d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux

Noms de personnes

Breizh

Bretagne

Penthièvre

Bro-Benteur

Eskopyi Sant-Brieg

Evêché de Saint-Brieuc

Dolo * Dolou

page ouverte le 24.04.2009.  [Compteur d'accès]

(à partir du 7.11.2010)

forum de discussion

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

dernière mise à jour 21/05/2012 21:39:05

Définition : commune de la Bretagne historique; dans l'évêché de Saint-Brieuc; Aujourd'hui dans la région dite, faussement, "de Bretagne", département des soi-disant Côtes d'Armor, arrondissement de Dinan, canton de Jugon-les-Lacs.; sur l'Arguenon et la Rosette.

Superficie : 1188 ha.

Population : 600 'communiants' vers 1780; 910 hab. en 1863;  958 hab. en 1878; 977 hab. en 1881; 986 hab. en 1890; 513 hab. en 1968; 480 hab. en 1982; 467 hab. en 1990; 426 hab. en 1999; 

Paroisse : l'église est sous le vocable de saint Lézin (évêque d'Angers au VIè siècle). 

 

Armoiries. Blason

* Froger et Pressensé (2008) : "de gueules à dix billettes d'argent posées 4, 3, 2, 1". Armes de la famille de Dolo 'XIIIè siècle). 

Histoire :

* Ogée (vers 1780) : Dollo [Dolo]; dans un fond, à 7 lieues 1/6 à l'E -S.-E. de Saint-Brieuc, son évêché; à 13 lieues de Rennes, et à 3 lieues 1/4 de Lamballe, sa subdélégation. Cette paroisse ressortit à Jugon. On y compte 600 communiants; la cure est à l'alternative. Ce territoire, arrosé des eaux de la rivière d'Arguenon , forme un terrain irrégulier, coupé de ruisseaux qui vont se jeter dans les étangs de Jugon. Les terres sont fertiles en grains, foins et pâturages; on y voit peu de landes. Les maisons nobles de cette paroisse sont : le Lou, haute-justice, à M. Callouet de Tregômar, qui possède aussi, dans ce même territoire, la terre et seigneurie de Tregômar; la Rosaix, moyenne-justice, à M. de Latinay-Guerif; la Talvrai-sière, à M. de Croix-Rouselle.

* Marteville et Varin (1843) : DOLO; commune formée de l'anc. paroisse de ce nom, aujourd'hui succursale. — Limit. : N.-E. Jugon (le grand étang); S.-E. Sévignac; S.-O. Sévignac et Plénée-Jugon;  N.-O. Plénée-Jugon et Saint-Ygneuc (l'Arguenon).— Princip. vill. : le Bouquet-Jalu, la Rue, l'Echaussée Haye, Carault, Ville-es-Buret, Ville-Anquetin, Gangué, la Touche-ès-Gautiers, la Pochais, Bois-Orieux, Ville-Bréhen, Hourmanière, Touche es-Bigots, la Baye, Bourgneuf, laTalvatière, Ville Monée, Ville-Bertrand, la Longrais. — Superf. tôt. 1188 hect. 24 a., dont les princip. divis. sont : ter. lab. 920; prés et pat. 130; bois 21; verg. et jard. 9; landes et incultes 34; étangs 2; sup. des prop. bat. 7; con, non imp. 58. Const. div. 220; moulins 3 (Neuf, de la Ville-Bréheu, de la Rosaie, à eau). >>> La voie romaine qui, selon M. Bizeut, allait de Vannes à Corseul passait en Dolo. Elle est apparente depuis le village de la Longrais jusqu'au grand étang de Jugon. La direction de cette voie, qui porte le nom de chemin de l'AEstra, est nord-est à sud-ouest.— Il y a foire le 29 août. — Géologie : granite et schiste micacé. — On parle le français.

