Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anoioù lec'hioù

Noms de personnes * Anaoioù tud

Breizh

Bretagne

Kernev

Cornouaille

  Banaleg

Bannalec

 

pajenn bet digoret e 2003 page ouverte en 2003     * forum du site Marikavel : Academia Celtica  dernière mise à jour 12/04/2019 14:58:50

Définition : commune de la Bretagne historique, en Cornouaille / Bro-Gernev. Évêché de Quimper.

Aujourd'hui dans la région administrative non historique dite "de Bretagne", département du Finistère, arrondissement de Quimper; chef-lieu de canton. 

Superficie : 7751 ha.

Population : 3500 'communiants' vers 1780, y compris la trève de Trebalai; 4377 hab. en 1863; 5235 hab. en 1968; 4914 hab. en 1990.

Blason : concepteur Yves Clerc'h; adoptées par décision du conseil municipal le 5 avril 1979.

"de sinople aux fleurs de genet et au chef d'hermines chargé d'un croissant de lune de gueule" 

* Éditions Flohic : "Les fleurs de genet évoquent le nom de Bannalec, et les armes sur fond d'hermines sont celles de la famille de Quimerc'h".

* M. Froger et M. Pressensé (2001) : "De sinople à un rameau de genêt à trois fleurs épanouies d'or; au chef d'hermine chargé d'un croissant de gueules".

* JC Even : "geotet, e bodig belen en aour, e gab en erminoù karget gant (e)ur greskenn en gwad"

Paroisse : sous le vocable de Notre-Dame-du-Folgoet.

Histoire; Archéologie

* Ogée (1780) : Bannalec; sur un coteau et sur la route de Quimper à Quimperlé, à 6 lieues 3/4 de Quimper, son évêché; à 32 lieues 1/3 de Rennes, et à 3 lieues de Quimperlé, sa subdélégation et son ressort. Cette paroisse , dont la cure est présentée par un chanoine de la cathédrale, relève du roi. On y compte , y compris ceux de Trebalai, sa trève, 3600 communiants. Il s`y tient quinze foires par an. Ce territoire, rempli de montagnes et de coteaux, est tout couvert de bois; on y voit des landes et la forêt de Guimerch, qui est fort étendue; les terres en labeur y produisent d'al›ondantes récoltes en froment et en seigle.

Sa maison seigneuriale est le château de Guimerch, qui, en 1420, appartenait à Hévin de Guimerch, en faveur duquel il fut érigé en baronnie par le duc Jean V, qui voulait reconnaître les services de ce gentilhomme, qui l`avait aidé à se délivrer des mains des Penthièvre. Il fut fait chambellan du duc, qui lui accorda une justice à quatre piliers. En 1472, François, duc de Bretagne, permit au seigneur de Guimerch de contraindre ses vassaux à travailler aux fortifications de son château. Cette baronnie passa dans la maison de Tinténiac en 1526, par le mariage de Pierre de Tinténiac, seigneur du Perche et de la Coquerais, avec Françoise de Guimerch, fille unique de Louis de Guimerch et de Françoise de Broons. Pendant les guerres de la Ligue, il se donna une bataille entre les troupes royales et celles des Ligueurs, dans un champ qui est auprès du château. Il appartient encore auiourd'hui à la maison de Tínténiac.

En 1410, le seigneur Guimerch [Quimerc'h] possédait dans la même paroisse les maisons de Keriarne, de Loémartin, du Lety, du Prat-Bras, de Kerguillern , de Cozal et de Praluant.

Dès le commencement du XIVè siècle , on y connaissait les maisons suivantes : le Plessis, à Jean Olivier, sieur Duplessis; le Menegahel et le Melec, à Louis du Tertre; Keragerroan, à Pierre Sevestre, sieur de Keragerroan; le manoir de Couetilhec, au sieur de l'lsle; le manoir de Courtiniou, à l'abbé de Quimperlé; le manoir de Kerelec et celui de Rosnel, à ... ceux de Linigot et Keraubourdon , à la dame de Guengat, qui possédait aussi les maisons de Coslanedez, de Couet-Unglas, du Bourdu, de Kermadiou et de Plat-au-Ris; les maisons de Kerouhezre et de Guillehouë, à Jean la Molen.

* Marteville et Varin (1843) : BANNALEC, commune formée de l'anc. par. de ce nom, aujourd'hui cure de 2è classe. (V. pour les renseignements cadastraux le Supplément). Bannalec semble être une altération du nom primitif, qui aurait été Balanec (bourg des genêts) . Cette ancienne paroisse a gardé sa trève Trébalay. — Le château de Quimerc'h, dont parle Ogée, et sur lequel il y a ci-dessous une notice, était une ancienne bannière passée dans la maison de Tinténiac, par le mariage de Françoise de Kerymerch avec Pierre de Tinténiac. Il ne faut pas confondre avec celui qui est près du bourg du même nom. Quimerc'h, en Bannalec, a été détruit depuis peu de temps; on l'a remplacé par une moderne habitation. C'est sous les murs dc cet ancien manoir que se livra l'un des derniers combats entre les Ligueurs et les Royalistes; les derniers sous la conduite du baron de Mollac, les premiers sous les ordres du sieur de La Granville. L'on en vint aux mains dans la rabine du château; mais la mêlée fut plus chaude en un parc de genêts situé entre Quimerc'h et le chemin. Du côté des Ligueurs périt La Granville; du côté des Royaux les sieurs de Kersalaun et Beaulieu perdirent la vie. Michel de Tinténiac, seigneur de Quimerc'h, ne voulut donner asyle à aucun des partis; il ferma ses portes et resta spectateur du combat (Voy. le chanoine Moreau, p. 325 et suiv.) — Foires les 17 janvier, 6 avril, 2 mai, 11 juin, 26 juillet, 9 septembre et 2 novembre (le lendemain, si ces jours tombent un dimanche ou une fête gardée). — En 1798, le préfet du Finistère, se rendant à Quimperlé, fut attaqué par une bande royaliste près Bannalec, et perdit deux hommes de son escorte. — Géologie : constitution granitique; gneiss au sud de Trébalay. — On parle le breton.

