II accorda un brevet de gentilhomme ordinaire de la chambre à Louis de Rohan, seigneur de Guémené, qui eut pour successeur dans cette seigneurie Pierre de Guémené, lequel épousa Madelaine de Rieux-Châteauneuf, dont il eut Anne de Rohan, mariée à Louis de Rohan, son cousin-germain qui suit. — Le 29 mai 1568, Catherine de Médicis, reine de France, et mère du roi Charles IX, accorde un brevet de dame du palais à Eléonore de Rohan, dame de Guémené, et sœur de Pierre dont on vient de parler, en faveur duquel la seigneurie et châtellenie de Guémené furent érigées en principauté, par lettres patentes du roi Charles IX, données à Monceau au mois de septembre 1570. Trente-cinq paroisses relèvent de cette principauté. — Louis de Rohan VII du nom, fils d'Hercule, frère de Pierre, prince de Guémené, duc de Montbazon, pair et grand-veneur de France, chevalier des ordres du roi, mourut à Paris, l'an 1667, et fut inhumé dans l'église des Trinitaires de Coupreverez, qu'il avait fondée, et où l'on voit son tombeau. De son mariage avec Anne, sa cousine-germaine, il eut Charles et Louis : ce dernier fut nommé, en 1656, grand-veneur en survivance; charge dont il se démit en 1670. Ce seigneur se trouva à plusieurs sièges, et suivit Louis XIV à la campagne de Flandre en 1667, et à celle d'Hollande en 1672; mais il eut le malheur de se laisser séduire par les ennemis de l'Etat, et souffrit la mort avec la constance la plus grande, l'an 1674. Charles de Rohan II du nom, duc de Montbazon, prince de Guémené, comte de Montauban, épousa Jeanne-Armande de Scomberg, fille cadette d'Henri, comte de Nanteuil-le-Hardouin, maréchal de France, et d'Anne de la Guiche, sa seconde femme; il eut de son mariage trois garçons et trois filles; l'aîné fut Charles de Rohan III du nom, prince de Guémené, etc., qui épousa, en 1678, Marie-Anne d'Albert de Luines, fille de Charles-Louis, duc de Luines, qui mourut sans postérité, l'an 1679, âgée de dix-sept ans; ce seigneur épousa, en secondes noces, Charles-Elisabeth de Cochefilet, fille unique de Charles, comte de Vorineux, dont il eut six garçons et cinq filles. L'aîné, nommé François-Armand de Rohan, seigneur de Guémené, colonel du régiment de Picardie, brigadier des armées du roi en 1708, mourut en 1717 : il avait épousé, en 1698, Louise-Julie de la Tour, fille de Godefroi-Maurice, duc de Bouillon, et de Marie-Anne de Mancini. Armand-Jules de Rohan, archevêque de Rheims et premier pair de France, le 23 août 1722, sacra Louis XV le 15 octobre suivant. — Le château de Guémené est très-beau; les fortifications en furent démolies après les guerres de la Ligue : on y remarque encore beaucoup de souterrains. Ce territoire, couvert d'arbres et buissons, est coupé d'une multitude de vallons et de montagnes. On y voit des terres excellentes, de bonnes prairies, des arbres très-féconds, des fruits desquels on fait du cidre, la forêt de Cravial, peu éloignée de cette ville, et beaucoup de landes.

* Marteville et Varin (1843) : GUÉMENÉ; commune formée de l'anc. par. de ce nom; aujourd'hui cure dé 2è classe; chef-lieu de perception; bureau d'enregistrement; bureau de poste; brigade de gendarmerie a cheval.— (V. le Supplément pour tous les documents cadastraux. ) >>> Jadis Guémené était appelé Guéméné-Guégant, et c'est ainsi qu'il est désigné dans la plupart des anciens actes référés aux Preuves de Dom Morice. — Le nom primitif était Kemenet Guemgamp. — On fait venir le nom de Guémené ou de Kemené des mots Guen-Ménez, mont blanc. Cette étymologie ne manque pas de probabilité. — On voit, par la charte de Conan IV, en faveur des Templiers, que cet ordre possédait, en 1160, l'aumônerie de Quasgurg ou Goasgure, en cette paroisse. ( Dom Morice, Preuves, t.1, col. 638. ) — 11 y a foire le troisième jeudi de chaque mois, le 11 juillet et le 9 octobre. — Marché le jeudi. — Géologie : constitution granitique. — Archéologie : Dom Morice, Preuves, t. 1, col. 638,1113,1193, 1665; t. II, col. 176,178, 284, 285, 481, 482, 569, 666, 810,1040, 1041, 1253; t. III, col. 141,480, 482, 483, 522 à 525, 680, 681, 968, 969,1034,1366, 1368,1503. - On parle le breton.