* Anonyme (vers 1860) : DOLO, 910 hab. ; — bornée au N. par Saint-Igneuc et Jugon; à l'E. par le grand étang de Jugon, qui la sépare de Lescouët et de Mégrit, et par Sévignac; au S. par Plénée-Jugon; à l'O. par Plénée-Jugon et Tramain ; — traversée par le chemin de fer de Paris à Brest sur un parcours de 2,759 m., par la route impériale N° 12 et par le chemin de grande communication n° 41 ; — réunie à Jugon pour l'instruction primaire ; — dépend de la perception de Jugon. — foire le 29 août. — Le territoire est accidenté et assez boisé. L'agriculture est stationnaire et le bétail insuffisant. On y pratique l'assolement triennal avec jachères de six années. — Le nom de cette commune vient, d'après une charte de Saint-Aubin, des mots Dulcis locus, lieu agréable. — L'église est dédiée à saint Lézin, évêque d'Angers au VIè siècle et dont la fête a lieu le dernier dimanche de janvier. — La voie romaine de Vannes à Corseul traversait Dolo, les traces en sont visibles.  — Point culminant : Le Bouquet, 79 m. — Géologie : Granite et schiste micacé, et au sud, amas de roches amphiboliques. — Ont été Maires : MM. Houée, Colas, Gautier, Henri, Bazin; Henri, maire actuel.

* Bernard Tanguy (1992) : "Démembrement de la paroisse bretonne primitive de Plénée-Jugon, pour la partie comprise entre l'Arguenon et la Rieule, la paroisse de Dolo semble s'être créée également au détriment de celle de Sévignac pour le territoire situé entre la Rosaie et la Rieule ou, comme il est dit au XIIIe siècle, entre Goif et Aruel.

Mentionnée comme telle en 1231 et déjà placée sous le patronage de saint Lézin, la paroisse existe au moins dès 1208. Son recteur est mentionné à cette date à l'occasion d'un différend l'opposant à l'abbaye de Saint-Aubin-des-Bois, à propos de la dîme de Lanjugon, achetée par les moines à des laïcs. Outre que le village de l'Abbaye rappelle sans doute leur présence, ils possédaient aussi, selon un acte de 1292, à la Ville-Mouée (Villa Moes), un hébergement où se trouvait leur maison couverte d'ardoise, et un champ au bord du chemin conduisant au village du Lou, siège d'un ancien manoir et d'une motte féodale".

"Placé sur la voie romaine de Corseul à Vannes, connue sous le nom de Chemin de l'Etrat (du latin strata "voie"), le bourg ne prit sans doute quelque importance que vers la fin du XIIe siècle. C'est du moins ce que suggère le patronage de son église, seul lieu de culte du département qui honore saint Lézin, évêque d'Angers au VIe -VII siècle. Ce choix, dont il est difficile d'expliquer les raisons, ne dut intervenir qu'après la translation solennelle des reliques du saint à Angers le 21 juin 1169, cérémonie à laquelle assistèrent notamment les évêques de Rennes et de Léon".

* Editions Flohic (1998) : "Traversé par le chemin de l'Etrat, voie romaine reliant Corseul à Vannes, et situé non loin du gué de la Rosette, le territoire de la commune de Dolo bénéficie d'un emplacement privilégié. Aucun vestige antique ne subsiste, mais la preuve d'une occupation humaine à l'époque gallo-romaine réside dans quelques noms comme l'Echaussée ou la Fontaine des Romains. La paroisse primitive semble s'être constituée au détriment des territoires de Plénée-Jugon et de Sévignac ...".

Archéologie. Patrimoine :

seules les pages ouvertes (blanches) ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église saint Lézin (1893-1895) Iliz
Chapelle Notre-Dame du Chêne (1875)  
Chemin de l'Etrat  
Fontaine des Romains  
Manoir du Bourg-Neufs (XVIIè)  
Manoir du Cangué (XVIIè)  
Manoir du Lou (XVIIIè)  
Manoir de la Rosaie (XVIIè)  
Manoir de la Ville-Bréheu (XVè, XVIIè)  
Manoir de la Talvassière (XVIè, XVIIè)  

Étymologie :

* Anonyme (vers 1860) : "Le nom de cette commune vient, d'après une charte de Saint-Aubin, des mots Dulcis locus, lieu agréable".

* J. Rigaud (1890) : "Le nom de cette commune viendrait des deux mots latins : dulcis locus, doux lieu. La prononciation habituelle des vieillards, qui disent Douleu, justifierait cette assertion".