Le château de Quimerc'h, d'abord Kerymerch, puis Keymerch, enfin Quimerc'h, était, on le pésume, l'apanage d'une branche de la maison de Cornouailles, qui a fourni des ducs à la Bretagne dans les XIè et XIIè siècles. Les armes de la maison de Quimerc'h étaient d'hermines, au croissant de gueule.

De B.

*********************

Le territoire de l'actuelle Bannalec fait partie de la Civitas des Ossismes. 

Dès 385, suite à la partition territoriale opérée par Maxime, elle fait partie de la partie sud de ce territoire, confiée à une unité maure. Ce territoire constitue l'image première de la Cornouaille, secteur restant aux Gaulois de la cité des Ossismes alors que des Britto-romains sont installés dans le nord de la même cité, entre les Monts d'Arrée et la Mer de Bretagne (= la Manche). 

De ce fait, Bannalec fait partie de l'évêché de Quimper.

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église Notre Dame du Folgoet Iliz Itron Varia ar Folgoad
Menhir de Trémeur Peulven Tremeur
Motte féodale Moudenn Krenn-Amzer 
Chapelle Saint Mathieu Chapel Sant Vaze
Quimerc'h Kimerc'h
Manoir de Ménec Maner Meneg
Chapelle sainte Triphine Chapel Santez Trifina
Manoir du Quilio Maner Kilioù
Chapelle de la Véronique Chapel Veronika
Chapelle Saint Cado Chapel Sant Kadoù
Fontaine Sainte Anne Feunteun Santez Anna
Chapelle Saint Jacques Chapel Sant Jakez
Chapelle Notre-Dame des Neiges Chapel Itron Varia an Nerc'h
Chapelle de Locmarzin Chapel Lokmarzhin

Étymologie

* Marteville et Varin (1843) : "Bannalec semble être une altération du nom primitif, qui aurait été Balanec (bourg des genets). Cette ancienne paroisse a gardé sa trève Trébalay".

* Bernard Tanguy (1990) : Plebs Banadluc, vers 1050; Banadlec, 1220; Banazlec, 1257, et vers 1330; Banazleuc, 1368; Banazlec, Baznalec, 1398; Banazlec, 1536; en breton : Banleg

Le nom est un dérivé de ploe + banal- = genet : l'entité territoriale qui est remarquable par le fait fait qu'elle est en grande partie couverte de genet ( = genêtière)

* Éditions Flohic (1998) : "du breton balan, genet. Bannalec signifiant genêtière".

- "Une charte du cartulaire de l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé, datée de 1030, mentionne pour la première fois Bannalec sous la forme Banadluc".

* Hervé Abalain (2000) : "Banadluc en 1030, "la genêtière", de banal, genêt".

Personnes connues Tud brudet

Jean BOURHIS

1888-1916

Aviateur; pilote de chasse; vainqueur de plusieurs combats aériens contre les Allemands en 1914 et 1915; lui même abattu le 14 mars 1916, dans les environs de Verdun.

 

Armorial * Ardamezeg

         
      l'Olivier    
      seigneurs de la Villeneuve, en Guerlesquin; du Plessix, en Banalec; du Stang, en Scaer; de Lochrist en Trébravan; de Saint-Maur; de Tronjoly, en Gourin; de Kervern, en Ploumilliau; de Botmel, en Saint-Goyomar

"d'argent à la fasce de gueules, grillée d'or, accompagnée de trois quintefeuilles de gueules.

"en arc'hant, e dreustell en gwad, kaeliet en aour, eilet gant teir fempdiliaouenn en gwad"

devise /ger-ardamez : Nobili pace victor

1462; 1481 à 1536; 1688; 1763; 1768; 1783; 1786

(PPC)

   

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Bannalec Parrezioù kanton Banaleg
Bannalec Banaleg
Melgven Mêlwenn
Le Trévoux An Treoù-Kerne

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire de Bretagne; vers 1780;

* MARTEVILLE et VARIN, 1843.

* M.N BOUILLET : Dictionnaire universel d'histoire et de géographie. 1863.

* Adolphe JOANNE : Département du Finistère. 1878.

* Éditions ALBIN-MICHEL : Dictionnaire des communes de France. 1970.

* Bernard TANGUY : Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère. 1990

* Éditions FLOHIC : Le patrimoine des communes du Finistère. 1998.

* Hervé ABALAIN : Les noms de lieux bretons. Universels Gisserot. 2000.

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes du Finistère. Éditions Froger SA. 2001

Liens électroniques des sites Internet traitant de Bannalec / Banaleg :  

* lien communal : 

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* Autres pages de l'encyclopédie Marikavel.org pouvant être liées à la présente :

http://marikavel.org/heraldique/bretagne-familles/accueil.htm

http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* sauf indication contraire, l'ensemble des blasons figurant sur cette page ont été dessinés par J.C Even, sur bases de GenHerald 5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout vas vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page