* Philippe Jouët & Kilian Delorme (2007) : sur cartes différentes, Guéméné-sur-Scorff est le chef-lieu du pagus Kemenet Guegant, du doyenné de Guéméné-Guingant, comprenant les paroisses : Cléguérec, Malguénac, Stival, Silfiac, Perret, Plélauff, Mellionnec, Lescouët, Langoëlan, Merzer, Plouray, Croisty et Saint-Tugdual, Ploërdut, Lignol, Séglien, Bieuzy, Castennec, Locmalo (chef-lieu), Melrand, Guern, Persquen, Priziac.

extrait de Philippe Jouët & Kilian Delorme.

Les pagi (essai de localisation)

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

La ville Ar gêr
Clocher, bâti sur l'emplacement de l'église primitive, à 50 mètres de l'église actuelle  
Eglise Notre-Dame de la Fosse (premier quart du XIXè siècle) Iliz
Fontaine Notre-Dame de la Fosse  
Château des Rohan-Guéméné Kastell Roc'han
Les Halles (1634-1801-1887; détruites en 1923) Koc'hu

Étymologie :

* Albert Dauzat et Charles Rostaing (1963-1978) : "Kemenet-Guégant, 1160; ancien breton kemenet, fief, bénéfice, du latin commendare (J. Loth); Guégant, nom de personne"

* Editions Flohic : "il dérive de la dénomination médiévale de la région Kemenet-Guégant, laquelle dénomination correspond en français à Commanderie de Guégant".

* Daniel Delattre (2004) : "A l'origine, motte féodale vers 1050, édifiée par Guegant, neveu du comte de Cornouaille".

extrait d'Alfred de Courcy

Personnes connues Tud brudet
Piriou  
Heboy  
Guégant  
Famille de Rohan

 
Jean-Jean

chef chouan

 
Famille MOIGNO  
Hippolyte BISSON

Enseigne de vaisseau

Capitaine du Panayoli; fit sauter son vaisseau envahi par des pirates

Guéméné, 1796 / Stampalie, Grèce, 1827

un ouvrage lui est consacré par Maryse Hemery et Gérard Guégan

 
Joseph LOTH

Celtisant; Historien

Doyen de la Faculté de Rennes en 1890. Membre du Collège de France.

Guéméné, 1847 / Paris, 1836

 
Gaston SCHWEITZER

sculpteur d'origine alsacienne (1879-1962)

réalisateur des monuments aux morts de la guerre 1914-1918 de : Bubry, Cléguérec, Guéméné, Noyal-Pontivy, Pontivy, Priziac 

 

i

Auberge à Guéméné. début XXè siècle.

Armorial Ardamezeg
         
Famille de Rohan          

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
Des Pierres et des Hommes

Association d'Archéologie & d'Histoire de Bretagne Centrale

Mein ha Tud

Kevredigezh Henoniezh hag Istor Kreiz Breizh

Communes du canton de Guéméné-sur-Scorff Parrezioù kanton Ar Gemene
Le Croisty    
Guéméné-sur-Scorff Ar Gemene
Kernascléden    
Langoëlan    
Lignol    
Locmalo    
Persquen    
Ploërdut    
Saint-Caradec-Trégomel    
Saint-Tugdual    

Communes limitrophes de Guéméné-sur-Scorff Parrezioù tro war dro Ar Gemene
Lignol Ploërdut Locmalo

Sources; Bibliographie :

* OGEE  : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* Alfred de COURCY : Le Breton. 1842.

* MM. A. MARTEVILLE et P. VARIN, continuateurs et correcteurs d'Ogée, 1843.

* Adolphe JOANNE : Département du Morbihan. Hachette. 1888.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Larousse, 1963; Librairie Guénégaud, 1978.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Morbihan; 1996. 

* Michel Froger et Michel Pressensé : Armorial des communes du Morbihan. Froger. S.A. 1999.

* Hervé Abalain : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Daniel DELATTRE : Le Morbihan. Les 261 communes. Éditions Delattre. 2004.

* Philippe JOUËT & Kilian DELORME : Atlas historique des pays et terroirs de Bretagne. Histoire, ethnographie et linguistique. Skol Vreizh. 2007.

* Central Brittany Journal. n° 59. mai 2009

* Mein ha Tud / Des Pierres et des Hommes. Association d'Archéologie & d'Histoire de Bretagne Centrale. E-mail : mein-ha-tud@wanadoo.fr

Liens électroniques des sites Internet traitant de Guéméné-sur-Scorff / Ar Gemene 

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* pour le blason de Guéméné : dessin JC Even sur logiciel Genhéral5. 

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig vas vite, mon petit ami

go fast, my little friend

Retour en tête de page