* Albert Dauzat et Charles Rostaing (1963-1978) : "Doulo, XIIè s.; peut-être nom de saint Loth".

* François Falc'hun (1966) : Ière série. p. 33 : "Dans les Côtes-du-Nord, Dolo est une commune composée de deux dols (-O y marque le pluriel) que délimitent trois rivières parallèles et une quatrième qui leur est perpendiculaire. Chaque dol est donc délimité par une rivière sur trois de ses côtés. Le toponyme n'a pas été choisi en ce cas d'après le sens de «prairie», mais d'après celui de méandre désignant une «terre presque entourée d'eau». 

* Bernard Tanguy (1975) : "Dolou, XIIè siècle. de la racine dol = méandre.

* Jean-Yves Le Moing (1990) : "Sancti Lizini de Dolou 1227 AE/AU et Dollou 1330 LO".

* Bernard Tanguy (1992) : "Dulcislocus, 1208, 1253; S. Lizinus de Dolou, 1227; par. de Dolo, 1231; Dolou, 1236, 1249; Dollou, 1296, v. 1330; gallo Dolo".

"Altération du vieux-breton loch, luh, aujourd'hui loh "étang", traduit Lacus de Dolou, dans le texte, ce toponyme n'est peut-être pas sans rapport avec celui de Dolo (cf. Plélo). Cependant l'hypothèse d'un pluriel, correspondant au gallois dolau, d'un mot dol, qui n'est plus conservé en Bretagne que par la toponymie, mais qui est connu en gallois avec le sens de "méandre" ou de "prairie" est aussi vraisemblable. La latinisation Dulcis locus "doux lieu" est une étymologie populaire et le nom de "Dulcinéens" donné aux habitants de Dolo une pure fantaisie".

* Editions Flohic (1998) : "du latin dulcis locus, doux lieu, ou plus probablement du breton loch, étang".

* Hervé Abalain (2000) : "Doloù; Dolou en 1227, pluriel de dol, méandres, prairies". 

 

Personnes connues Tud brudet
Famille SEVOY  
Famille HENRY  

Vie culturelle et associative Buhez dre ar c'hultur hag ar gevredadoù
   

Communes du canton de Jugon-les-Lacs

Parrezioù kanton Iugon
Dolo Dolou
Jugon-les-Lacs  
Plédéliac    
Plénée-Jugon    
Plestan    
Tramain    
Lescouët-Jugon  
Saint-Igneuc  

Communes limitrophes de Dolo Parrezioù tro war dro Doloù
Saint-Igneuc Tramain Jugon-les-Lacs Mégrit Sévignac Plénée-Jugon

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* MM. A. MARTEVILLE et P. VARIN. 1843.

* Anonyme : Dictionnaire des communes du département des Côtes du Nord. vers 1860.

* Adolphe JOANNE : Département des Côtes du Nord. Hachette. 1878.

* Adolphe JOANNE : Dictionnaire des communes du département des Côtes du Nord. 1886.

* J. RIGAUD : Géographie historique des Côtes du Nord. Imprimerie Francisque Guyon. Saint-Brieuc. 1890.

* Albert DAUZAT et Charles ROSTAING : Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France. Librairie Larousse, 1963; Librairie Guénégaud, 1978.

* François FALC'HUN : Les noms de lieux celtiques. Première série. Vallées et plaines. Editions armoricaines. Rennes. 1966.

* Éditions Albin-Michel : Dictionnaire Meyrat. Dictionnaire national des communes de France. 1970.

* Bernard TANGUY : Les noms de lieux bretons. Tome I. Toponymie descriptive. Studi n° 3. C.R.D.P. Rennes. 1975.

* Jean-Yves LE MOING : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop-Breizh. 1990.

* Éditions Flohic : Le patrimoine des communes des Côtes d'Armor. 1998.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Daniel DELATTRE : Les Côtes d'Armor. Les 372 communes. Éditions Delattre. 2004. 

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes des Côtes d'Armor et Ille et Vilaine. 2008.

Liens électroniques des sites Internet traitant de Dolo / Dolou :

* lien communal : 

* autres sites : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

hast buan, ma mignonig vas vite, mon petit ami

go fast, my little friend

Retour en tête de page